Décryptage du forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Patrouilles du désert - W.B. KENNEDY SHAW
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Long Range Desert Group - LRDG - Grande-Bretagne
-

Si les SAS. avaient un rôle essentiellement d'action : sabotage, destruction, élimination, etc...... les LRDG, faisaient plus du renseignement, ouvraient des pistes, créaient des cachettes d'approvisionnement, observaient les concentrations et les mouvements ennemis, et parfois faisaient quelques coups de main.
(Merci à Laurent Pink panther)


R - Résistance (France)
-

Dans le cadre de l'organisation de la Résistance, la lettre R suivie de 1 à 6 indiquait une région de la zone Sud (zone non occupée jusqu'en 1942).
R1 : Région Rhône-Alpes (centre Lyon).
R2 : Région Provence-Côte d'Azur (centre Marseille).
R3 : Région Languedoc-Roussillon (centre Montpellier).
R4 : Région du Sud-Ouest (centre Toulouse).
R5 : Région de Limoges (centre Brives puis Limoges).
R6 : Région de l'Auvergne (centre Clermont-Ferrand).

En zone Nord occupée, les régions étaient définies par les simples lettres : P - A - B - C - D - M
(voir "zone")


FAFL - Forces Aériennes Françaises Libres - France libre

Dans ce texte :

Patrouilles du désert

W.B. KENNEDY SHAW

4e de couv :
« Des le début des hostilités en Afrique, le commandement britannique au Caire comprit que, pour gagner la guerre du Désert, il devait disposer de patrouilles motorisées, formées d’hommes entraînés et connaissant parfaitement le terrain. C’est ainsi que naquirent les L.R.D.G. (Long Range Desert Group). Engagées à des centaines de kilomètres vers le sud, à plusieurs semaines des troupes les plus proches, et loin en arrière des lignes, ces patrouilles observaient les mouvements de l’ennemi ; s’attaquaient aux garnisons italiennes isolées ; détruisirent des aérodromes allemands ; établirent la liaisons avec les Français de Leclerc qui arrivaient du Tchad. Les hommes qui les composaient ont manifesté une énergie inouïe, soit pour s’enfoncer dans les solitudes, soit pour en revenir, parfois à pied à travers des centaines de kilomètre de sables. »

Un livre passionnant qui est toujours édité en langue anglaise. Ecrit peu de temps après la fin de la guerre, par un des premiers membres du LRDG , ce livre est tout autant un livre de guerre qu’un livre d’aventure.
De plus, Leclerc, Ornano, Massu , Dio, les lysander des FAFL,etc…. prennent une place non négligeable dans ce livre (on l’on croise également les traces de Théodore Monod)

Un extrait :

« Il nous arrivait au L.R.D.G. de nous prendre pour des « durs », mais l’existence de ces Méharistes français avait de quoi nous faire réfléchir. Ils quittaient leurs postes qui était déjà peu confortables et partaient des mois entiers dans le desert munis d’un sac de couchage qu’ils étendaient à même le sol. Nous savions que dans quelques semaines nous serions de retour à la civilisation du Caire. Mais la vie du groupe nomade, c’est la vie de ses chameaux. Les chameaux doivent « transumer » et les hommes sont obligés de les suivre. Sarazac , ses opérations terminées, se rendait aussitôt au maigre pâturage des collines Afafi. De plus – ainsi en avaient décidé Pétain et Laval – ces hommes étaient considérés « hors-la-loi » dans leur propres pays. Apres bien des années de services, ils étaient perdus dans la partie la plus désolée du Sahara central. Ils n’étaient pas retournés chez eux depuis des années et ils ne pouvaient espérer y retourner avant encore quelques années. Le pire de tout peut-être, c’est qu’ils ne recevaient jamais de nouvelles de leur famille en France. Au Tibesti, le jour du courrier était sans intérêt...... »

 

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.07 s  3 requêtes