Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Vichy dans la Solution finale - Laurent Joly
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Centre de Documentation juive contemporaine - CDJC - France
-

Le CDJC fut fondé en avril 1943 avec pour mission de rassembler les documents ayant trait à la persécution des Juifs, notamment économique.


Collaboration - Vichy
-

Mémento des principaux mouvements politiques collaborationnistes sous Vichy.

- PPF : Parti Populaire Français (Jacques Doriot) - organe de presse: "Le Cri du Peuple de Paris"

- MSR : Mouvement Social Révolutionnaire (Eugène Deloncle)

- CSAR : Comité Secret d'Action Révolutionnaire - appelé par dérision "La Cagoule". - organe de presse: "La Vie nationale".

- RNP : Rassemblement National Populaire (Marcel Déat) - organe de presse: "L'Oeuvre".

- La Parti franciste (Marcel Bucard) - organe de presse: "Le Francisme".

- PFNC : Parti Français National Collectiviste (Pierre Clementi) - organe de presse: "Le Pays Libre".

- La Ligue française (Pierre Constantini) - organe de presse: "L'Appel".

- Le Front franc (Jean Boissel) - organe de presse: "Le Réveil du Peuple".

- Le Feu (Maurice Delaunnay) - organe de presse: "La Tempête".

- Le Groupe Collaboration (Alphonse de Châteaubriant) - organe de presse: "La Gerbe".


génocide
-

Le terme "génocide" est trop souvent appliqué à tort et à travers. Pour éviter les risques de banalisation et parfois même de manipulation, nous proposons la définition rigoureuse que donne l'historien François Bédarida au concept de génocide.

"Ce qui fait la spécificité du génocide au XXème siècle, ce sont trois caractéristiques :
- tout d'abord, un programme calculé d'extermination systématique d'un groupe national, ethnique, racial ou religieux ;
- ensuite, la puissance technique d'organisation, de rationalisation et de contrôle de l'Etat bureaucratique moderne ;
- enfin, la capacité de secret et / ou de camouflage dans l'exécution […]
En vérité, le propre du génocide est de franchir un seuil dans la notion d'humanité. Car c'est la négation même de la condition humaine : la transgression radicale."

-

Une action qui se définit par une distinction précise des populations visées, par l'intention de les détruire systématiquement, par la mise en oeuvre de moyens techniques adaptés et dépendants d'une organisation sociale efficace. [Jean-Clément Martin, Violence de guerre ( Les mots de la violence), Editions Complexes, 2002, p.40]


Historiographie
-

Ensemble des documents historiques concernant une période donnée.
(Merci Laurent PP)

-

La recherche, l'établissement et l'analyse en vue d'une synthèse critique de "toutes" les lectures historiennes d'un événement ou d'une période. (Vichy, Indochine, Algérie...)
(Merci René)


Milice - Vichy
-

Instituée le 30 janvier 1943, sous l'autorité du chef du gouvernement, Vichy se dote d'une troupe de choc, La Milice, sorte de garde prétorienne, chargée du maintien de l'ordre et plus particulièrement de la traque des communistes et des Résistants. A la tête de la Milice: Joseph Darnand.


persécution - Vichy
-

Par une confusion de vocabulaire, certains emploient indistinctement les termes "répression" ou "persécution" pour désigner la politique menée par Vichy ou par l'occupant nazi, contre les Juifs.
Le terme "répression" convient pour désigner la violence employée contre les communistes, les gaullistes et les résistants, poursuivis pour ce qu'ils **faisaient** ou **avaient fait**. Il est moins indiqué d'appliquer ce terme aux Juifs "persécutés" pour ce qu'ils **étaient**.


R - Résistance (France)
-

Dans le cadre de l'organisation de la Résistance, la lettre R suivie de 1 à 6 indiquait une région de la zone Sud (zone non occupée jusqu'en 1942).
R1 : Région Rhône-Alpes (centre Lyon).
R2 : Région Provence-Côte d'Azur (centre Marseille).
R3 : Région Languedoc-Roussillon (centre Montpellier).
R4 : Région du Sud-Ouest (centre Toulouse).
R5 : Région de Limoges (centre Brives puis Limoges).
R6 : Région de l'Auvergne (centre Clermont-Ferrand).

En zone Nord occupée, les régions étaient définies par les simples lettres : P - A - B - C - D - M
(voir "zone")


rafle - Vichy
-

Spécialité de la police française aux ordres de l'occupant nazi ou de Vichy. La plus connue est la grande rafle du Vel' d'Hiv' (voir ce terme).
On le sait moins, la rafle du Vel' d'Hiv' a été précédée de quelques autres:
- 14 mai 1941: arrestation de 3.700 Juifs allemands, tchèques et polonais qui croyaient avoir trouvé refuge en France. "Parqués" dans les camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande.
- 20 août 1941: arrestation à Paris de 4.000 Juifs. Direction Drancy.
- 6 décembre 1941: arrestation de 1.000 notables et intellectuels, presque tous Français, envoyés au camp de Compiègne.
- 16 et 17 juillet: Vel' d'Hiv'.
Les rafles ne se limitent pas à la zone Nord (occupée). Le 26 août: les Juifs de la Creuse qui avaient cru trouver refuge dans ce département sont pourchassés; les 26/28 août c'est le tour de Lyon et de Marseille. La liste est longue. Le calvaire des Juifs ne fait que commencer....


répression - Vichy
-

Le terme "répression", par une confusion du vocabulaire, est fréquemment utilisé pour désigner la politique de persécution menée, par Vichy ou par l'occupant nazi, contre les Juifs. Il serait plus exact de réserver le terme "répression" pour désigner la violence employée contre les communistes, les gaullistes et les résistants, poursuivis pour ce qu'ils **faisaient** ou **avaient fait**. Les Juifs étaient "persécutés" pour ce qu'ils **étaient**.


Vent printanier - Vichy
-

Les autorités de Vichy ne manquaient pas d'imagination en donnant comme nom de code "Vent printanier" pour désigner la grande rafle du Vel' d'Hiv' du 16 juillet 1942.
(Vel' d'Hiv' - rafle : voir ces termes).


Wehrmacht - Allemagne nazie
-

L'armée allemande sous le IIIe Reich. Littéralement Wehrmacht signifie "puissance (ou force) défensive". L'armée allemande prend ce nom en 1935 à la place de "Reichswehr" (voir ce terme).


Zone - Résistance (France)
-

En zone Nord occupée, les régions étaient désignées par les lettres:
P : région de Paris.
A : région d'Amiens.
B : région de Bordeaux.
C : région de Châlons-sur-Marne.
D : région de Dijon.
M : Région de Le Mans.

En zone Sud, les régions étaient désignées par la lettre R suivie de 1 à 6.
(voir "R")


Zone Libre - ZL - France
-

Libre jusqu'en 1942 et l'invasion et l'occupation par les troupes allemandes de tout le territoire français. Elle devient alors Zone Sud (ZS).


Zone Occupée - ZO - France
-

Jusqu'en 1942, le territoire français occupé et administré par les Allemands au Nord de la ligne de démarcation. Après l'invasion de la Zone Sud, on dira Zone Nord (ZN)


ndlr - Note de la rédaction - Divers

Dans ce texte :

La petite phrase de Poliakov : I. Le Bréviaire de la Haine (1951) de Nicolas Bernard le lundi 21 décembre 2009 à 22h38

I. Le Bréviaire de la Haine et la « Solution finale » en France

La petite phrase de Poliakov systématiquement citée par les avocats de l’Etat français révèle une certaine équivoque qui se révèle à la lecture du passage intégral consacré aux déportations en France (p. 268-273 de mon édition) :

Le bilan définitif se présente de la manière suivante : 90.000 Juifs déportés de France, 25.000 de Belgique et 110.000 des Pays Bas, ce qui par rapport au nombre de Juifs se trouvant dans ces pays au moment de l'invasion (qu'on peut évaluer respectivement à 300.000, 45.000 et 140.000) correspond à des pourcentages approximatifs de 30 %, 55 %, et 79 %.

L'écart entre le premier et le dernier chiffre est certes frappant. Si on cherche à en saisir la raison, différents facteurs apparaissent, dont le premier saute aux yeux lorsqu'on regarde une carte géographique : superficie seize fois plus grande, grands massifs montagneux, d'où, en France, plus grandes facilités de refuge ; solidement tenue, la petite Hollande a été soumise pendant cinq années à un ratissage policier particulièrement intensif. De plus, une ligne de démarcation, aisément franchissable, partageait la France en deux parties, et le régime du Maréchal Pétain était installé à Vichy. Et cela nous ramène au rôle joué par Vichy dans la question juive et particulièrement dans celle des déportations.


Une première précision s'impose : Léon Poliakov, d'emblée, indique au lecteur que deux facteurs explicatifs du décalage entre les bilans mortuaires de la déportation en France et aux Pays-Bas sont la réalité géographique et l'intense répression policière en Hollande. Bref, Léon Poliakov apporte déjà des précisions importantes sur le fait qu'un plus grand nombre de Juifs hollandais aient été déportés, en insistant sur les différences de situation entre la France et les Pays-Bas.

Mais il lui faut encore intervenir sur le rôle de l'Etat français :

Du sort relativement plus clément des Juifs de France, Vichy fut en fait le facteur prépondérant. Par l'existence même, tout d'abord, de la « zone libre », dans laquelle, dès l'invasion de 1940, Juifs français, hollandais ou belges s'étaient réfugiés par milliers. Par la suite, les mêmes « droits de souveraineté », dont les hauts fonctionnaires de Vichy excipaient à l'égard des Italiens de manière si détestable [précisément pour livrer aux Allemands les Juifs de la zone occupée par l'armée italienne, laquelle manifesta son veto, N.D.L.R.], jouèrent parfois vis-à-vis des Allemands un rôle bienfaisant.

En ce qui concerne la « Solution finale », la position de Vichy était essentiellement déterminée par les vues de Pierre Laval, dont la politique paraît avoir été guidée par le schéma suivant : se débarrasser des Juifs étrangers, mais protéger, autant que possible, les Juifs français des deux zones. L'attitude de Pétain semble avoir été plus rigide. Telle était du moins l'opinion de Dannecker et de ses successeurs. Ainsi, en établissant son plan de campagne pour l'été 1943, Röthke, le nouveau chef du IV B 4 en France, écrivait : « Il faudra, pour exécuter le programme ci-dessus, que le gouvernement français soit contraint de mettre à notre disposition ses forces de police ; vu l'attitude du maréchal et de certains membres de son cabinet, seule la contrainte peut être envisagée... » C'est avec empressement que Laval accéda à la demande allemande de livrer des Juifs étrangers de zone libre : non seulement 9.000 Juifs furent dirigés sur Drancy dès août 1942, mais c'est sur son initiative qu'en vue d'un « regroupement familial » les enfants au-dessous de 16 ans furent inclus dans les convois.

En ce qui concerne les Juifs de nationalité française, à la suite d'un marchandage caractéristique, le moyen terme suivant fut envisagé entre Röthke et Laval : seraient abandonnés aux Allemands tous les Juifs naturalisés après une certaine date (1932 était proposé par Vichy, 1927 était exigé par le IV B 4). Déchus de leur nationalité par une loi d'ensemble, les Juifs seraient le jour même, au nombre de plusieurs dizaines de milliers (50.000 d'après les estimations de Röthke) arrêtés comme apatrides par les soins de la police française : ainsi, la France n'aurait pas livré de Juifs français...

Mais ce plan qui fut l'objet de longues discussions, et dont la préparation fut poussée fort loin, ne fut jamais réalisé. A mesure que les procédés allemands en Pologne, soulevant un frisson d'horreur, devenaient mieux connus, à mesure aussi sans doute que la fortune des armes changeait de camp, l'attitude de Vichy se raidissait. Au dernier moment, se retranchant tantôt derrière Pétain, tantôt derrière les Italiens, Laval refusa de publier le texte de la loi élaborée au Commissariat des Questions juives. C'est pourquoi n'eut pas lieu la rafle gigantesque prévue pour juin-juillet 1943, et c'est dans ces conditions que les Allemands en furent réduits à opérer essentiellement par leurs propres moyens, aidés d'indicateurs, de dénonciateurs, de la "police antijuive" du Commissariat et de la milice de Joseph Darnand. Les grands projets de Röthke et de Brünner, soigneusement calculés et minutés plusieurs mois à l'avance, s'effondraient les uns après les autres. L'administration française et la police régulière, suivant l'exemple venant d'en haut, collaboraient de moins en moins. « Il ne reste plus que la solution suivante », mandait Röthke en juillet 1943 : « Arrestation en bloc de tous les Juifs qu'on pourra trouver, par une opération massive de la police de Sûreté (kommandos et kommandos spéciaux) avec l'aide des troupes allemandes... » Mais pour des raisons que nous ignorons, le concours de la Wehrmacht sous cette forme fut refusé au IV B 4. Par contre, au cours des nombreux assassinats et massacres qui marquèrent surtout la dernière période de l'occupation, les Juifs constituaient évidemment les premières victimes désignées : le nombre de ceux qui périrent de cette façon en France est estimé à plusieurs milliers.


Ainsi se présente, et reproduit in extenso, l'exposé de Poliakov sur la déportation des Juifs de France. Plusieurs lacunes, parfaitement explicables en 1951, sautent évidemment aux yeux :

1) Poliakov ne mentionne nullement la période 1940-1942, pourtant essentielle dans l'élaboration, à Vichy, d'un antisémitisme d'Etat, lequel jouera un rôle décisif dans le mécanisme qui conduira le régime français à collaborer avec les Allemands, en 1942, aux rafles et aux déportations en zone occupée aussi bien qu'en zone « libre » (n'est même pas précisé le sort des Juifs en Afrique du Nord) ;

2) cette lacune importante semble amener Poliakov à faire preuve d'une réelle incertitude chronologique, évoquant les réticences de Pétain de... 1943 pour les insérer dans ce qu'il croit être une politique d'ensemble, qui l'aurait conduit à être plus hostile aux mesures demandées par les Allemands que Pierre Laval (Poliakov fait ainsi sienne une légende bien ancrée à l'époque consistant à faire de Laval le mauvais génie de l'infortuné Maréchal) ;

3) une autre lacune importante, et très surprenante, consiste à ne pas souffler mot des rafles effectuées en zone occupée : celles-ci sont en fait évoquées très brièvement quelques pages auparavant, dans le cadre d'un exposé des déportations sur l'ensemble de l'Europe de l'Ouest, et sans qu'il en ressorte clairement ce fait pourtant essentiel, à savoir que Vichy a négocié l'intervention de sa police pour arrêter lui-même ces Juifs ;

4) Poliakov laisse entendre que "les procédés allemands en Pologne, soulevant un frisson d'horreur, [devenant] mieux connus", ces informations auraient joué un rôle dans les réticences de Vichy à pousser plus loin sa politique de collaboration en 1943. En fait, l'historiographie a démontré que tout un chacun avait largement la possibilité de déterminer que le sort des Juifs déportés ne pouvait être que la mort, et ce avant même les premières rafles de Vent printanier, et que Vichy n'a pris aucune mesure pour s'efforcer de démentir ces informations (voir ici et ) ;

4) enfin, Poliakov n'est guère loquace sur les déportations organisées avec l'aide de l'administration française en 1943-1944.

Ces lacunes sont parfaitement explicables.

En premier lieu, Poliakov reste alors largement tributaire de la documentation allemande défrichée au procès de Nuremberg. Or, à cette occasion, cette documentation n’a pas été suffisamment exploitée, outre que les archives françaises de Vichy n’ont pas été compulsées, ou l’ont mal été. De fait, le rôle de Vichy est encore très mal cerné sur cette matière spécifique que sera le génocide juif. En effet, les documents allemands révèlent en premier lieu le haut degré de compromission de l’Etat français dans la Shoah, mais soulignent également son revirement progressif à partir de septembre 1942. A l’époque, les juristes français n’ont pu déterminer, malgré la grande qualité de leurs travaux, que ce revirement résultait, pour ainsi dire uniquement, des réactions scandalisées de l’opinion publique vis-à-vis des rafles de l’été 1942, et qu’il s’est accentué devant la révélation, chaque jour plus précise, que l’Allemagne allait finalement perdre la guerre.

Cette ignorance explique pourquoi le recueil de documents publié par le Ministère public français résume ainsi la collaboration vichyste à la politique antisémite nazie (Henri Monneray, La persécution des Juifs en France et dans les autres pays de l’Ouest présentée par la France à Nuremberg, Editions du Centre, 1947, p. 133) : « Les Allemands n’auraient pu réaliser leurs desseins criminels avec tant de facilité s’ils n’avaient bénéficié du concours des services de Vichy. Il est vrai que ceux-ci, s’apercevant trop tard des conséquences odieuses de la collaboration, ont tenté parfois de faire machine arrière, tout au moins de ralentir la marche des événements. »

Or Poliakov, qui a assisté ce même Ministère public à Nuremberg, supervise cette publication en sa qualité de chef du service de recherches du Centre de documentation juive contemporaine. Ce qui l’amène, comme on l’a vu, à reprendre notamment à son compte cette inexactitude historique selon laquelle le revirement vichyste de l’automne 1942 découle de sa découverte, à cet instant précis, des horreurs de la « Solution finale ».

Michael Marrus a également apporté quelques éléments d’explication (Marrus, « Vichy et les Juifs : quinze ans après », op. cit., p. 52-54). Selon lui, Poliakov, de même que Hilberg, présente les qualités et les défauts du précurseur. Il reste, en 1951, prisonnier de l’historiographie aussi dominante que lacunaire qui analyse le génocide juif sous le seul prisme de l’Allemagne nazie, excluant ainsi les spectateurs et les collaborateurs. En outre, Poliakov consacre l’essentiel de son étude à la déportation, négligeant ainsi inévitablement les années précédant cette phase des persécutions nazies, et en particulier 1940-1942, perdant ainsi de vue la spécificité vichyste de l’antisémitisme d’Etat de Vichy.

Mais pour lacunaire - et donc très daté - qu'il soit, l'exposé de Poliakov ne saurait pour autant servir de fondement à une réhabilitation de Vichy :

1) il rappelle l'existence de certains facteurs propres à expliquer le sauvetage de plusieurs centaines de milliers de Juifs de France que sont la configuration géographique et l'existence d'une présence policière allemande moins puissante qu'en... Hollande ;

2) le fait d'indiquer que l'existence d'une zone « libre » a pu aider des Juifs à fuir les zones occupées de l'Europe de l'Ouest n'est pas une manière de réhabiliter Vichy, car cette circonstance particulière que ladite zone « libre » ait finalement pu aider lesdits réfugiés n'était pas recherchée par l'Etat français ;

3) il souligne, et à raison, que Laval (et, en fait, Pétain aussi), donc Vichy, entretenait l'intention de se débarrasser des Juifs étrangers, et de pousser la perfidie jusqu'à dénaturaliser des Juifs français pour mieux justifier les déportations aux yeux de l'opinion ;

4) il revient, mais trop brièvement, sur le zèle des Préfets français à organiser rafles et déportations et que contreront les garnisons italiennes ;

5) il a le mérite de deviner que les motifs de Vichy dans ses réticences à poursuivre les rafles/déportations découlent en fait de la dégradation de la situation militaire de l'Allemagne. Ce qui est effectivement le cas, mais pas, à l'automne 1942, le motif essentiel : ce qui l'emporte alors, c'est la réaction scandalisée de l'opinion publique et des Eglises.

Bref, Léon Poliakov, en 1951, fait preuve d'un réel sens de la recherche et sait se montrer intuitif. Mais il n'est qu'un précurseur, d'où ses lacunes. Il n'en saura pas moins affiner sa recherche, comme je le montrerai dans la seconde partie de cet exposé.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.22 s  3 requêtes