Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

A livre ouvert ... / les contributeurs de "Livres de Guerre"

En réponse à -2
-1tiens ! de françois delpla

explication de françois delpla le mercredi 25 juin 2014 à 06h43

puisqu'il faut, paraît-il, développer, Pétain n'est pas Churchill. Il est très réservé devant une entrée en guerre à propos de la Pologne et garde, dans son ambassade en Espagne, de bon rapports avec son collègue allemand.

Ses déclarations de Montoire (24/10/40) sont certes postérieures d'un an, mais gratinées, et ne portent pas la marque d'un vif effort pour masquer sa pensée réelle :

"Le Führer commença par exprimer son regret d’avoir à rencontrer le maréchal Pétain dans des circonstances aussi pénibles. Il aurait été heureux, s’il en avait eu la possibilité, de faire plus tôt la connaissance du maréchal. L’entretien de ce jour constituait aussi la réponse à la lettre que le maréchal lui avait envoyée quelque temps auparavant.

Le maréchal répondit qu’il était très satisfait de l’accueil du Führer, malgré l’atmosphère douloureuse qui régnait partout. Il avait été particulièrement frappé de la compréhension que le Führer lui manifestait dans la situation difficile où il se trouvait. Sa position était vraiment tragique. Il avait toujours été contre la guerre avec l’Allemagne. De précédents gouvernements français l’avaient pour cette raison envoyé comme ambassadeur en Espagne. Quand la crise s’annonça en 1939, il avait demandé par deux fois qu’on le rappelle pour qu’il puisse reprendre ses fonctions au conseil supérieur de la Guerre. Car d’après ses informations la France était sur le point de se lancer dans une aventure funeste. Cela fut pour lui un moment très pénible et, quand pour finir il avait appris la déclaration de guerre de la France à l’Allemagne, il avait réussi à grand-peine à garder ses préoccupations pour lui. Il tenait cette déclaration de guerre pour une grande folie. Lui qui avait toujours été contre cette guerre, voilà qu’il était appelé maintenant à expier les fautes des gouvernements précédents.
"


(début du procès-verbal, archives allemandes )

*** / ***

lue 1153 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur A livre ouvert ...

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes