Quelques passages supplémentaires - Mon illustre inconnu - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre


Edition du 11 janvier 2008 à 15h22

Mon illustre inconnu / Guillemette de Sairigné

En réponse à -5 -4 -3 -2
-1encore le coup de cocardes imaginaires ? de Jacques Ghémard

Quelques passages supplémentaires de Jacques Ghémard le mardi 29 novembre 2005 à 23h28

Toujours marchant vers l’ouest en tâtonnant, Jaeger tombe le premier sur un entrelacs d’ornières de chars, avec une quantité de bidons abandonnés. Bizarres, les bidons : d’une vingtaine de litres, les arêtes arrondies, un bec verseur, et trois poignées hori­zontales parallèles, comme pour permettre de porter le récipient soit seul, soit à deux.
- Des jerrycans, fait le légionnaire, comme s’il n’avait jamais vu que ça, des bidons boches.
Ils restent un moment à admirer l’ingénieux bidon inconnu chez les Britanniques. Il y a eu à cet endroit un ravitaillement très important, hier, sans doute, pour des chars de fort tonnage.
- Nous sommes au-delà du champ de mines, dit l’adjudant. Et il est plus de 3 h, le temps de rentrer, il fera presque jour.
Sur le chemin du retour, les rencontres se font de plus en plus fréquentes, surtout de petits groupes de légionnaires portant les insignes de la fameuse 13e Demi-brigade. Quelques-uns bles­sés, traînés par leurs camarades ; d’autres amenant des prison­niers vers l’arrière, des Italiens de la division parachutiste Fol­gore, ou des Panzergrenadiers. Mais on remarque du premier coup d’œil que les légionnaires sont plus nombreux que leurs prison­niers. Cette nuit zébrée d’éclairs exprime non, certes, la déroute, mais l’échec, le vain piétinement d’un élan qui s’épuise.

[...]

- Ce sera facile : j’en reviens. J’ai reconnu le passage à pied. Ce n’est pas tout : il y a deux ambulances ensablées prises à parti par des blindés allemands. L’appel vient du P.C. du lieute­nant-colonel. Note les positions...

[...]

À 2 km environ apparaît au pied du plateau (donc pres­que à l’horizontale) une colonne de blindés ennemis. Ce sont des chars légers américains et anglais, des Honeys, un Stuart, aux silhouettes bien reconnaissables, mais trop éloignés pour qu’on puisse identifier leurs cocardes. Seule leur position dans le combat permet de se faire une idée de leur appartenance.

[...]

Les ambulances en perdition ne sont pas loin. Les trois chars, très proches (trop proches) les uns des autres, sortent de leur abri relatif et se trouvent face à deux Crusader ennemis, portant la croix noire, à 1 500 mètres environ.

[...]

Soudain, un char fonce sur eux en déboulé dans le thalweg. C’est un Crusader.
- Tire ! hurle Mahéo.
- Tu es fou...
Une seule indication sans ambiguïté : il fonce sur eux. En trois coups son sort est réglé. Il flambe, l’équipage s’éjecte en ca­tastrophe.
- C’était bien des Boches, fait Mahéo, avec un rien de soulage­ment. Mais attention : il y en a d’autres. J’en vois un, deux... J’en vois cinq. Cinq Crusaders.
- Voilà l’aviation, il était temps.

[...]

- Tâchez de mettre la main sur une lunette de 88, insiste Divry, auprès de Lacoste et d’Alma qui sont volontaires pour cette ex­ploration. Vous savez que les Anglais donneraient une fortune pour en avoir une.

[...]

Parvenus au tas de ferraille – où se trouve aussi ce qui reste du char de Mahéo – ils découvrent que les engins, les postes d’observation, les trous d’homme creusés dans le sable, tout est vide de vivants. L’odeur de cadavres est insoutenable. Il y a des quantités de munitions des deux camps, mais pas trace de lunette de visée du canon de 88 naturellement : les Allemands ne laissent rien traîner de ce qui peut être utile au service de renseignement de l’adversaire.

*** / ***

lue 2823 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes