Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

La bataille du Vercors / Pierre Vial

 

Le Vercors : L' envers du decor de Claire GRUBE le vendredi 29 janvier 2010 à 18h22



Grüß Gott !

Le Vercors, sur les Alpes, en France, est un autre grand mythe de l’histoire de la resistance. Nous apprenons, maintenant, comment les partisans resistent aux soldats alpins allemands.


● La bataille du Vercors / Beaucoudray.free / Internet.fr (extrait) :

« Le Vercors est, à juste titre, un symbole mythique de la Résistance. Il a été le théâtre d'une bataille, au plein sens du terme, où plusieurs milliers de combattants français ont contribué largement, par leurs sacrifices, à relever l'honneur militaire de la France, tant éprouvé par une défaite de 1940 subie par l'armée mais provoquée par l'incurie des politiciens. Au Vercors, c'est un peuple en armes qui s'est dressé, comme au temps les plus noirs de notre histoire, pour dire son refus de vivre à genoux. »


● Les sentiers de la liberté / Dauphine / Claude Muller / Internet (extrait) :

« Partout les combats firent rage, la résistance des militaires et civils fut héroïque. »

« En trois jours de combats sur tous les fronts, acharnés, impitoyables, sans trêve, l’ennemi parvint à submerger la résistance francaise, malgré sa vaillance exemplaire et sa volonté farouche de repousser l’oppresseur. »


● La bataille du Vercors (1943-1944) / de Pierre Vial / Dualpha / Internet (extrait) :

« De 1943 à 1944, la véritable histoire de la bataille du Vercors, reconstituée grâce à des témoignages et des documents à ce jour inédits. 21 juillet 1944. Alarmés par la présence, dans le massif du Vercors, d'une importante force française, les Allemands passent brusquement à l'attaque. Ils ont rassemblé d'importants moyens et feront même acheminer des SS par planeurs. À Valchevrière, le combat s'engage, d'une sauvagerie inouïe. Dépourvus d'armes lourdes, les Français font face. Chasseurs du 6 BCA, reconstitué dans la clandestinité, réfractaires au STO, maquisards dauphinois, résisteront, au coude à coude, jusqu'au bout. Leur sacrifice fera entrer le nom du Vercors dans l'Histoire. Un récit haletant, puisé aux meilleures sources par un historien rigoureux. »


● Paul Dreyfus / Histoire de la résistance en Vercors / Arthaud / 1984 :

« Convaincu que l’assaut va être donné avant peu, Huet adresse à ses troupes, en fin d’après-midi, un ordre général aux sonorités éclatantes :

« « Soldats du Vercors, c’est le moment de montrer ce que nous valons. C’est l’heure pour nous de la bataille. »

« Nous manquons de presque tout ; mais nous sommes armés et nous avons contre l’ennemi nos forces de Français qui, dans leur pays difficile, se battent pour la Liberté. »

« Nous nous battrons sur nos positions, nous accrocherons l’ennemi là où il est et à tout instant, surtout au moment où il s’y attendra le moins. Nous le harcèlerons sans cesse, même si nous sommes séparés les uns des autres. Nous lui ferons payer cher sa volonté d’oppression. »

« L’idéal qui nous anime et qui nous unit nous fera gagner. » »

………………………………………………….

● Le maquis du Vercors / Wikipedia / Internet (extrait) :

« En pleine parade euphorique, le 14 juillet 1944, après le lancer en plein jour de plus d'un millier de containers par les Alliés (opération Cadillac), Vassieux est cette fois réduite en cendres, en représailles, par les bombardements de l'aviation allemande et 25 habitants sont tués. Cette opération se poursuit jusqu'au 21 juillet pendant que les troupes allemandes (avec des bataillons de montagne) bloquent tous les accès au plateau.

« En une nuit de combats, les résistants se retrouvent débordés et le commandant militaire des forces du Vercors, François Huet, ordonne la dispersion des groupes de maquisards qui doivent, selon sa formule, maquiser le maquis.“


● Paul Dreyfus / Histoire de la résistance en Vercors / Arthaud / 1984 :

« Les maquisards ont été pris complètement au dépourvu. Certains d’entre eux n’ont même pas eu le temps de réagir. Ils ont vu arriver en même temps l’ennemi et la mort. Au hameau de la Mure, le peloton du lieutenant Philippe est presque entièrement anéanti, en l’espace de quelques minutes.

« Mais c’est parmi les travailleurs du terrain d’aviation que les pertes sont les plus lourdes. … Bientôt une centaine de corps jonchent le plateau. »


● Henri Noguères / Histoire de la résistance en France / Tome 5 / Laffont :

« Le 19 et 20 juillet, même s’ils sont amenés, ici ou là, à accepter le combat, les Allemands ne se lancent pas encore à l’assaut de la forteresse investie. Ils s’efforcent simplement de réaliser un bouclage aussi serré que possible. »

Le 21 juillet, c’est l’assaut.

…les Allemands s’emparent du col dans l’après midi et atteignent Autrans et Meaudre en fin après midi. 351

« Les chasseurs alpins et artilleurs de montagne allemands partent donc à la conquête des dolomites francaises. Lorsque tombe la nuit, après cette première journée, deux passages sont déjà tombés, deux nouvelles brèches ouvertes dans l’enceinte du château fort. »

Le 22 juillet

« La chasse protége les parachutages destinés aux occupants du camp retranché établi par les SS au cœur même de la forteresse.»

« Une nouvelle contre-attaque doit être lancée à midi et demi, annulation des ordres, opération est renvoyée à 21heures, elle ne sera engagée qu’à 2 heures du matin et échouera comme celle de la veille. »

« Au Pas de l’Aiguille où 23 maquisards n’ont eu d’autre ressource que de se barricader dans une grotte que la situation au soir du 22 devient angoissante, surtout après l’échec au début de la nuit d’une tentative de sortie ».

Le 23 juillet

« Des l’aube, la position de Valchevriere est attaquée. Les pertes, pour la section Chabal sont lourdes. Lui-même, après l’envoi d’un ultime message à son commandant de compagnie, Jean Prévost, succombe à 11 heures. »

« Quelques heures plus tard, Jean Prévost, débordé, écrasé, devra se replier. L’accès du Vercors par le Nord sera définitivement dégagé devant les assaillants. »


● Henri Amouroux / Joies et douleurs du peuple libéré / Laffont / 1988 :

« Quelques secondes plus tard, mitrailleuses et mitraillettes crépitent. Les Allemands, des soldats rodés à ce genre de guerre rapide où la victoire appartient à celui qui agit et réagit le plus vite, bondissent et dispersent en dix ou quinze minutes une défense d’autant plus perméable que sur le terrain d’aviation, les travailleurs sans armes sont en majorité. Presque tous seront tués. Un rescapé me dira bien plus tard cette phrase compréhensible:

« - J’ai fait comme beaucoup, j’ai couru, j’ai fait vite. - »

« A Vassieux, les S.S. ont rapidement la maîtrise du terrain. Une centaine de Français et de travailleurs polonais jonchent le terrain. »

« Des maquisards qui se trouvent sur le pourtour de la plaine de Vassieux ne peuvent que « tirailler » en direction des Allemands. »

Un grand nombre des défenseurs des pas seront tués.

« Quelques abandons de poste : par exemple au pas des Berrieves. »

« Postes vides et des armes intactes. Un berger leur apprit que les défenseurs du pas des Berrieves avaient pris la fuite le 22 juillet à 17 heures. »

« L’abandon des barrages de Pontaix et de Sainte-Croix par les hommes du capitaine Alain a provoqué de nombreuses polémiques. »

« Dans la nuit du 21 au 22 juillet, les responsables du Vercors ont compris que, telle qu’elle était engagée, la partie était perdue. »

« C’est alors qu’apparaissent cruellement toutes les infériorités dont souffre le Vercors. Le Vercors, comme tous les grands maquis, puisque à Saint-Marcel, comme au mont Mouchet, dès que le combat s’engage véritablement, la situation s’est trouvée dénouée, au profit des Allemands, en quelques heures ou en quelques jours. »

« Nous n’avions aucune arme et aucune expérience pour faire du combat en ligne. Je crois que nous avons sous-estimé la force des Allemands en les croyant incapables de réagir contre nous. Le résultat a été désastreux. »


**************************************


● Paul Dreyfus / Histoire de la résistance en Vercors / Arthaud / 1984 :

Quelques mots et expressions :

Côté français :

« Aucune expérience militaire, jamais touché une arme de guerre, aucun retranchement préparé, aucune tranchée creusée, aucun trou d’homme, aucun champ de tir dégagé, aucun débroussaillage entrepris, aucune liaison radio entre unités, armement insuffisant, pris au dépourvu, peloton anéanti, mal armé, mal entraîné, tentent d’intervenir, n’arrivent pas à temps, ne parvient pas à déboucher, tentent de progresser, contre-attaque s’essouffle, a échoué, pas réussi à reprendre, pas pu progresser, situation d’hommes traqués, mal équipés, mal chaussés, harassés de fatigues, trempés jusqu’aux os, dispersion des unités, insuffisance des moyens de transports, diffèrent les attaques, assaut francais échoue, manque de coordination, troupes épuisées, pas de sommeil, pas de nourriture, cherche désespérément renforts, effectifs squelettiques, situation préoccupante, combat inégal, désespéré, essaient de rétablir la situation, compagnie submergée, doit décrocher, barrages abandonnés, évite le combat de front, manœuvre n’a pas lieu, décrochage prématuré, font demi-tour, décrochent, donne l’ordre de repli, … »


Côté allemand :

« Effet de surprise total, redoutable savoir-faire, armement supérieur, expérience de vétérans endurcis et rusés, poursuivent l’investissement, améliorent, infiltrent les positions, s’insinuent, surveillent les mouvements, sont habitués aux combats de nuit, formidablement armés, inexpugnables, soldats entraînés, pas de secret pour eux, position avantageuse, ne cesse de se renforcer, prennent les nôtres à revers, tiennent solidement le Pas, poursuivent méthodiquement leur progression, ils s’emparent, entament une action, occupent le Pas, poursuive leur offensive, reprennent leur marche, parvient à se dégager, écrase, tourne les défenseurs, reprend sa progression, obligent les défenseurs à se replier, avancent par colonnes complètes, occupent les hameaux, suivent routes et chemins, s’infiltrent, occupe sans coup férir, atteignent, s’emparent, progressent, arrosent le secteur, se lancent à l’assaut, reprend le combat, … »



Claire GRUBE



Mü. 17-29. Januar 2010
Beitrag N° 23

*** / ***

lue 7114 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Ben oui, faites la même chose avec Bir Hakeim pour voir. de Jacques Ghémard 29 janv. 2010 18h49
1 et les massacres de civils ? de françois delpla 29 janv. 2010 18h53
2 Oui... de d.zambon 29 janv. 2010 20h48
3 à comparer de Michel Auffret 30 janv. 2010 19h14
1 Paras et maquisards à Vassieux-en-Vercors de Alain Cerri 02 févr. 2010 20h06
2 une question , Alain de Léon BEL 02 févr. 2010 20h24
3 Français pour guider les Allemands ? de Alain Cerri 02 févr. 2010 20h51
4 Importantes précisions sur les Français aéroportés à Vassieux de Alain Cerri 04 févr. 2010 09h22
5 8e compagnie de Brandeburg de Francis Barbe 18 janv. 2016 19h47
4 Désastre de karambah 14 févr. 2016 01h20
5 Un peu de respect dans les rangs ... de JARDIN DAVID 15 févr. 2016 07h18

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur La bataille du Vercors

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes