Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Nous pouvons vivre sans les juifs - Novembre 1941 - Edouard Husson
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Fonctionnalisme
-

Ecole d'historiens, dite aussi "structuraliste" qui explique l'histoire du nazisme moins par la personnalité, les idées et les actes de Hitler que par le mode de fonctionnement du mouvement nazi et de l'État hitlérien. Selon cette école, la politique de Hitler n'aurait pas eu la cohérence qu'on lui prête souvent. Loin d'être un maître absolu, le Führer apparaît comme un "dictateur indécis et faible" (Hans Mommsen). Par sa rhétorique, il justifie ensuite des initiatives prises en dehors de lui et joue donc un rôle de légitimation a posteriori des actions de ses collaborateurs. Il donne à la politique de son régime les apparences d'une cohérence qu'elle n'a pas. La multiplication des centres de pouvoir, la liberté de manœuvre acquise par chaque dirigeant, au nom du Fürherprinzip, les rivalités et les luttes d'influence, enlèvent toute rationalité à la politique nazie.

Voir la définition détaillée proposée par le professeur Enrique León :

Le fonctionnalisme s'oppose à l'intentionnalisme. (Voir ce terme).

Dans ce texte :

Une symétrie discutable de françois delpla le vendredi 15 mai 2009 à 09h21

Husson écrit dans ce texte de 2006 :



si les historiens intentionnalistes confondent intention et décision, les historiens fonctionnalistes confondent le temps de la décision et celui de la mise en œuvre.


Je viens de me faire une réflexion que je ne m'étais point encore faite : si le fonctionnalisme a pignon sur rue, l'intentionnalisme, lui, n'a pas de réalité ! Pas plus en tout cas que la "cinquième colonne" française en 1940 ou le "complot juif pour la domination du monde" (symétriquement baptisé islamiste aujourd'hui par d'autres) : ce ne sont là qu'expressions forgées par le mépris, l'exclusion, la polémique de bas étage !

Alors certes il y eut bien, au début du XIXème siècle, des étudiants traités par Napoléon de "cagneux" et reprenant fièrement l'insulte pour s'autobaptiser, avec tout de même un embellissement orthographique, "khâgneux". Mais nul n'est obligé de suivre leur exemple.

Je mesure rétrospectivement combien j'avais raison ici même, il y a longtemps, de refuser cette étiquette d'intentionnaliste.

Comme en tout domaine, il y a surtout les bons historiens et les moins bons, les bonnes pages et les moins bonnes.

Il n'existe à ma connaissance, et heureusement, personne pour dire que l'action politique des nazis entre 1933 et 1945 découle de l'application mécanique d'un programme. Autre chose est de dire que Mein Kampf est une clé à ne pas négliger pour comprendre ce qu'ils tentent de faire, à côté bien sûr des facteurs conjoncturels, des réactions rencontrées etc.

Comme toute politique efficace, celle des nazis fait grand usage de l'opportunisme et révèle de grandes capacités d'adaptation.

Et comme le fonctionnalisme existe bel et bien, et se revendique comme tel, lui seul est justiciable du reproche de gommer un grand pan du réel : il est affecté d'une tendance lourdement fautive à examiner les faits au jour le jour, sans percevoir la moindre continuité, faute de la chercher.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.04 s  3 requêtes