Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


 
 
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Histomag 39-45 / Forum LE MONDE EN GUERRE

En réponse à -2
-1Histomag'44 72, tirage de Daniel Laurent

Pétain et la LVF de Francis Deleu le lundi 04 juillet 2011 à 18h17

Bonsoir,

Saluons la synthèse sur cette Légion de Volontaires Français qui, il y a quelques temps déjà, fit couler beaucoup d'encre sur un autre forum. Quelques-uns d'entre-nous risquèrent, en gare de l'Est, une « zabralization » ... heureusement toute virtuelle.

Loin des polémiques anciennes, apportons quelques informations complémentaires susceptibles d'éclairer nos lecteurs et de poursuivre le débat : Pétain a-t-il soutenu la LVF ? Pétain et Vichy auraient-il été réticents à la création de la LVF. A la lumière des textes, examinons ce qu'il en fut exactement :

- Le 11 août 1941, par une lettre, Fernand de Brinon interroge l'amiral Darlan pour connaître la position adoptée par le gouvernement à l'égard de la LVF.
La réponse de Darlan datée du 21 août :
Vous m'avez demandé quelle attitude il convient d'adopter vis-à-vis de la Légion antibolchevique.
J'ai l'honneur de vous faire connaître que le gouvernement envisage avec intérêt ;a création de cette Légion des Volontaires Français, qui offre, dans son domaine, aussi bien politique que doctrinal, assez d'avantages pour que le gouvernement ne lui ménage pas son appui, dans toute la mesure où la situation le lui permet.
En autorisant les engagements pour la Légion des Volontaires, il semble que le gouvernement, lié par les clauses de l'armistice, ait pris, en faveur de la Légion, la mesure la plus favorable qu'il lui fût permis de prendre, dans l'état actuel des conventions.
Le gouvernement ne saurait aller au-delà, c'est-à-dire aider matériellement le recrutement et l'entretien d'une Légion de Volontaires que si le gouvernement et le haut commandement allemands lui faisaient savoir officiellement, au préalable, leur désir de voir la France représentée parmi les forces combattant le bolchevisme par une Légion de Volontaires qui serait le symbole de notre participation à la lutte anticommuniste.
- Le 23 octobre 1941, le journal Kölnische Illustrierte Zeitung publiait un article sur la LVF. L'article était illustré de plusieurs photos qui suscitent une réaction écrite de Pétain :
(...) La première, et la plus importante, photographie montre le chef de l'Etat, le vice-président du Conseil, le ministre de la Guerre et plusieurs hautes personnalités prêtant solennellement serment : il s'agit en réalité, du serment de la « Légion Française des Combattants », renouvelé, à Vichy, sous le présidence du chef de l'État, le 31 août dernier.
Les huit autres photographies représentent, dans ses différentes activités, la « Légion Française antibolchevique », avec des Français servant sous l'uniforme allemand (l'insigne tricolore français n'étant apparent que sur une des photographies)... La Légion Française des Combattants représente, bien que les autorités occupantes se refusent encore à la reconnaître, un Idéal et des traditions entièrement à l'image du sentiment national dans son unanimité. La Légion Française antibolchevique est un groupement nouveau, constitué en accord avec les autorités occupantes et qui, peut-être à cause de ceci, ne rencontre pas encore chez nous une grande faveur ... Il est inopportun et impolitique, de chercher à confondre ces mouvements contraires : pour celui-ci, j'en ai accepté d'abord, voire même, ensuite, encouragé la formation, et je suis cependant obligé d'agir avec prudence car je n'aime pas, vous le savez, heurter de front l'opinion de mon pays (danger qui eût été évité si les Autorités allemandes avaient permis que la Légion antibolchevique servit sous l'uniforme français); pour celui-là je désire qu'il conserve ses caractéristiques propres ...
[*]
Cette lettre montre combien Pétain était soucieux de son image de marque : ne pas heurter de front l'opinion publique, bien qu'il ait accepté d'abord, voire même encouragé ensuite la formation de cette Légion.

- Enfin le télégramme que Pétain adressa, en novembre 1941, au colonel Labonne, commandant la LVF. Le texte est reproduit sur Histomag et ci-dessous, avec quelques petites variantes :
Le message de fidélité que vous m’adressez, en votre nom et au nom de vos amis, avant de monter en ligne, a aussi profondément touché en moi le soldat que le chef de l’État.
A la veille de vos prochains combats, je suis heureux de savoir que vous n’oubliez pas que vous détenez une part de notre honneur militaire. Il ne peut pas être de tâche plus utile à l’heure présente que de rendre à notre pays confiance dans sa propre vertu,
Mais vous servirez la France d’une manière plus directe encore.
En participant à cette croisade dont l’Allemagne a pris la tête, acquérant ainsi et à juste titre la reconnaissance du monde en contribuant à écarter de nous le péril bolchevique, c’est votre pays que vous protégez ainsi, en sauvant également l’espoir d’une Europe réconciliée.
Pour ces raisons, l'amiral Darlan, ministre de la Défense Nationale, et moi-même vous souhaitons bonne chance dans l’accomplissement du devoir que vous avez choisi.
Pour ma part, je vous suivrai dans vos épreuves, de toute ma sollicitude, jusqu’au jour glorieux du retour dans votre Patrie.
Une part de notre honneur militaire ? Les thuriféraires du maréchal prétendent que l'autre part de l'honneur militaire était la France Libre. Selon toute vraisemblance, il s'agirait plutôt de l'Armée d'armistice et de l'Armée d'Afrique.

- Le même jour, Pétain adressa une autre lettre destinée aux sous-officiers de la LVF :
Le Maréchal, Chef de l'Etat Français, a été heureux de recevoir la photographie que lui ont fait parvenir dix-huit sous-officiers volontaires de la Légion Française contre le bolchevisme.
Il tient à les complimenter des nobles sentiments qu'ils expriment ainsi que de leur foi dans l'édification d'une nouvelle Europe et les assure qu'il les suivra affectueusement dans leur rude et glorieuse tâche.
Bien cordialement,
Francis.

[*] Par « Légion Française des Combattants » il faut entendre celle qui fut créée par la loi du 29 août 1940 visant à fusionner les diverses associations d'anciens combattants. Cette Légion était chargée de promouvoir la Révolution nationale. Elle jouera le rôle de courroie de transmission entre le sommet et la base de l'Etat. Elle sera les yeux, les oreilles et la bouche du Maréchal.

Par « Légion Française antibolchevique » » il faut entendre la Légion des Volontaires Français contre le bolchevisme - en abrégé LVF.

*** / ***

lue 2531 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 La valse des dates de Francis Deleu 05 juil. 2011 14h28
2 à côté, le statut des Juifs... de françois delpla 05 juil. 2011 17h11
3 Quel rapport ? de Francis Deleu 05 juil. 2011 21h47
2 L'officialisation de la LVF de Francis Deleu 05 juil. 2011 21h50
3 Quelle valse ? de Daniel Laurent 06 juil. 2011 03h42
4 L'imbroglio des dates de Francis Deleu 06 juil. 2011 18h22

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Histomag 39-45

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes