Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


www.delpla.org, le site de l'historien François Delpla
 
 
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Site personnel de F. Delpla, Historien 1939-45 - François Delpla
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Gaulle (Charles de) - CDG - France libre
-

A hissé le grade de Connétable bien au dessus de celui de Maréchal, fut il de France.
Le site officiel


Montoire - Vichy
-

Charmante localité du Loir et Cher, proche de la vallée de la Loire et de ses châteaux et, en 1940, à la lisière de la ligne de démarcation entre la zone Nord occupée et la zone Sud dite libre.
Le 24 octobre 1940, Pétain y rencontra Aldof Hitler pour une vigoureuse poignée de main et une conversation à bâtons rompus. Quelques jours plus tard, le 30 octobre, Pétain proclama sur les ondes de la radio : "J'entre aujourd'hui dans la voie de la collaboration".


persécution - Vichy
-

Par une confusion de vocabulaire, certains emploient indistinctement les termes "répression" ou "persécution" pour désigner la politique menée par Vichy ou par l'occupant nazi, contre les Juifs.
Le terme "répression" convient pour désigner la violence employée contre les communistes, les gaullistes et les résistants, poursuivis pour ce qu'ils **faisaient** ou **avaient fait**. Il est moins indiqué d'appliquer ce terme aux Juifs "persécutés" pour ce qu'ils **étaient**.

Dans ce texte :

Lettre d'information n° 127 de françois delpla le mercredi 02 janvier 2019 à 05h36




Chers abonnés,

Vous étiez prévenus ! Permettez-moi , pour une fois , de me citer (lettre 126 du 9 novembre) :

Un livre intitulé Hitler et Pétain se heurte à une méfiance, qui peut aller jusqu’ à un refus de lecture, de la part de maints spécialistes, appartenant à des courants très divers mais partageant le préjugé que la discipline historique a rompu définitivement, au XXème siècle, avec l’explication des décisions politiques par la volonté des dirigeants.

Par bonheur, la polémique en cours [sur la différence entre le Pétain de 1918 et celui de l'Occupation] met en lumière un contraste très pédagogique : la différence entre un dictateur allemand dont les lubies produisent des effets immenses (bien qu'ils ne soient pas toujours faciles à cerner), et son tardif émule français qui, si ses idées et ses talents ont souvent favorisé, ou parfois handicapé, sa carrière, a néanmoins joué, à chaque étape, des rôles attendus, qu’aucun mystère après coup ne nimbe.


Depuis le 29 novembre, date de sortie du livre (et malgré l'envoi de l'objet à la presse deux semaines plus tôt, ou de jeux d'épreuves plus tôt encore), l'écho généralement discret de mes ouvrages sur le nazisme depuis 1992 fait place à une ignorance universelle, en contraste avec sa "visibilité" sur les étalages les plus divers, le début encourageant des ventes et l'abondance du courrier "favorable à très favorable", comme disent les sondeurs. Cette anomalie suggère que les spécialistes de la presse et de l'université, devant un canard inattendu dans la couvée des cygneaux convenus, attendent que le voisin s'exprime le premier.

Pas de pessimisme donc, mais un appel à l'action. Après tout, l'extra-ordinaire mouvement des Gilets jaunes, traîné par maint observateur dans la boue de ses éléments les plus patibulaires, est accusé de mémoire courte historique. Faire progresser "sur les ronds-points" l'idée que ce Pétain, qu'on les accuse souvent d'imiter, n'avait à partir de 1940 plus rien de français puisqu'il prenait ses ordres à l'étranger, peut faire partie de cette "pédagogie" dont un gouvernement décontenancé cherche laborieusement la formule.

Vous aurez en particulier remarqué, dans ceux des remous de l'heure qui n'incitent pas à l'optimisme, le phénoménal succès commercial et médiatique du livre Destin français d'Eric Zemmour, dont la thèse centrale est que de Gaulle ne s'est pas mieux débrouillé avec l'impérialisme américain que Pétain avec l'allemand. Si je n'aborde pas de front, dans le mien, les différences entre les vues et les pratiques de Roosevelt et de Hitler envers la France, du moins, en mettant en lumière les menées destructrices, souvent subtiles, du dernier nommé, j'en suggère quelque idée !

Vous trouverez sur le site,

* outre un éditorial présentant les principales conclusions de Hitler et Pétain,

* le dernier article de Marc-André Charguéraud sur la persécution des Juifs polonais APRES l'occupation allemande

qui peur servir 1) à faire reculer l'idée absurde qu'une "polonisation" aurait menacé la France sous la botte nazie;

2) à toucher du doigt l'ampleur de la déshumanisation que le nazisme, même vaincu, imprimait dans certains esprits, en vertu, si l'on peut dire, de son talent corrupteur,

* un extrait de débat sur Facebook à propos de la décision hitlérienne d'attaquer l'URSS prise en juillet 1940, connue par le journal du général Halder dès 1947 mais contraire à la propagande churchillienne ET DONC ENCORE MECONNUE AUJOURD'HUI.

Le préjugé selon lequel le retournement allemand vers l'est date, à l'automne 1940, d'un "échec" de la "bataille d'Angleterre" fausse complètement l'analyse des rencontres de Montoire et d'Hendaye, pour la plus grande gloire de Pétain et de Franco censés avoir refusé leur concours militaire à Hitler... en vue d'opérations dans l'Atlantique ou la Méditerranée dont il faisait seulement miroiter la perspective à des fins de diversion.

* et, pour le fun, quelques nouvelles Perles contre l'histoire , sévèrement triées dans une période entre toutes propice à une surproduction.


Action, donc ! Et pour commencer, merci de participer à une conférence sur Hitler et Pétain
Dimanche 13 janvier 2019 de 17:00 à 19:30
Librairie La Terrasse de Gutenberg
9 rue Emilio Castelar, 75012 Paris

ou de signaler cette manifestation à vos accointances franciliennes.

En conclusion, ce n'est pas sur vous, chers abonnés du moins de longue date, qu'il faut compter pour croire que Hitler a été élu (bourde qui émaille encore la plus récente interview d'Alain Badiou ), que le premier statut des Juifs date du 3 octobre 1940 et résulte entièrement de rancunes françaises, que Robert Paxton mérite une confiance aveugle, que Hitler était rarement à l'origine des actions de ses subordonnés, ou que Pétain a mené une politique cohérente et efficace de sauvetage des Juifs français.

En revanche, votre intervention devient opportune pour chasser ces erreurs du plus possible de têtes en une époque qui offre avec les années trente quelques points communs, mais qu'en sépare une différence essentielle : il n'existe ni une puissance dans la situation de l'Allemagne, ni un fou talentueux pour en prendre le contrôle tout en mystifiant l'univers.



Joyeuses fêtes à tous



fdelpla


Si le message s’affiche mal, retrouvez-le ici .

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.1 s  3 requêtes