Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

La bataille du Vercors / Pierre Vial

En réponse à -3 -2
-1Oui... de d.zambon

à comparer de Michel Auffret le samedi 30 janvier 2010 à 19h14

A comparer avec le sujet sur les Glières, initié par le même intervenant.

Après coup, c' est plus facile, pour le Vercors, j' ai un raisonnement très voisin de celui que j' avais écrit pour les Glières le 16 septembre 2009 à 19 heures 01.

Le problème de la résistance est la pauvreté et la clandestinité. Sachant qu' un mortier de calibre 60mm se répartit en trois fardeaux de 20 kilos, parachuter trois containers pour un mortier ou trois containers pour 60 fusils est comparable.
Quelqu' un a écrit des miltaires non formés ; je suis désolé, mais les chasseurs alpins sont réellement qualifiés pour le combat en montagne. Former clandestinement des chefs de pièce au mortier peut se commencer directement sans armement, dans la plus grande discrétion. Ensuite, avec un seul mortier on peut faire de leçons pratiques par rotations.
A la différence des Glières, répartition du terrain en secteurs et sous secteurs avec des points de passage interdits pour pièger l' ennemi (mines, fausses mines et pièges) embuscades préparées à l'avance avec chemins d' esquive connus par coeur pour imposer à l'ennemi des directions de marche.
Armement : un minimum de 75 FM, 10 mortiers de 60mm, 10 mortiers de 80mmn, 5 mortiers de 120.
1)Installation de personnels non armés avec mission de jalonnement. Resserrage organisé du personnel suivant l' avance ennemie.
2) tireurs isolés qui se replient immédiatement.
3)équipes de FM 24/29 ou bren. Effectifs de 4 sans autres armement, pour s'esquiver plus vite
Installer à l'avance les mortiers qui ne se dévoilent qu'au moment ou l'ennemi est inscrusté d'une façon telle qu'il ne peut plus être appuyé ni par l'artillerie, ni par l'aviation. A portée des mortiers de 60. Seulement après, les mortiers de 80mm, puis 120mm commencent les tirs, à l' économie sur les renforts et les points de passage obligés.

Une action de cette sorte ferait douter l'ennemi et écarterait les "collabo".

Car, à l'époque, l'armée allemande combattait d'une manière uniforme. Une excellente tactique, et toujours la même. Face à une Armée organisée, qui connais l' unique manuel du fantassin allemand, tout son système s'écroule car, comment réagir face à autant de variantes que de formations : fantassins, chasseurs, tirailleurs, dragons, etc

*** / ***

lue 992 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur La bataille du Vercors

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes