ce chiffre n'est peut-être pas celui des démobilisés - 1940-1945 - Noirs Blancs Beurs, Libérateurs de la France - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

1940-1945 - Noirs Blancs Beurs, Libérateurs de la France / Charles Onana

En réponse à -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1Climat de steph2

ce chiffre n'est peut-être pas celui des démobilisés de Leon le vendredi 08 décembre 2006 à 17h44

Je crois (a confimer) que ce chiffre est celui des "évacués" pour froidure, à savoir ceux qui ont été transportés à l'hopital pour y être soignés, et peut-être ensuite remplacés par des "Français de France".

Et puis, il ne détaille pas les "métropolitains" les "coloniaux" et les "indigènes".
On sait qu'en oct-nov-dec 44, le froid était très intense dans l'est de la France, avec chutes de neige, gel, pluie, inondations, brouillard. Et que, compte tenu de la considérable avance prise par de Lattre sur le calendrier des Alliés (Marseille libérée avec 40 jours d'avance par ex. et ainsi de suite pour les autres villes du couloir rhodanien), eh bien, les vêtements d'hiver étaient encore soit sur les quais de Marseille dans le meilleur des cas, (comme l'essence, du reste !) soit encore sur des bateaux qui n'avaient pas encore traversé la Méditerranée.
J'ai recueilli 2 témoignages de simples soldats où il est très clair que les soldats (métropolitains, coloniaux ou indigènes) récupéraient des (bonnes) chaussures sur les cadavres d'Allemands, des vêtements et breuvages chauds auprès de la population locale, certains se sont même vu offrir des sabots de bois, tant les Alsaciens avaient parfois pitié de leur dérisoire équipement de toile. On leur offrait aussi beaucoup d'eau de vie (...), un sacrilège médico-diététique aujourd'hui, le signe d'une compassion presque efficace hier. Des petits malins fabriquaient même des portières en bois pour les jeeps, ouvertes à tous les vents...

C'est sur, les soldats enlisés en Vosges Alsace fin 44 ont beaucoup souffert du froid et de leur piètre équipement, arraché à coup de gueule "delattrien" auprès des Américains.(qui n'avaient pas prévu le ralliement/équipement de maquisards-résistants, mais c'est une autre histoire !)

Le blanchiment, pour politique qu'il fut, n'en était pas moins une oeuvre humanitaire pour les plus exposés d'entre eux, à savoir les soldats d'origine africaine.

Frédérique

*** / ***

lue 1068 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes