Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre

Feu sur Paris / Christophe Dutrône

En réponse à
-1Le 23 mars 1918, l’artillerie allemande tire sur Paris de Serge Desbois

Bombardements de Paris de Francis Deleu le vendredi 25 janvier 2013 à 17h45

Bonsoir,

L'excellent ouvrage La Grande Guerre - Une histoire franco-allemande (clic sur la vignette en marge) évoque par deux fois ces monstrueux canons.

Au chapitre La mobilisation de l'industrie, les auteurs, Jean-Jacques Becker et Gerd Krumeich, relate l'évolution de la mythique Dicke Bertha.
Au départ c'était un mortier de 420 mm qui, en 1914, fit ses preuves lors des sièges de Liège et de Namur. L'armée allemande ne disposait que de six exemplaires de cet énorme canon. Les obus pesaient 1.160 kilos d'une portée de 14 km.
Pendant la guerre, cette Grosse Bertha fut améliorée et son successeur pris le nom de Lange Max. Equipé d'un canon de 380 mm, la portée était de 47 km.

Le modèle le plus puissant fut le Parisgeschütz que Serge Desbois nous décrit dans les contributions précédentes. Comme l'indique Serge, le canon avait un tube de 210 mm et une portée maximale de 128 km. Un seul tir nécessitait 500 à 600 kg d'explosifs et un obus pesait 300 kg.
Selon les auteurs, le Parisgeschütz effectua environ 300 tirs sur Paris qui firent plus 250 morts.

Au chapitre La violence contre les civils, les auteurs indiquent que ce qui allait donner une notoriété particulière à ces bombardements fut le coup qui, le 29 mars 1918, atteignit l'église Saint-Gervais où étaient rassemblés les fidèles à l'occasion du Vendredi saint. On dénombra 88 morts et autant de blessés.

Ces bombardements soulèvent un grande indignation. Ainsi L'Illustration écrit :
"Quand des enfants pleurent leur père tombé sur le front, c'est la guerre mais quand les pères reviennent du front pour ensevelir leurs enfants assassinés, c'est la guerre boche"
Ces bombardements sur Paris ont été légitimé par les autorités militaires allemandes comme une riposte à une attaque aérienne française sur plusieurs villes ouvertes, non protégées et situées loin du front.

Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

lue 714 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Feu sur Paris

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes