Slightly out of focus - Juste un peu flou - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Juste un peu flou / Robert Capa

En réponse à -2
-1pas ceux du 6 juin 1944 de arcole

Slightly out of focus de Francis Deleu le vendredi 01 février 2008 à 18h11

Bonsoir,
(...) le tireur du laboratoire était tellement excité qu'il avait voulu sécher les négatifs trop vites : la chaleur les avait fait fondre et couler devant tout le bureau de Londres. Sur cent six photos, huit avaient été sauvées. Les légendes expliquaient que les photos étaient floues parce que les mains de Capa tremblaient trop. (p. 178)
Il s'agit - vous l'aviez déjà deviné - des photos du 6 juin 1944. Les négatifs retrouvés à New York concernent le photo-reportage de Capa (et/ou de sa compagne) pendant la guerre civile espagnole.

Revenons au 6 juin 44. Robert Capa débarque sur les plages "Easy Red" avec la première vague d'assaut ... à St-Laurent-sur-Mer. Avec sa verve habituelle, Capa écrit :"St-Laurent-sur-Mer avait dû être une station balnéaire moche et bon marché pour les instituteurs français. Aujourd'hui, le 6 juin 1944, c'était la plage la plus laide du monde entier".

Quelques autres extraits :
- Protégé par les deux hommes qui me précédaient, j'arrivai sur la plage. Je me jetai par terre et mes lèvres touchèrent la terre de France. Je n'avais pas envie de l'embrasser

- (...) me trouva nez à nez avec un de mes copains de poker. Il me demanda si je savais ce qu'il apercevait. Non, je ne voyais pas ce qu'il pouvait regarder au-delà de ma tête. "Je vais te le dire, moi, ce que je vois, murmura-t-il. Je vois maman sur la véranda qui agite le papier de mon assurance décès".

- (...) Je rampai jusqu'à mon ami Larry, l'aumônier irlandais de notre régiment : "Eh toi ! demi-franchouillard de malheur, si t'aimes pas ce pays, pourquoi t'es revenu, nom de nom ?" Réconforté par la religion, j'ai sorti mon deuxième Contax et j'ai fait des photos sans lever le nez.
Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

lue 1023 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes