Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


[ 1939-45, AU JOUR LE JOUR ]
 
 
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Histoire(s) de la Dernière Guerre / collectif

En réponse à -6 -5 -4 -3 -2
-1palpitant ! de françois delpla

Déclinaison d'invitation ? de Francis Deleu le mardi 02 novembre 2010 à 21h56

Bonsoir,
Reste à éclaircir le point soulevé par Francis d'un Léopold ayant décliné l'invitation en octobre. Relisant mon livre, je n'y trouve à cet égard qu'une référence, celui de Jacques de Launay (1979), un historien amateur aussi fiable que bien des pros. Sur quoi s'appuie-t-il pour dire que c'est Hitler qui annule ? Je ne me souviens pas et n'ai pas le temps de chercher. (François)
François pourrait-il préciser sa question : Sur quoi s'appuie-t-il pour dire que c'est Hitler qui annule ?
Je suppose que tu fais allusion à son livre "La Belgique à l'heure allemande" ?
Tu dis et je ne te contredirai pas que Jacques de Launay est un historien amateur aussi fiable que bien des pros. J'avoue cependant que je préfère me fier à deux historiens spécialistes de la "Question royale" et qui, l'un et l'autre, y ont consacré un gros volume :
- Jean Vanwelkenhuyzen, Quand les chemins de séparent - Aux sources de la Question Royale
- Jean Stengers, Aux origines de la question royale - Léopold III et le gouvernement.

Malgré un emploi du temps chargé, je suis occupé à relire ces deux ouvrages majeurs. Je note déjà une divergence importante dans l'analyse des entretiens de Berchtesgaden. Le peu royaliste Stengers s'attache surtout au compte-rendu de l'interprète Schmidt en dénigrant celui du Roi tandis que Vanwelkenhuyzen fait une analyse inverse. Retenons déjà que dans les minutes qui ont suivi l'entretien, Léopold III a dicté son propre compte-rendu en se disant outré de la manière dont Schmidt traduisait ses paroles ainsi que celle de Hitler. (Léopold III maîtrisait parfaitement la langue allemande mais avait exigé un entretien en français). Dans une lettre à l'historien Jacques Pirenne, le Roi écrira "
Le texte de Schmidt ne constitue nullement une version fidèle mais un véritable habillage de l'entretien. La conversation que j'ai eue avec le chancelier y est profondément dénaturée. On me prête des propos que je n'ai pas tenus
.Quant à Degrelle ... bof, bof! Hitler ne s'est pas empressé de rencontrer le fils qu'il aurait aimé avoir. Sachant que le beau Léon était le roi de l'affabulation et ne connaissait pas un traître mot d'Allemand et que d'autre part la moindre réception de Hitler faisait l'objet d'un compte-rendu minutieux, posons-nous la question sur la teneur de l'entretien en tête-à-tête dont il n'existe pas le moindre bout de papier hormis les délires mythomaniaque de Degrelle.

Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

lue 1584 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 documents ? de françois delpla 03 nove. 2010 07h45
2 Eléments d'appréciation de Francis Deleu 04 nove. 2010 15h54
3 j'apprécie en connaisseur ! de françois delpla 04 nove. 2010 17h04

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Histoire(s) de la Dernière Guerre

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes