Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


www.delpla.org, le site de l'historien François Delpla
 
 
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Site personnel de F. Delpla, Historien 1939-45 / François Delpla

 

Lettre 91 : de Hessel en Dray via Dunkerque de françois delpla le lundi 11 mars 2013 à 12h33

Sujet : L'abyssale ignorance de Julien Dray et de ceux qui le citent


Lettre d'information du site de François Delpla



n° 91

Chers abonnés,


L'anniversaire de l'incendie du Reichstag, le 27 février, est hélas passé tout aussi inaperçu en France (mais non, encore une fois, dans l'Allemagne d'Angela Merkel) que celui de la prise du pouvoir par les nazis.

Mais nous avons un peu de temps pour nous rattraper. Disons jusqu'à l'anniversaire de la loi entérinant la disparition de tous les groupements politiques allemands non nazis, adoptée le ... 14 juillet 1933. Et après tout, pourquoi ne pas placer notre fête nationale sous les auspices de la commémoration d'un régime qui a mis si fort la patrie en danger, ainsi que la démocratie ?

L'incendie du Reichstag tombait trop à propos pour ne pas avoir été organisé par ses bénéficiaires. L'idée fait doucement son chemin en RFA, sur les ruines de l'orientation dite fonctionnaliste de la recherche. Elle défie l'éducation classique des historiens, peu formés à conclure en l'absence de tout document suggérant au moins un peu cette conclusion. Hélas les nazis battent des records dans l'économie des moyens de leurs conspirations, comme dans l'effacement des traces. Faut-il pour autant leur donner le bon Dieu, c'est le cas de le dire, sans confession ?

Rien de neuf sur le site à propos de cette crémation qui en annonçait et en symbolisait bien d'autres, mais on peut rappeler quelques classiques : ; ; .

Je viens en revanche de mettre en ligne un article inédit sur un autre coup fourré hitlérien, l'arrêt devant Dunkerque du 24 mai 1940, qui est un peu à la mainmise sur l'Europe ce que l'incendie du parlement est à la dictature sur l'Allemagne (à cela près que, depuis deux semaines, un facteur dérange enfin les calculs du Führer : l'arrivée de Churchill à la tête du gouvernement de Londres; l'ordre d'arrêt met en danger sa position mais débouche sur un échec, qui commence à sonner discrètement le glas du nazisme) : . Je n'avais en effet jamais critiqué dans le détail ce livre de 1994, qui a fait beaucoup pour refermer, en nombre d'endroits et de cerveaux, la brèche ouverte en 1991 par John Costello dans les explications militaires du Haltbefehl.


A titre d'hommage à Stéphane Hessel, je mets en ligne une interview que j'avais faite de lui, en octobre 2009 puis en mai 2010, pour le magazine Histoire(s) de la Dernière guerre : . Elle est précieuse, notamment, par l'évocation de Walter Benjamin, dont Hessel était, en un double sens, l'un des derniers témoins.

C'est en sortant de son appartement que j'avais photographié, au carrefour d'Alésia, la plaque de rue évoquant les époux Basch, qui m'avait fourni l'occasion d'un commentaire expliquant que la Milice avait bon dos et que sa manipulation par les SS était un sujet vierge : . Je signale à ce propos l'immense intérêt du livre de Jean-Marc Berlière et François Le Goarant de Tromelin Liaisons dangereuses - Miliciens, truands, résistants, qui vient de paraître chez Perrin et devrait être prochainement chroniqué en rubrique "Lu" -au moins pour la partie qui confirme et approfondit mes investigations sur l'exécution de Georges Mandel. Une telle décision ne pouvait être qu'hitlérienne et ce livre confirme qu'elle l'était, même si les auteurs laissent la porte entrouverte à des initiatives locales (échappant en toute certitude au chef milicien Darnand) dans son application.

J'en reviens donc aux débuts du nazisme et j'en arrive à Julien Dray, sans hostilité particulière pour sa personne mais avec une intolérance abyssale pour sa bourde, objet du nouvel éditorial et d'un billet sur Mediapart : affirmer qu'une gauche MAJORITAIRE a, par sa division, laissé bêtement Hitler prendre le pouvoir est le symptôme d'une carence très grave dans la compréhension de cet événement. Elle ne mériterait d'ailleurs même pas d'être signalée si la phrase n'avait été répercutée docilement par la quasi-totalité des journalistes français. On ne peut que leur conseiller la dernière étude sérieuse sur la question, que beaucoup ont d'ailleurs reçue sans avoir apparemment le temps de l'ouvrir (les exceptions, à ce jour, s'appellent Franck Ferrand , Thomas Rabino et Bruno Modica ).


Bonnes méditations !


François Delpla

si le message s'affiche mal, retrouvez-le sur le site :

*** / ***

lue 1456 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 De mauvais augure ? de Francis Deleu 12 mars 2013 19h07
2 Il me semble que cette fête de françois delpla 13 mars 2013 05h15

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Site personnel de F. Delpla, Historien 1939-45

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes