Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Le Service de renseignements suisse face à la menace allemande, 1939-1945 / Christian Rossé

En réponse à
-1Une introuvable neutralité: Masson, un censeur ? de René CLAUDE

Quelques petits éléments à intégrer dans la réflexion sur Roger Masson de Etienne Lorenceau le samedi 19 février 2011 à 15h00

Livre Mes Evasions du Général Giraud p 174 à 176
Masson fait libérer son ami Giraud interné sous un faux nom comme immigrant sans papiers l'y autorisant. Giraud a été son professeur à l'école de guerre à Paris.
Sans aucune vérification d'identité et sur simple évocation de son nom, Masson le fait relâcher et lui met à disposition un véhicule pour le retrouver à Berne alors qu'il se trouve en inspection à Montreux.
Après des retrouvailles chaleureuses, où Masson le "questionne longuement, me précisant combien mon évasion a troublé les boches et l'acharnement qu'ils ont mis à me reprendre. Il a suivi cela jour par jour par les rapports de ses agents. Il est ravi que j'ai réussi , et va maintenant me faciliter au maximum la rentrée en France. Mais auparavant il veut FETER PUBLIQUEMENT mon retour.
J'ai beau lui répéter que cela est imprudent aussi bien pour lui que pour moi, il me répond qu'il n'a pas la moindre peur de se compromettre... Nous allons donc... prendre ue coupe de champagne ensemble dans le plus grand café de la ville. Je ne peux pas lui refuser cela... Le colonel Rudloff, le lieutenant G et mois sommes en civil, le colonel brigadier Masson est en tenue."(p 175)
p 175 in fine et p 176 "Mon Général, je bois à l'armée française et à mon ancien professeur de l'école de guerre. A votre santé mon général.
Stupefaction à toutes les tables voisines qui entendent. Il y a là quantité de crânes qui sentent leur boche à quinze pas. J'en vois plusieurs qui se dirigent vers les cabines téléphoniques de l'établissement. Certainement le 24 au soir , l'OKW à Berlin savait que le général Giraud était en Suisse, à Berne. Le colonel Masson a peut être été imprudent...."
"... Le passage en France est prévu par Annemasse, à dix heures trente, le lendemain. Les postes suisses et français sont avisés. Nous allons coucher et dîner à l'Hotel de la Paix, où le colonel a retenu nos chambres. J'ai appris plus tard que la maison était une officine d'espionnage boche. La gestapo a pu être renseignée. Le 25 au matin tout semble paré mais ces messieurs de la Commission de contrôle allemande sont sur leurs gardes. Dès neuf heures ils surveillent la douane d'Annemasse en territoire français avec deux puissantes voitures.... Au moment d'arriver au poste suisse où je dois m'arrêter, un civil monte d'autorité à côté du chauffeur et fait faire demi-tour à la voiture.
Je le reconnais ...Il m'explique le coup et l'embuscade boche. Nous allons passer à une dizaine de kilomètres de là..."

Si l'on compare la façon dont Masson prétend exfiltrer son "ami" le général Giraud en période de guerre à celle qu'il utilisera, après guerre, pour infiltrer schellenberg (officiellement libéré: pas en fuite) chez le Dr Lang et celle qu'il utilisera pour l'exfiltrer vers l'Italie, on ne peut qu'être troublé.

De plus le Général Giraud témoignera à décharge en faveur de schellenberg qui, en 1945 à la demande du Brigadier Masson avait fait libérer toute la famille de Giraud prise en otage en 1943... sur ordre de schellenberg!

Le général Giraud avait épousé le 10 octobre 1908, à Dijon Céline née Lapérotte avec laquelle il avait eu quatre fils (Bernard, …) et quatre fille (Marie Thérèse, Jeanne, Monique et Jacqueline)
Son épouse Céline et ses deux belles-sœurs, épouses de ses frères Georges et Fernand ainsi que ses deux filles Marie-Thérèse Giraud et Jeanne Marguet (sa seconde fille) sont internés à Vals-les-Bains, puis à Saint-Romain de Lerps (Ardèche). Ils sont ensuite déportés sous la conduite des SS à Paris, Vittel puis déportées à Spiesberghaus et finalement puis placées en résidence surveillée à Friedrichroda, en Thuringe.
Son gendre André Marguet et ses frères Fernand et Georges Giraud sont d’abord transférés au château d’Itter, spécifiquement aménagé depuis quelques mois pour recevoir des « personnalités-otages ». Ses deux frères et son gendre André Marguet, sont ensuite déportés vers Plansee (Tyrol), où un hôtel rattaché au KL Dachau a été aménagé pour recevoir des « personnalités-otages ».
A Friedrichroda Céline Giraud, et les membres de sa famille qui l’accompagnent, retrouvent sa fille Renée Granger déportée de Tunis (Thuringe) avec ses quatre enfants en Avril 1943. Renée Granger devait trouver la mort à Friedrichroda.
On ne sait pas ce qu’il advint de sa fille Monique
Pendant ce temps, son fils Bernard, aspirant de vingt et un ans, candidat à Saint-Cyr qui l’a accompagné dans sa traversée vers l’Algérie, un autre de ses fils et un gendre servent dans l'armée d'Afrique pour la libération de la France.

scellenberg était coutumier du fait et le chantage aux otages arrêtés puis libérés sur ses ordres fut également utilisé dans la négociation avec la collaborationiste Coco Channel
Elle fut utilisée avec la vie de personnes juives dans les négociations de Joel Brand. Elle le fut également avec la vie de 5 jeunes concentrationnaires juifs en Suéde...

Troublant Masson qui réussit bien à berner un naïf Giraud. Le récit, précisément parce qu'il se veut favorable à Masson, fait pencher un peu plus la balance où l'histoire a placé le brigadier Masson, d'un côté sulfureux.

*** / ***

lue 3740 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 CIA analyse historique de Etienne Lorenceau 12 janv. 2015 22h38
2 CIA suite de Etienne Lorenceau 12 janv. 2015 22h41
2 CIA à suivre de Etienne Lorenceau 12 janv. 2015 23h42

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Le Service de renseignements suisse face à la menace allemande, 1939-1945

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes