Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Dien Bien Phu / Pierre Pellissier

En réponse à -4 -3 -2
-1Khrouchtchev et l'Indo... de Laurent Boussaton

Kroutchev, Chou En Laï et Ho Chi Minh de Serge Desbois le mardi 21 septembre 2004 à 18h46

Kroutchev dans ses mémoires rapporte donc ces paroles de Chou En Laï lors de la préparation de la conférence de Genève : “Le camarade Ho Chi Minh m'a dit que la situation au Vietnam est désespérée, et que si nous n'obtenons pas un cessez le feu, les vietnamiens ne pourront pas résister plus longtemps aux Français. En conséquence, ils ont décidé de battre en retraite jusqu'à la frontière chinoise, si cela devient nécessaire, et ils veulent que la Chine se tienne prête à envoyer des troupes…”
Ces propos du dirigeant chinois à Kroutchev sont probablement exacts. Celui-ci n’avait aucune motivation pour mentir dans un sens ou un autre. Mais c’est plutôt Ho Chi Minh qui a essayé de tromper Chou En Laï en lui faisant croire que la situation du Viet Minh était désespérée car en fin 53 elle ne l’était pas.
Depuis la victoire des Viets dans “ la Bataille des Frontières ” 3 ans auparavant, cette situation n’avait cessé de s’améliorer malgré les revers de Giap dans les tentatives de prendre le Delta ( bataille de Vinh Yen, du Dong Trieu ) et l’indécision du siège de Na San. En 3 ans, après avoir affermi sa possession de toute la rive gauche du Fleuve Rouge au nord et à l’est de la ligne Bac Ninh, Phu Lang Thuong ( Bac Giang), Haïphong, le Viet Minh avait franchi le fleuve, prit Nghia Lô et bien entamé la conquête du Pays Thaï sur la rive droite. Nous avions été contraints début 52, d’abandonner les rives de la basse Rivière Noire et Hoa binh qui n’est pourtant qu’à 60 km de Hanoî, et ceci après bien des difficultés pour ramener nos troupes sur le Delta par la route coloniale N° 6. Nous n’avions plus la maîtrise de cette voie au delà d’une quarantaine de km de la capitale. Et ce fut l’abandon de Son la, Na San et puis à la fin de 1953, la haute Rivière Noire avec Laï Chau.
Fin 53,début 54, au moment où se décide entre les « Grands » la conférence de Berlin en vue de celle de Genève bientôt avec les Chinois, le Viet Minh est présent dans la plus grande partie du Pays Thaï sauf la présence des maquis soutenus par nos services spéciaux (le GMI qui succéda au GCMA *). Cette expansion progressive des Viets en 3 ans jusqu’à conquérir 90% de la superficie du Tonkin ne ressemble nullement à une situation de détresse pour eux.
Alors pourquoi Ho Chi Minh et ses missi dominici auraient essayé de faire croire au Chinois que leur situation sur le terrain était “ désespérée” ? Pour avoir d’avantage d’aide à la veille d’un moment décisif. Les dirigeants viets voyaient venir la fin des combats sous la forme d’un compromis où chacun des belligérants abandonnerait une partie de ses exigences car à ce moment en ce début 54, Soviétiques et Chinois pour qui le problème indochinois ne pesait pas lourd, avaient besoin pour des raisons de haute politique, d’une période de rémission dans les relations est-ouest.
Compromis signifie partition de l’Indochine. Or ce à quoi les Viets tenaient par dessus tout, c’était l’indépendance de la totalité du Viet Nam. En effet, la Cochinchine à 1300 km au sud était le grenier à riz du Tonkin qui était très peuplé et non auto-suffisant. Après le coup de force des Japonais du 9 Mars 1945, dans l’Indochine désorganisée où l’administration française avait cessé d’exister en une nuit, les trains ne montaient plus sur Hanoï. Pas de ravitaillement par mer. Une terrible famine s’installa au Tonkin qui tua des milliers de Vietnamiens.
Probablement certains dirigeants viets rêvaient pour l’Indochine d’un coup des Chinois analogue à celui qu’ils avaient fait à l’armée américaine en Corée où en quelques semaines en janvier 1951, ils l’avaient refoulé du fleuve Yalou jusqu’à Pusan.
Finalement rien de semblable ne se produisit et malgré leur victoire à Dien Bien Phu, les Viets à Genève furent contraints par les Russes et les Chinois d’accepter un compromis c’est à dire ce qu’il redoutaient le plus, la partition du Vietnam de part et d’autre du 17ème parallèle.
Et la guerre repris pour 20 ans jusqu’au 30 avril 1955 où les chars viets défoncèrent les grilles du palais Norodom à Saïgon.

*GCMA : groupe de commandos mixtes aéroportés

*GMI : groupement mixte d’intervention

*** / ***

lue 1743 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 casse-tete chinois de khoi 22 sept. 2004 15h27
2 Casse-tête chinois dans le labyrinthe communiste. de Serge Desbois 23 sept. 2004 08h06

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Dien Bien Phu

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes