Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Louis Renault - Emmanuel Chadeau
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Marion (Paul) - France
-

(1899-1954). Militant communiste depuis 1921, Paul Marion accède en 1926 au comité central du Parti communiste. Chargé des services de propagande, il résida à Moscou de 1927 à 1929. Après avoir rompu avec le PC en 1929, il devint, en 1933, néo-socialiste, porte-parole du Parti Populaire Français de Doriot. Il en démissionne en 1939. Le 24 février 1941, il est nommé secrétaire général adjoint à la vice-présidence du Conseil chargé de l'Information. Quelques mois plus tard, le 11 août 1941, il reçoit le poste de secrétaire général à l'Information et à la Propagande du régime de Pétain. Puis successivement secrétaire d'Etat à l'Information (18 avril 1942), et secrétaire d'Etat auprès du chef du gouvernement (6 janvier 1944).
Condamné aux travaux forcés à perpétuité en décembre 1948, il bénéficiera d'une grâce médicale peu avant sa mort.

Dans ce texte :

Manque de soins de Chef Chaudard le jeudi 06 février 2014 à 11h06

Le décès de LR est dû à une déshydratation consécutive à un coma (le malade ne peut plus boire). De nos jours, on utilise la perfusion pour éviter cela, mais, à l’époque, si la perfusion existe, elle est peu pratique et peu utilisée.

Le coma est donc la raison principale de la mort, reste à en connaître la raison.

Le médecin qui s’est opposé au transfert est le neurologue Paul Abély, qui a la charge du patient durant son séjour à la Maison de soins. Rappelons que l’industriel a été envoyé dans cet établissement psychiatrique suite à l’examen fait le jour de son incarcération qui concluait qu’il était sénile, comme on disait à l’époque (on parle maintenant de maladie d’Alzheimer).

Pourquoi le Dr Abély refuse-t-il ce transfert ? Si l’on en croit Laurent Dingli, confirmé par les documents à notre disposition, il s’oppose au diagnostic de ses confrères : le placement en clinique ne permettra pas de soigner mieux LR. Or celui-ci souffre de problèmes prostatiques, fréquents sur un homme de son âge. De plus, des problèmes urinaires ont nécessité la pose d’une sonde. Ces pathologies seraient probablement mieux traitées dans une clinique. Une chose est sure, toutefois : au moment de son transfert en clinique le 17 octobre, LR est mourant : le Dr Marion, les experts qui préconisent le transfert de LR en clinique parlent également à ce moment de pyélonéphrite. C'est-à-dire une infection bactérienne. Seule une septicémie terminale peut toutefois avoir pu provoquer le coma, et les symptômes présentés par LR lors de l’expertise du 16 ne correspondent pas : la fièvre (39°) est trop basse et le malade devrait être agité de frissons.

Ni les problèmes prostatiques, ni même l’infection n’expliquent donc le « subcoma » mentionné dans le rapport.
La raison la plus évidente de l’attitude du Dr Abély est donc que LR a été victime d’un ou plusieurs AVC. Christiane Renault en signale d’ailleurs un le 12 octobre. Cet accident cardio-vasculaire, ou un autre qui a suivi, a plongé l’industriel dans un coma qui ne peut aboutir qu’à sa mort à brève échéance en l’état de la médecine de l’époque. Il est agonisant et rien ne peut plus être tenté qui pourrait le sauver.

Cela est d’ailleurs confirmé par le rapport du Dr Paul qui indique « …que la mort était la suite et la conséquence de ces manifestations cérébrales d’origine vasculaire. », confirmant plus loin « on peut estimer que M. Louis Renault a succombé à des complications cérébrales d’origine vasculaire (…) »



Comme on le voit, l'incarcération de LR s'est déroulée principalement en milieu médicalisé, où il a été suivi par de nombreux médecins. Si ceux-ci s'opposent "à fleurets mouchetés" sur l'opportunité de son transfert en clinique, aucun n'avancera que la cause du décès est dû au manque de soin lié à l'opposition de l'un d'entre eux, le Dr Abély. Tout simplement parce que LR est mort des conséquences d'un accident cardio-vasculaire auquel aucun médecin ne pouvait rien.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.08 s  3 requêtes