Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

La Grande Terreur / Sanglantes moissons / Robert Conquest

En réponse à -2
-1Vers un rééquilibrage ? de françois delpla

Viktor Kondrachine, un historien réputé... de Nicolas Bernard le lundi 02 décembre 2019 à 15h35

... et dont les exposés sont pertinents. Kondrachine, notamment, revient sur les responsabilités du Parti communiste ukrainien, à commencer par son propre Secrétaire-général, Kossior, dans cette catastrophe. La Nomenklatura locale, il est vrai, était facilement réduite à un groupe d'esprits lucides tentant vainement d'alerter le pouvoir centrale sur la réalité de cette tragédie.

Le débat sur la dimension génocidaire de la famine qui a ravagé l'Ukraine en 1932-1933 n'est toutefois pas classé. Voir, en français, la mise au point de Nicolas Werth parue en 2014, la même année que l'interviou de Kondrachine:

L'argument massue que déploie Kondrachine ("Dans la première moitié de 1933, l’Ukraine reçoit par ailleurs une part importante des semences et de l’aide alimentaire du fonds céréalier central") a d'ailleurs été critiqué, depuis longtemps: l'aide en question, du reste peu élevée (320.000 tonnes selon Nicolas Werth, 590.000 d'après Kondrachine), a été réservée aux cadres du Parti, aux forces locales de l'Armée rouge, aux prolétaires urbains, et aux kolkhozes jugés politiquement fiables, bref a été bel et bien instrumentalisée. C'est ce qui a conduit des historiens à noter une évolution, plus précisément à conclure que la famine, sans être initialement génocidaire, l'est devenue en cours de route.

Pour ma part, ayant étudié le sujet lors de mon travail sur La Guerre germano-soviétique, j'aurais tendance à y voir un désastre inhérent à la pratique soviétique de l'époque. Lequel désastre a généré une réaction de panique à l'échelle gouvernementale, le pouvoir central tentant - vainement - de regagner le contrôle des événements par une sévérité exemplaire: renforcement de la répression, fermeture des frontières intérieures/administratives, resserrement des circuits de distribution, répartition des vivres selon l'utilité et la foi idéologique de chacun.

Bref, la famine qui frappe alors l'URSS m'apparaît comme le produit d'une idéologie inhumaine et économiquement boiteuse, sans être initialement génocidaire; la réponse qu'y apporte le régime stalinien révèle moins un génocide qu'une "gestion de crise" relevant de cette même idéologie mégalomane, irréaliste et paranoïaque, à savoir une politique de maintien de l'ordre faisant fi de toute considération humanitaire, à l'instar de ce qui sera mis en pratique lors de la Grande Terreur, et surtout lors de l'invasion allemande de 1941-1942.

*** / ***

lue 24 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur La Grande Terreur / Sanglantes moissons

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes