Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

A livre ouvert ... - les contributeurs de Livres de Guerre
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Gaulle (Charles de) - CDG - France libre
-

A hissé le grade de Connétable bien au dessus de celui de Maréchal, fut il de France.
Le site officiel


Moulin (Jean) - Résistance (France)
-

(Bézier 1899 - en déportation 1943)
Préfet à Chartres, il fut mis en disponibilité en juin 1940 par le gouvernement de Vichy.
À Marseille, il rencontra Henri Frenay et rejoignit Londres. Parachuté en zone sud en 1942, il fut chargé par le général de Gaulle de rassembler la Résistance française et constitua l'Armée secrète. Délégué général au Comité national français de Londres, il créa une administration de la Résistance et organisa les services communs à tous les mouvements et réseaux. Fondateur et premier président du Conseil national de la Résistance, qu'il réunit pour la première fois le 27 mai 1943 à Paris, il fut livré par trahison à Caluire, le 21 juin 1943. Torturé, il mourut au cours de son transfert en Allemagne le 8 juillet 1943.
[Source : Dictionnaire des personnages in La France en guerre, du Front populaire à la victoire 1943 - 1945 (Histoire de France illustrée), (s. dir. Ph. Masson), Paris : Larousse-Sélection du Reader's Digest, 1988]
Compagnon de la Libération


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)

Dans ce texte :

je pointe ma truffe... de françois delpla le jeudi 30 novembre 2006 à 09h11

... si Francis me permet de le laisser mariner un moment avec son du Moulin.

Il s'agit de mon livre de 1993 Churchill et les Français, inchangé sur ce point comme sur la quasi-totalité des autres lors de sa réédition par Jean-Robert Gorce en 2000. Je m'y appuie sur les lettres de De Gaulle à la future Tante Yvonne au sujet de la résidence du foyer, prérogative masculine s'il en fut en cette préhistoire d'avant Ségolène. Il lui enjoint de ne pas retourner à Colombey (quitté peu après le 20 mai) "pour attendre la fin de la crise", "en Bretagne par exemple".

A l'époque, on se demande si Hitler a l'intention de poursuivre immédiatement les évadés de Dunkerque sur le sol britannique, ou de privilégier l'adversaire français. Dans les deux cas, la Bretagne est menacée : en cas de tentative d'invasion de l'Angleterre, l'occupation de toute la côte de la Manche est une urgence. Il n'y a donc pas d'autre explication possible des projets locatifs de la famille de Gaulle que la croyance, soit en un retournement complet de la situation militaire que le récent général lui-même, dans les mêmes écrits, déclare improbable, soit en un prompt et général armistice. Il est donc alors persuadé que Churchill, comme lui-même, ne pourra rien contre le courant. Ce qui ne veut nullement dire qu'il rejoigne Pétain et Weygand, déjà prêts à se reconnaître vaincus pour engager une révolution nationale en forme de grande pénitence des péchés du Front populaire, voire de la déchristianisation d'après 1789. Non, de Gaulle cherche certainement encore, à tâtons, le chemin du redressement, notamment par sa revendication, formulée de manière plus impérieuse que jamais en direction de Reynaud et de Weygand, d'un regroupement des chars en un "corps cuirassé". Il s'agit sans doute pour lui de signer l'armistice le plus intéressant possible en tenant la dragée haute à Hitler avec l'aide de Churchill mais aussi de Roosevelt et, pourquoi pas, de Mussolini.

J'ai cru un moment que ce qui avait rendu de Gaulle résistant, au sens que ce mot allait prendre dans un contexte d'armistice français et de continuation de la guerre par la Grande-Bretagne, c'était sa première rencontre avec Churchill, le 9 juin (que j'ai appelée avec une juvénile audace dont je ne rougis nullement aujourd'hui "la rencontre du siècle") et c'est l'analyse que j'ai donnée dans le Doumenc (1992). Mais j'ai découvert (et publié) sur ces entrefaites, dans les archives de Reynaud, la note gaullienne du 8 juin (dont Eric Roussel devait faire plus tard usage sans me citer et en la datant faussement du 7 juin, bien fait pour lui !) que j'ai baptisée "appel du 8 juin" : il postule la continuation de la lutte par l'Angleterre et prône un repli en bon ordre vers l'Afrique du Nord, première apparition de ce thème sous sa plume comme dans ses propos connus.

Le changement ne peut être dû qu'à l'un des deux grands événements qui se sont produits dans l'intervalle entre la dernière lettre de De Gaulle sur la Bretagne (5 juin au matin) et cette note : la résistance mondialement inattendue des Alliés sur la Somme et sur l'Aisne (5-6 juin), et la nomination de De Gaulle au gouvernement comme sous-secrétaire d'Etat à la Défense (5 juin au soir), ce qui, le ministre de la Défense étant Paul Reynaud lui-même, équivalait à un titre ministériel, lui conférant la capacité de donner des ordres à toutes les forces armées... et d'écrire une telle note (soumise au contreseing du président du conseil, qui ne viendra jamais).

Voilà, Jacques. Effectivement, tu avais quelques lacunes !

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.08 s  3 requêtes