Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Les Catholiques français sous l'occupation - Jacques Duquesne
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Combat - Résistance (France)
-

L'un des premiers mouvements de résistance en Zone Sud. Fondé par Henri Frenay. Le mouvement "Combat" est issu de la fusion du MLM (Mouvement de Libération Nationale)d'Henry Frenay et Bertie Albrecht avec le Mouvement des Démocrates Chrétiens "Libertés".


Liberté - Résistance (France)
-

Journal et mouvement de résistance des démocrates chrétiens.
"Liberté" fusionnera en 1941 avec le MLN (Mouvement de Libération Nationale) pour devenir le mouvement "Combat".


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)


Victor
-

La lettre V dans l'alphabet international.


Zone - Résistance (France)
-

En zone Nord occupée, les régions étaient désignées par les lettres:
P : région de Paris.
A : région d'Amiens.
B : région de Bordeaux.
C : région de Châlons-sur-Marne.
D : région de Dijon.
M : Région de Le Mans.

En zone Sud, les régions étaient désignées par la lettre R suivie de 1 à 6.
(voir "R")


Zone Sud - ZS - France
-

Désigne la Zone Libre (ZL) ou Zone Non Occupée (ZNO) avant l'invasion et l'occupation par les troupes allemandes, en 1942, du Sud de la France.

Dans ce texte :

Texte intégral du tract de Michelet de Emmanuel de Chambost le mercredi 03 juillet 2013 à 22h05

Note EdC:
Je reproduis d'abord le texte du tract, extrait, non pas de l'Argent publié en 1913 dans les cahiers de la Quinzaine, mais de l'Argent suite, texte posthume publié par Gallimard en 1932. J'ai essayé de respecter la ponctuation, les coquilles, les fautes d'orthographe.

Tract

« 
QUELQUES TEXTES DE PEGUY

- § ... Celui qui ne se rend pas a raison contre celui qui se rend, c'est la seule mesure, et il a raison absolument, je veux dire que la raison qu'il en a est un absolu, et que l'excédent pour ainsi dire qu'il a sur l'autre, l'écart, l'emportement qu'il a sur l'autre est un absolu.

- § - En temps de guerre, celui qui ne se rend pas est mon homme, quel qu'il soit, d'où qu'il vienne et quel que soit son parti. Il ne se rend point. C'est tout ce qu'on lui demande. Et celui qui se rend est mon ennemi, quel qu'il soit, d'où qu'il vienne, et quel que soit son parti. Et je le hais d'autant plus que par les jeux des partis politiques il prétendrait s'apparenter à moi .

- § - Quels que soient les partis celui qui ne rend pas une place française est le droit héritier de tous ceux qui n'ont pas rendu des places françaises. Rochereau dans Béfort (et Masséna dans Gênes) sont les droits héritiers de celle qui fit lever le Siège d'Orléans. Ils en sont les héritiers spirituels comme ils en sont les successeurs temporels. Ils sont de sa filiation spirituelle et de sa communion spirituelle et non pas seulement de sa race. Et Trochu avec toutes ses capucinades n'en est pas.

- § ... Autant il est permis, autant il est beau, autant il est profond de demander par la prière, de demander dans la prière le couronnement de fortune et ce sort des batailles qui ne réside que dans l'évènement, autant il est stupide, et il est de désobéissance de vouloir que le Bon Dieu travaille à notre place, et d'avoir le toupet de le lui demander. Demander la victoire et n'avoir pas envie de se battre, je trouve que c'est mal élevé.

- § ... Celui qui défend la France est toujours celui qui défend le royaume de France. Celui qui ne rend pas une place peut être tant républicain et tant laïque qu'il voudra. J'accorde même qu'il soit libre-penseur. Il n'en sera pas moins petit-cousin de Jeanne d'Arc. Et celui qui rend une place ne sera jamais qu'un salaud, quand même il serait marguillier de sa paroisse. (Et quand même il aurait toutes les vertus. Et puis on s'en fout de ses vertus. Ce que l'on demande à l'homme de guerre, ce n'est pas des vertus. Et ce que Jeanne d'Arc demandait à ses hommes, ce n'était pas des vertus, c'était une vie chrétienne. Et c'est infiniment autre chose. La morale a été inventée par les malingres. Et la vie chrétienne a été inventée par Jésus-Christ).

- § ... Il ne fait aucun doute que la France a deux vocations dans le monde et que si elle est quelquefois fatiguée au temporel et même au spirituel, et diminuée, et quelquefois pauvre de forces c'est qu'elle est doublement fidèle, c'est qu'elle est fidèle deux fois, c'est qu'elle a à pourvoir à deux tâches, et à deux fidélités, à sa vocation de chrétienté et à sa vocation de liberté...

L'ARGENT (page 168 et suivantes)
(Edition Galimard - 1932)
»

Notice accompagnant le tract et communiqué comme la copie du tract par David Marmonier, directeur du centre d’Études et Musée Edmond Michelet :

« 
Tract rédigé par Edmond MICHELET à Brive, 17 juin 1940 (© Centre d'études et musée Edmond-MICHELET, ville de Brive). Ce tract est le premier acte connu de« contre-propagande» en métropole après l'allocution radiophonique du maréchal PÉTAIN le 17juin annonçant l'ouverture des négociations d'armistice et demandant aux troupes françaises de cesser le combat. Courtier et militant catholique progressiste, Edmond MICHELET puise dans un texte de PÉGUY paru en 1913, L'Argent. Ce tract, ronéoté à Brive dans l'imprimerie de Frédéric MALAURE, maire-adjoint socialiste, est distribué courant juin dans les boîtes aux lettres de la ville par MICHELET et quelques amis, membres comme lui du mouvement d'éducation populaire des Équipes sociales. Cette façon d'opposer à l'autorité morale du «vainqueur de Verdun » des citations puisées dans le passé deviendra un réflexe commun à plusieurs tracts de 1940, que reprendront ensuite les journaux clandestins dans leurs épigraphes empruntées à FOCH, CLEMENCEAU, Victor Hugo, etc.
La diffusion de ce tract a été très confidentielle, mais elle a sans doute débordé de Brive dans une deuxième phase: cet exemplaire a été retrouvé dans les papiers du médecin Fernand BELOT, fusillé en juin 1944. Il avait diffusé, comme MICHELET, mais à Lyon, le journal Liberté fondé en novembre 1940, puis organisé en zone sud la diffusion des Cahiers du Témoignage Chrétien. Le Centre Edmond MICHELET en détient huit autres exemplaires, six provenant de la famille MICHELET, un du fonds Étienne BORNE (philosophe personnaliste, proche ami de MICHELET), le dernier d'un habitant de Brive dont le père avait reçu le tract glissé sous sa porte d'entrée.

Bibl. et sources: François David, Visages de la Résistance en Pays de Brive, Les 3 Épis, 1998, p.29 (tém. d'Antoine MEYRI6NAC), archives du Centre Edmond MICHELET (lettre de Mme Raymonde GuvoN-BELOT du 12 décembre 1991, tém. oral de M. SOLEILHAVOUP)
»

Merci encore à David Marmontier.

Emmanuel

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.1 s  3 requêtes