Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Présumé Jean Moulin - Jacques Baynac
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Gaulle (Charles de) - CDG - France libre
-

A hissé le grade de Connétable bien au dessus de celui de Maréchal, fut il de France.
Le site officiel


Hardy (René) - Résistance (France)
-

Ingénieur SNCF, recruté par le mouvement "Combat", chef du NAP-Fer (Noyautage des Administrations Publiques - la SNCF.


Moulin (Jean) - Résistance (France)
-

(Bézier 1899 - en déportation 1943)
Préfet à Chartres, il fut mis en disponibilité en juin 1940 par le gouvernement de Vichy.
À Marseille, il rencontra Henri Frenay et rejoignit Londres. Parachuté en zone sud en 1942, il fut chargé par le général de Gaulle de rassembler la Résistance française et constitua l'Armée secrète. Délégué général au Comité national français de Londres, il créa une administration de la Résistance et organisa les services communs à tous les mouvements et réseaux. Fondateur et premier président du Conseil national de la Résistance, qu'il réunit pour la première fois le 27 mai 1943 à Paris, il fut livré par trahison à Caluire, le 21 juin 1943. Torturé, il mourut au cours de son transfert en Allemagne le 8 juillet 1943.
[Source : Dictionnaire des personnages in La France en guerre, du Front populaire à la victoire 1943 - 1945 (Histoire de France illustrée), (s. dir. Ph. Masson), Paris : Larousse-Sélection du Reader's Digest, 1988]
Compagnon de la Libération


Mouvements Unis de la Résistance - MUR - Résistance (France)
-

Créée à l'instigation de Jean Moulin en janvier 1943, l'organisation fusionne les trois grands réseaux de la Zone Sud: "Combat", "Libération-Sud" et "Franc-Tireur".


R - Résistance (France)
-

Dans le cadre de l'organisation de la Résistance, la lettre R suivie de 1 à 6 indiquait une région de la zone Sud (zone non occupée jusqu'en 1942).
R1 : Région Rhône-Alpes (centre Lyon).
R2 : Région Provence-Côte d'Azur (centre Marseille).
R3 : Région Languedoc-Roussillon (centre Montpellier).
R4 : Région du Sud-Ouest (centre Toulouse).
R5 : Région de Limoges (centre Brives puis Limoges).
R6 : Région de l'Auvergne (centre Clermont-Ferrand).

En zone Nord occupée, les régions étaient définies par les simples lettres : P - A - B - C - D - M
(voir "zone")


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)


AS - Armée Secrète
-

En Belgique: nom définitif donné le 1 juin 1944 à la Résistance belge après la fusion de plusieurs groupements de résistance.

-

En France. Sous le commandement du général Charles Delestraint, l'AS tente de coordonner les différents mouvements de résistance. L'AS trouvera se place dans la Résistance avec le développement des maquis qui offrent aux militaires la possibilité d'encadrer des "troupes".


SD - Sicherheitsdienst - Allemagne nazie
-

Service de sécurité responsable de la surveillance intérieure, du renseignement, de l'espionnage et du contre-espionnage du parti.
Dans l'organigramme du RSHA (Office Central de la Sécurité du Reich) le SD est désigné:
- Amt III Inland SD (service de renseignement intérieur)
- Amt VI Ausland SD (service de renseignement à l'étranger)


SS - Schutzstaffel - Allemagne nazie
-

"Echelon de protection" ou "Section de protection".
Créée en 1923, la SS est d'abord la garde prétorienne de Hitler. Sous l'impulsion de Heinrich Himmler qui en prend la tête le 6 juin 1929, elle devient la police du Reich. A partir de 1937, la SS est chargée de la gestion du système concentrationnaire.
Himmler portera le titre de "Reichsfürher-SS".

A partir de 1935, la SS se subdivise en différentes branches notamment:
- SS Verfügungstruppe (troupes mises à disposition), organisées militairement et qui deviennent, au début de la guerre, les Waffen SS.
- SS Totenkopf (tête de mort) chargées de la garde des camps de concentration.

Dans ce texte :

Moisissures de Nicolas Bernard le lundi 16 août 2010 à 15h03

> Un simple caveau sans monument funéraire piqué de
> moisissures, une plante adventice, quelques pots de fleur
> vieux et vides, voici ce qui reste de la tombe de Hardy.

"La trahison est une moisissure verte et douce, comme le duvet, elle ronge en silence et par l'intérieur" (Francis Blanche).

Extrait du Rapport du chef de l'Office central pour la Sécurité du Reich, Ernst Kaltenbrunner, au Ministre allemand des Affaires Etrangères, Joachim Von Ribbentrop (29 juin 1941) :

"Hardy a pu, en raison de ses amples déclarations et de sa volonté de collaborer, être employé déjà plusieurs fois avec succès pour des rendez-vous [...] Au cours d'un "jeu d'agent" (Agentenspiel) réalisé avec lui, l'Einsatzkommando de la Sipo-S.D. de Lyon [...] afin de combattre l'Armée Secrète, a réussi à mettre la main, à Lyon, sur une réunion de personnes dirigeantes des M.U.R. [Mouvements unis de la Résistance] et de l'A.S. et a arrêté à cette occasion les personnalités suivantes [suit la liste des Résistants arrêtés à Caluire, qui ne comprend notamment pas le nom de Jean Moulin, ni son nom de code, probablement dans la mesure où il n'a pas encore été identifié à la date de l'envoi du rapport S.S. qui servira de fondement à celui de Kaltenbrunner]."


Extrait du Rapport rédigé par Ernst Dunker, chef de la Sipo-S.D. de Marseille, en date du 19 juillet 1943 (Rapport Flora, p. 30-31 de la version française) :

"Multon a ainsi rendu possible l'arrestation, dans le train de Paris, et la remise à la Section de Lyon, de DIDOT [René Hardy], Chef national de la section Sabotage du M.U.R. qui, utilisé par la suite comme contre-agent par la Section de Lyon, a fait arrêter le 25 juin 1943 [sic : le 21 juin 1943] au cours d'une réunion à Lyon MOULIN Jean (alias MAX, alias REGIS), Délégué personnel de De Gaulle, Président du Comité directeur du M.U.R., ainsi que 5 chefs du M.U.R."


A ce propos, puisque ce fil s'inscrit dans la présentation de Présumé Jean Moulin, il convient de rappeler qu'un petit débat m'a opposé à son auteur, Jacques Baynac, sur le rapport Kaltenbrunner en mars 2007, discussion qui s'est vite révélée intenable pour lui (pas de surprise), ce qui ne l'avait pas empêché de multiplier à mon égard les allégations injurieuses.

Il semble que ce fiasco, de sa part, ait été à l'origine de son départ précipité du forum. Jacques Baynac n'en a pas moins profité de mon absence pour revenir en force sur cet espace l'année suivante... et se faire rétamer (pas d'autre mot) par un historien, Thomas Rabino (voir le débat). Non sans avoir, comme précédemment, sombré dans l'injure.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.06 s  3 requêtes