L'indifférence coupable ! - Le train des fous - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre

Le train des fous / Pierre Durand

En réponse à
-1Est-ce qu'il y a eu des tentatives d'opposition de Jacques Ghémard

L'indifférence coupable ! de Francis Deleu le lundi 16 décembre 2002 à 22h27

"Les grands crimes, loin de se soupçonner, ne s'imaginent même pas".
M. Richet, ex-avocat au Parlement, les Causes célèbres Amsterdam 1772.

Cette phrase, en exergue du livre de Pierre Durand, en rappelle une autre, celle de Raymond Aron:
"Le génocide, qu'en savions-nous à Londres? ... les chambres à gaz, l'assassinat industriel d'êtres humains, non, je l'avoue, je ne les ai pas imaginés et, parce que je ne pouvais les imaginer, je ne les ai pas sus".
("Mémoires", Julliard, page 176).

Je n'ai pas de réponse à ta question. Ces malades mentaux, vieillards, impotents, handicapés... sont morts dans l'indifférence générale. Ils étaient les parasites de la société, parqués dans des asiles-mouroirs, privés des soins élémentaires, privés de nourriture, privés de tout. C'était dans "l'air du temps". Alexis Carrel, rappelé des Etats-Unis par le régime de Vichy, envisageait des réformes profondes et hardies qui plaisaient au maréchal Pétain et qui se résument par ces trois mots galvaudés : Travail, Famille, Patrie. En clair: l'interdiction du travail des femmes, la transformation des classes sociales en classes biologiques, l'élimination des "tarés"... pour une société nouvelle.
Bien sûr, ces indésirables de la société n'ont pas été éliminés de manière industrielle comme en Allemagne nazie. Non! On les a laissé mourir de mort lente en les privant délibérément des besoins élémentaires pour survivre... malgré, il faut le préciser, les appels pressants aux autorités, de médecins, d'infirmiers, de prêtres qui n'acceptaient pas l'intolérable.

Peut-être un début de réponse à ta question: Pourquoi sont-ils morts dans l'indifférence générale? Peut-être parce qu'ils étaient "différents". Depuis lors rien n'a changé ou si peu.

Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

lue 956 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes