Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

L'armée de l'air des années noires / Claude d'ABZAC-EPEZY

En réponse à -2
-1Est-ce qu'elle le démontre de Jacques Ghémard

tentative de réponse : de Laurent Laloup le jeudi 18 octobre 2007 à 21h00

Mais est-ce que Claude d'Abzac-Epezy en fait une démonstration sans faille ? Quels sont les preuves apportées ?

Une démonstration sans faille ? Peut-être pas Jacques. Mais ce qui est sûr, c'est que Claude d'ABZAC-EPEZY éclaire les failles de la thèse de "l'armée de la revanche".
Je m'excuse de ne pas approfondir ce point, mais c'est un livre dense, dans lequel j'ai du mal à me replonger . Aussi, je le regrette, je ne vous poposerais que cet extrait :


"Les actions de résistance "officielle" sont donc rapidement jugées limitées et timorées par ceux qui souhaitent mener à son terme le véritable combat contre l'occupant. Ils sont même plu­sieurs à diagnostiquer le côté anesthésiant de cette résistance vi-chyste, qui retient de nombreux patriotes de s'engager dans la clandestinité. Cette résistance semi-officielle n'a-t-elle, en défini­tive, servi qu'à perpétuer le consensus autour du maréchal Pétain et donc, indirectement servi la collaboration ? Malgré le recul de l'histoire, il est difficile de tirer une conclusion aussi nette, même si on se limite strictement à l'exemple de l'armée de l'Air. Le SR Air a certainement recueilli des informations qui ont été utiles à la cause des Alliés, mais seule une recherche des réseaux dans les archives de FIS pourrait permettre de se prononcer définitivement sur ce point. Le camouflage a été, nous l'avons dit, relativement limité, la plus grande partie du matériel étant officiellement resti-tuée par les commissions d'armistice, l'autre partie étant saisie en compensation. Les bureaux d'étude de l'aéronautique ont certes travaillé aux avions du futur, mais cette recherche en vase clos pendant cette période d'immenses bouleversements technologiques a certainement sa part de responsabilité dans l'échec de lu désastreuse et coûteuse série de prototypes français de l'après-guerre. Enfin et surtout toute l'activité de la commission G et du bureau C, avec les directives pour une armée nouvelle, les ambitieux plans de reprise de la lutte, la fameuse mesure 18 de transfert de l'aviation en Afrique du Nord sont à regarder à la lumière des événements de novembre 1942. C'est alors que le voile se déchire et que l'incapacité de l'armée de l'Air de l'armistice A œuvrer pour la revanche apparaît au grand jour. De nombreux membres de l'armée de l'Air réalisent alors qu'ils ont été abusés, certains, comme le général Bouvarre ont osé laisser le témoignage de cette rancœur1. D'autres ont choisi de respecter la solidarité avec leur hiérarchie mais ont conservé la trace de cette fracture, Un grand nombre, enfin, ont préféré ne pas bouleverser leurs certitudes et ont persisté dans la croyance du double jeu.
Le double jeu de Vichy n'est pas un fait historique, cela a été prouvé par toute une génération d'historiens. En revanche, la croyance au double jeu est une réalité psycho-historique qui s'est incarnée épisodiquement dans des faits de résistance. C'est ce qui explique qu'il y ait pu avoir une résistance dans Vichy, abusivement interprétée ensuite comme étant une résistance de Vichy, Seule une analyse de perception peut permettre de mettre à jour l'étendue de cette croyance au double jeu. Le cas de l'armée de l'Air ne constitue qu'un exemple partiel qui mériterait d'être confronté avec d'autres analyses touchant les autres armées ou le» grandes administrations.
Pour l'armée de l'Air en effet, il est possible d'admettre que l'illusion d'agir pour la revanche explique de nombreux comportements qui apparaissent illogiques. La plupart des officiers de cette armée considéraient que le fait de servir dans les forces do Vichy n'était aucunement contradictoire avec la persistance d'uni profonde germanophobie qui se concrétisait dans une certaine forme de résistance "légaliste". Les dirigeants de l'armée de l'Alrt ainsi que la plus haute hiérarchie militaire de Vichy, se sont d'ailleurs bien gardés de dissiper une illusion qui maintenait à bon compte la fidélité des troupes. Les contradictions entre l'illusion et la réalité n'en éclatent que plus violemment, en novembre 1942.
"


Noël approche (un peu)


Laurent

*** / ***

lue 1691 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur L'armée de l'air des années noires

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes