Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Présumé Jean Moulin - Jacques Baynac
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Collaboration - Vichy
-

Mémento des principaux mouvements politiques collaborationnistes sous Vichy.

- PPF : Parti Populaire Français (Jacques Doriot) - organe de presse: "Le Cri du Peuple de Paris"

- MSR : Mouvement Social Révolutionnaire (Eugène Deloncle)

- CSAR : Comité Secret d'Action Révolutionnaire - appelé par dérision "La Cagoule". - organe de presse: "La Vie nationale".

- RNP : Rassemblement National Populaire (Marcel Déat) - organe de presse: "L'Oeuvre".

- La Parti franciste (Marcel Bucard) - organe de presse: "Le Francisme".

- PFNC : Parti Français National Collectiviste (Pierre Clementi) - organe de presse: "Le Pays Libre".

- La Ligue française (Pierre Constantini) - organe de presse: "L'Appel".

- Le Front franc (Jean Boissel) - organe de presse: "Le Réveil du Peuple".

- Le Feu (Maurice Delaunnay) - organe de presse: "La Tempête".

- Le Groupe Collaboration (Alphonse de Châteaubriant) - organe de presse: "La Gerbe".


Milice - Vichy
-

Instituée le 30 janvier 1943, sous l'autorité du chef du gouvernement, Vichy se dote d'une troupe de choc, La Milice, sorte de garde prétorienne, chargée du maintien de l'ordre et plus particulièrement de la traque des communistes et des Résistants. A la tête de la Milice: Joseph Darnand.


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)


Victor
-

La lettre V dans l'alphabet international.


SD - Sicherheitsdienst - Allemagne nazie
-

Service de sécurité responsable de la surveillance intérieure, du renseignement, de l'espionnage et du contre-espionnage du parti.
Dans l'organigramme du RSHA (Office Central de la Sécurité du Reich) le SD est désigné:
- Amt III Inland SD (service de renseignement intérieur)
- Amt VI Ausland SD (service de renseignement à l'étranger)

Dans ce texte :

Moritz et l'assassinat des époux Basch de Francis Deleu le samedi 28 août 2010 à 13h51

Bonjour,

Faisons œuvre utile en reproduisant la relation de l'assassinat de Victor Basch et de son épouse... et le rôle éventuel du SD de Lyon.

- Jacques Delperrié de Bayac, Histoire de la Milice, paru en 1969, fut l'un des premiers à rapporter le modus operandi de l'arrestation et de l'assassinat des époux Basch en se basant sur le témoignage de Lécussan. Aux pages 231/232 :

Le 10 janvier, alors que le chef du gouvernement signe le décret qui donne à Darnand la haute main sur toutes les forces de l'ordre, des crimes atroces sont commis par des miliciens à Lyon : le président de la Ligue des droits de l'homme, Victor Basch, 80 ans, et sa femme, 79 ans, sont assassinés.
Victor Basch n'était pas plus un "terroriste" que Maurice Sarraut, mais il était d'origine israélite et il était franc-maçon: cela suffit à le désigner à la vindicte du chef régional Joseph Lécussan.

Depuis des mois le président de la Ligue des droits de l'homme était traqué par la police allemande et celle de Vichy. Au début de janvier, Lécussan apprend du chef de son 2e service, le Russe blanc Pauverine; que Basch et sa femme se cachent dans un quartier de Lyon. Pour faciliter les recherches, Lécussan demande au policier Macé, chef du service antimaçonnique de la police de Vichy, une photographie. Macé lui en remet une. Les miliciens du 2e Service repartent en chasse. Le couple est identifié. Il s'agit bien des Basch.
A Lyon, le chef Lécussan entretient des relations quotidiennes et cordiales avec le docteur Knab, chef du SD, et ses adjoints, Hollert, Moritz et le Français Barbier.
Lécussan raconte :

"J'aurais voulu aussitôt le faire arrêter (Victor Basch) par la police allemande. Je me suis rendu au SD où j'ai trouvé Moritz. Il a approuvé ma décision et a immédiatement donné son accord pour cette arrestation qu'il a prévue pour la soirée."

Le soir du 10, miliciens et Allemands partent dans trois voitures. Lécussan a pris place dans la première avec Cottaz, chef départemental adjoint de la Milice du Rhône, et deux autres miliciens, Gonnet et Lagron. Moritz et des policiers allemands les suivent. Victor Basch est appréhendé ainsi que Mme Basch qui refuse d'être séparée de son mari. Alors une difficulté s'élève. Devant l'aspect des deux vieillards, l'Allemand Moritz déclare qu'il ne peut les emmener. Qu'à cela ne tienne: les miliciens vont s'occuper d'eux.
Lécussan raconte:

"Moritz jugea Victor Basch trop âgé pour pouvoir l'arrêter et nous décidâmes de l'exécuter.
Je partis avec Gonnet, Basch et sa femme, et un chauffeur allemand. Arrivé à un endroit qui me paraissait convenable, je fis arrêter la voiture, je fis descende les Basch. J'ai descendu Basch et Gonnet a descendu sa femme".


Le lendemain matin, les corps des deux vieillards, tués de plusieurs coups de feu, sont découverts au bord d'une petite route de campagne, près de Neyron. Une enquête est ordonnée. Il va de soi que les coupables ne sont pas identifiés.
- Alain Guérin, Chronique de la Résistance, reprend textuellement le récit de Delperrié de Bayac.

- Pierre Giolitto, Histoire de la Milice, apporte des éléments qui laissent à penser que la décision d'assassiner Victor Basch émanerait de l'occupant allemand (la SD de Lyon ?)
Citant L. Greilsamer et D. Schneidermann, "Un certain Monsieur Paul : l'affaire Touvier" :
Un jour, on est au début de 1944, Lécussan et un groupe de miliciens boivent - abondamment - en compagnie d'officiers allemands.
"Oui, oui, bien sûr, la collaboration, c'est bien joli, fait remarquer ironique et provocateur, un Allemand. Mais regardez, ici même, à Lyon, vous avez le président de la Ligue des droits de l'homme, Victor Basch, qui vit tranquillement. Et personne ne lui a demandé des comptes, n'est-ce pas ?"
Lécussan est piqué au vif. Il décide de montrer aux Allemands ce dont la Milice est capable. Après avoir fait localiser le domicile de Victor Basch par son âme damnée, Pauverine, responsable de l'une des branches du Deuxième Service dirigé par Paul Touvier, Lécussan prend contact avec le lieutenant Moritz, l'un des adjoints - avec Klaus Barbie - du kommandeur Knab, chef de la Gestapo lyonnaise, afin de l'associer à l'opération. (...)
Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.09 s  3 requêtes