Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Le poste récepteur de renseignements genevois du service de renseignements suisse / David von Felten

 

Confiance ou...surveillance de Christian Favre le jeudi 18 juillet 2013 à 07h35

A la page 45 :
En effet, Masson laisse à ses chefs de bureaux et de sections une indépendance extrême, sans jamais s'immiscer dans le fonctionnement interne de leurs structures
....
C'est le mérite de Masson d'avoir su s'entourer d'un petit cercle de collaborateurs capables, mais dotés de fortes personnalités. Ces officiers, le plus souvent de milice, s'organisent intuitivement dans l'urgence et ils remplacent par le bon sens leurs insuffisantes connaissances techniques. Le chef du S.R., trop confiant par nature, laisse cet état de fait perdurer durant tout le service actif au lieu de corriger le tir par des ordres précis et des contrôles réguliers. De là résulte cette impression générale de flottement qui finit par indisposer même les plus indépendants parmi les collaborateurs du S.R Toutefois, on ne peut passer sous silence que cette situation permit fréquemment l'adoption de méthodes très efficaces bien que fort peu conventionnelles par des esprits qui ne l'étaient pas moins .

Si, comme cela semble être le cas, Masson a su choisir effectivement des gens capables et intelligents, alors l'option confiance était la meilleure comme cela s'est avéré.

***

Tout autre chose:

Il est fort regrettable que le monde politique suisse ne prenne pas conscience que la SSR (radio/TV) devrait avoir pour mission de transmettre au public les recherches des historiens et pas seulement des historiens engagés politiquement. Sans le concours de la radio/TV cette thèse restera totalement ignorée. Evidemment toutes les thèses ne nous révèlent pas des faits de cette importance et il serait donc souhaitable qu'existe une collaboration entre les historiens et les journalistes de la SSR. Comment se fait-il que les historiens suisses ne s'aperçoivent pas de ce manque évident de transmission de leur savoir par la radio/TV ?

*** / ***

lue 499 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Histoire et médias de David von Felten 20 juil. 2013 21h58

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Le poste récepteur de renseignements genevois du service de renseignements suisse

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes