Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Darlan - Bernard Costagliola
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Alliance (Réseau) - Résistance (France)
-

Fondé en octobre 1940 par Georges Loustaunau-Lacau. Arrêté ainsi qu'une grande partie de son Etat-major, Meric (Marie-Madeleine Fourcade) prend la tête du réseau. Le réseau Alliance est directement rattaché à l'IS (Intelligence Service) britannique.
Le 2 septembre 1944, 108 membres d'Alliance sont massacrés par les SS au camp de Struthof .


Darlan (François) - France
-

(1881-1942) Commandant d'une batterie de canonniers marins pendant le Première Guerre mondiale, François Darlan est nommé en 1926, directeur du cabinet de Georges Leygues, ministre de la Marine. Il s'y consacra déjà à la rénovation de la flotte. En 1934, il reçoit le commandement de l'escadre de l'Atlantique; en 1936, chef d'état-major général de la Marine; en 1938, amiral de la flotte.
En juin 1940, il entre dans le gouvernement de Pétain comme Ministre de la Marine. En décembre 40, à la suite du renvoi de Laval, il est nommé vice-président du Conseil et est considéré comme le dauphin du Maréchal Pétain.
Présent à Alger, en novembre 42, lors du débarquement américain en AFN, Darlan se rallie à la cause alliée après s'y être opposé quelques jours. Il sera assassiné le 24 décembre suivant par le jeune Bonnier de la Chapelle.

Dans ce texte :

Du 14 juillet 1941 au 9 novembre 1942 de Bernard Costagliola le dimanche 29 mars 2015 à 10h58

Je lis et j'acquiesce dans l'ensemble à la réflexion présentée à laquelle je ferai trois remarques.

En premier lieu, le télégramme de Darlan du 9 novembre 1942 marque la dernière tentative de l'amiral d'accrocher la France au Reich. Texte crucial à coup sûr, mais n'est-ce pas l'accumulation des offres précédentes, au cœur desquelles culmine l'offre du 14 juillet 1941, qui lui donne l'essentiel de sa force ? Voici l'occasion de rappeler que le projet de "Pacte transitoire entre l’Allemagne, l’Italie et la France" prévoyait le remplacement des armistices par des conventions transitoires adéquates et le rétablissement de relations pacifiques entre les anciens ennemis, la France récupérant sa totale souveraineté dans le processus. Et faisait suite un protocole non public témoignant, en continuation des conférences militaires de l'hiver 1940 et des protocoles de Paris de mai 1941, de l'engagement de Vichy à défendre les territoires placés sous sa souveraineté, puis à récupérer les colonies dissidentes. Enfin le gouvernement français affirmait sa volonté d'adhérer au Pacte tripartite (conclu entre l'Allemagne, l'Italie et le Japon en septembre 1940) après la signature du traité de paix et d'en assumer aussitôt, à charge de réciprocité, les obligations à l’égard de l’Axe. C'est dire le formidable enjeu de l'offre : à imaginer l'Allemagne ou l'Italie attaquée par les Etats-Unis, ce qui représentait l'éventualité la plus probable, la convention, qui établissait une alliance militaire défensive entre les contractants, imposait à la France de prendre les armes pour défendre ses nouveaux alliés, piétinant ce faisant l'amitié franco-américaine de toujours ("La Fayette, nous voilà").

Tout cela pour revenir au 9 novembre 1942 où, quelques heures après avoir envoyé le télégramme que l'on sait, Darlan adresse un autre télégramme aux amiraux Esteva (Tunis) et Derrien (Bizerte), avec copie à Vichy, où se renouvelle la chimère d'une cobelligérance de fait aux côtés de l'Axe : "Les Américains ayant envahi l’Afrique les premiers sont nos adversaires et nous devons les combattre seuls ou assistés."

Enfin nous retrouvons-nous avec François Delpla sur l'abandon du vieux cliché de la neutralité (cf. mon message suivant "Lettre au grincheux") et l'existence d'une vision géopolitique remontant, remarque Georges-Henri Soutou (cf. "Le deuil de la puissance" in Histoire de la diplomatie française, ouvrage collectif, Perrin, 2005, p. 801), loin dans le passé :

"Ces tentatives pour établir avec le Reich des rapports de quasi-alliance ne s'expliquent pas uniquement par la conjoncture immédiate mais renvoient à d'immenses et anciennes questions, à d'anciens courants de méfiance à l'égard des Anglais (ou des "Anglo-Saxons") et du libéralisme, à beaucoup de frustrations depuis 1919, à l'idée ancienne que la France aurait intérêt à s'entendre avec l'Allemagne plutôt qu'avec l'Angleterre, sa rivale impériale".

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.05 s  3 requêtes