Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Joseph Epstein / Pascal Convert (av. une préface de Serge Wolikow)

 

No more heroes ? Anymore ? de René CLAUDE le samedi 13 octobre 2007 à 10h01

Il est difficile de discuter du comportement simplement humain de personnages "panthéonisés" par des mémoires exclusives et défendues par des dogmes idéologiques souvent à mille lieues de la réalité historique des pratiques résistantes. Denis Peschanski, Jacques Baynac et aujourd'hui Pascal Convert, en travaillant et en retournant aux archives nous permettent d'affiner notre compréhension de l'attitude des militants et des chefs résistants face aux polices allemandes et vichystes. Ainsi, dans la dernière partie du récit de la vie de Joseph Epstein, son biographe écrit :
Si dans l'après-guerre le silence des résistants face à la torture - Jean Moulin le premier - sera l'un des facteurs déterminants de leur héroïsation, l'époque contemporaine semble plus sensible à l'idée que, finalement, ils ont tous, plus ou moins, mais tous, parlé. Cette faiblesse semblerait avoir la vertu de les rendre plus humains, moins inaccessibles. Il est vrai que nos sociétés modernes préfèrent les victimes aux héros, certainement par la capacité projective qu'elles permettent. Tout le monde peut s'imaginer victime. Héros, c'est une autre question. On peut effectivement considérer que ton père* a beaucoup parlé, du moins a-t-il été interrogé "avec application" puisque le procès-verbal de son interrogatoire est constitué de seize pages.

Contrairement à ce que tentent de nous faire croire les gardiens des mémoires héroïques à l'usage de l'édification des masses, il n'a jamais été question d'émettre un quelconque jugement moral sur celles et ceux qui ont parlé, car parler sous la torture et les chantages odieux n'est pas trahir. Les archives des Brigades spéciales révèlent que la plupart des résistants arrêtés ont effectivement parlé. Les réseaux et mouvements donnaient d'ailleurs des consignes à leurs membres de tenir tant d'heures, le temps de mettre à l'abri les autres membres et de vider les caches, avant de lâcher noms et adresses et de ne surtout pas nier les évidences que leur mettaient sous les yeux des flics français et allemands très bien renseignés.
Cette réalité est moins glorieuse bien sûr; alors, pour la masquer dans les années d'après-guerre, on trouva des fusibles...

RC

* Pascal Convert s'adresse au fils de Joseph Epstein. (sous titre : lettre au fils)

*** / ***

lue 1219 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Joseph Epstein

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes