soutien de l'Afrique du Nord? - La France et son Empire dans la Guerre - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

La France et son Empire dans la Guerre / Collectif

En réponse à -10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1Trois officiers. 2 morts de Ralph de Butler

soutien de l'Afrique du Nord? de arcole le samedi 09 juillet 2005 à 09h43

De 1940 à 1942, le nombre de gaullistes a été infime en AFN. Sans être vraiment pro-allemande, l'opinion manifestait bruyamment son "loyalisme" à Pétain, et lui faisait confiance, même quand il abolissait la république, serrait la main de Hitler, et promulgait des lois antijuives qui étaient d'ailleurs accueillies avec ravissement.
Les communistes étaient peu nombreux, et les anglophobes avaient surgi comme des champignons aprés la pluie, dés Mers El Kébir.
Dans ce contexte, de Gaulle était perçu comme un général dissident, traitre à son pays et mercenaire des Anglais.

Même en 1942, quand eut lieu le débarquement allié (de Gaulle fut tenu soigneusement à l'écart, et aucune FFL ne participa), l'opinion algéroise (je dis algéroise pour la commodité) manifesta un chaleureux accueil aux Américains, mais les Anglais durent parfois arborer des brassards américains pour éviter des "heurts". Ensuite, c'est lentement, et à regret, que l'aura de Vichy s'atténua. Il y eut l'intermède Darlan, qui laissait espérer une osmose américano pétainiste. Hélas, le maréchal n'a pas pris l'avion vers Alger.
De Gaulle restait trés loin des pensées des "Algérois".
Les lois antijuives ne furent abolies que lentement et à regret. La photo de Pétain resta en bonne place dans les foyers, longtemps, longtemps. Et dans les coeurs plus longtemps encore.

Aprés Darlan, est venu l'intermède Giraud. N'importe qui plutôt que de Gaulle, l'homme des Anglais. Il y eut la mascarade de Casablanca, où Roosevelt et Churchill ont "invité" de Gaulle pour le contraindre à serrer la main de Giraud devant les caméras.

L'armée d'Afrique, glorieusement libératrice, ne se rallia jamais à de Gaulle. Son écusson tricolore mentionnait "FRANCE D'ABORD", et sans croix de Lorraine.
On traquait comme des déserteurs les soldats qui tentaient de rejoindre les unités de la France Libre.
Cette Afrique du Nord libérée était restée si antigaulliste qu'il fallait intriguer, ruser, mendier comme une prébende, le droit d'aller se faire tuer à l'escadrille Normandie Niemen, ou à la 1e DFL.("Un du Normandie Niemen" Roger Sauvage)

La 1e Armée a fait toute la campagne d'Italie en tant que force pétainiste RALLIEE à la cause des Alliés. Ses chefs (de Lattre, Juin) avaient soutenu Pétain, la chute de la république, la collaboration, pendant deux années avant de sentir le vent tourner, et se rallier, mais dans un contexte qui ne reniait rien, et qui laissait toutes ses chances à une éventuellement perpétuation du régime de Vichy. Il ne s'agissait, pour eux QUE d'apporter une contribution purificatrice (mais secondaire) à la libération de l'Europe. Ce n'est pas l'armée d'Afrique, à elle seule, qui aurait libéré la France. Encore moins, réduite à ses seuls effectifs européens.

De Gaulle n'a été finalement accepté que dans le courant de l'année 1944. Et il en a tenu légitimement rigueur, c'est vrai aux Algérois.
Il le leur a bien fait sentir, par la suite.

*** / ***

lue 820 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes