Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Vichy et la Shoah - Alain Michel
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Zone - Résistance (France)
-

En zone Nord occupée, les régions étaient désignées par les lettres:
P : région de Paris.
A : région d'Amiens.
B : région de Bordeaux.
C : région de Châlons-sur-Marne.
D : région de Dijon.
M : Région de Le Mans.

En zone Sud, les régions étaient désignées par la lettre R suivie de 1 à 6.
(voir "R")


Zone Libre - ZL - France
-

Libre jusqu'en 1942 et l'invasion et l'occupation par les troupes allemandes de tout le territoire français. Elle devient alors Zone Sud (ZS).


Zone Occupée - ZO - France
-

Jusqu'en 1942, le territoire français occupé et administré par les Allemands au Nord de la ligne de démarcation. Après l'invasion de la Zone Sud, on dira Zone Nord (ZN)

Dans ce texte :

Dernier boibouviérisme en date de Nicolas Bernard le vendredi 06 avril 2012 à 17h33

En attendant que je revienne sur diverses... disons, "lacunes" qui sautent aux yeux à la lecture du livre d'Alain Michel, un mot sur sa récupération par le faussaire vichyste Michel Boisbouvier.

Le livre d'Alain Michel ne nie pas l'antisémitisme de Vichy, au contraire. Il l'interprète à mon sens de manière totalement erronée, mais il indique que cette judéophobie est au coeur de la politique de l'Etat français, qu'elle ne découle pas de l'influence allemande, ou d'une pression allemande. Alain Michel souligne également la profonde xénophobie du régime pétainiste, qui serait, selon lui, le facteur déterminant de la politique vichyste appliquée aux Juifs de France.

S'il finit par adopter la foutaise (pas d'autre mot) selon laquelle Vichy n'aurait cessé de vouloir protéger les Juifs français et, pour ce faire, n'aurait eu d'autre choix que de sacrifier les Juifs étrangers, s'il adopte en définitive le terme - absolument impropre - de "sauvetage", et s'il peine à trancher la problématique (traitée de manière plus que lamentable) de la connaissance par Vichy du sort des déportés, Alain Michel se distingue radicalement de l'escroc Michel Boisbouvier, dans la mesure où ce dernier défend simultanément, et sans s'apercevoir de l'aporie, les deux théories suivantes :

1) Vichy aurait été profondément hostile à l'antisémitisme, et aurait tout fait pour sauver les Juifs de France, excluant, dépossédant, raflant et parquant ces derniers pour leur propre bien - et aussi (un peu) parce que les Allemands lui mettaient la pression (après tout, nos pauvres flics leur étaient au-to-ma-ti-que-ment subordonnés en zone occupée, non ? Michel Boisbouvier reste systématiquement muet sur la zone "libre", où s'appliquait aussi, dans toute sa rigueur, la politique antisémite du régime). Lorsque la pression est devenue trop forte, les dirigeants de Vichy auraient fait preuve du plus noble héroïsme : dans la mesure où ils auraient été portés au pouvoir par le peuple français, ils auraient eu l'idée absolument géniale de livrer aux Allemands les Juifs étrangers, qu'après tout leur mandat électoral ne les contraignait pas à protéger, afin de "sauver" les Juifs français, donc Vichy n'est pas coupable.

2) Par ailleurs, Vichy aurait totalement ignoré ce qui attendait les déportés, donc Vichy n'est pas coupable.

Bref, les théories d'Alain Michel et les foutaises de Michel Boisbouvier pourront, par endroits, se ressembler (y compris dans leurs incohérences ou leurs reproductions de citations, de Kriegel à Hilberg en passant par Poliakov), leurs démarches respectives n'en sont pas moins radicalement différentes. Le premier, malgré ses errements, souligne l'antisémitisme et la xénophobie de Vichy, le second assimile ce gouvernement à une version française de "Band of Brothers".

En toute hypothèse, Boisbouvier n'en a pas moins cherché à récupérer à son profit les allégations d'Alain Michel. Sans surprise. Ainsi que je l'ai déjà écrit, il "use et abuse d’une technique de tromperie parfaitement au point : il prétend que tel auteur a écrit ou dit telle chose. Il attribue ainsi, le plus souvent à des historiens, des affirmations qu’ils n’ont jamais faites, ou leur accorde une signification qu'elles ne revêtent pas. L'ex-anonyme martèle ensuite son inexactitude délibérée au fil de ses interventions. L’objectif de cette stratégie consiste à faire croire au lecteur que les historiens ont en fait réhabilité le régime de Vichy."

Cela dit, en cette nouvelle occasion, l'escroc Boisbouvier - qui, pour rappel, a nié l'authenticité du Journal d'Anne Frank - a proféré une nouvelle énormité.

Sur un forum d'extrême droite où sévit (et se contredit encore) le bonhomme, un intervenant ("Lebel") fait observer "que Vichy se souciait comme d'une guigne du devenir et des conditions de deportation de milliers de ces malheureux, coupables seulement d'être juifs, livrés aux allemands, comme du betail !"

A cette observation, parfaitement exacte (voir également le cas des enfants), Michel Boisbouvier a répondu ceci :
"Comment ça "livrés comme du bétail" ? Les Juifs furent mis dans des trains voyageurs, que je sache. Ce sont les allemands qui les mirent dans des wagons de marchandise au départ de Drancy pour Auschwitz."

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.08 s  3 requêtes