Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Chronique de la Résistance - Alain Guérin
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Abetz (Otto) - Allemagne nazie
-

(1903-1958) Francophile, Abetz participa au début des années trente à diverses rencontres franco-allemandes. En janvier 1935, il fut chargé au sein de la Ribbentrop Dienstelle de la propagande en direction de la France: il lança le Comité France-Allemagne et mit en place un réseau de relations dans la presse française. Lors de la déclaration de guerre en 1939, il sera expulsé de France pour y revenir en août 1940 comme représentant de Ribbentrop à Paris, avec le rang d'ambassadeur.
En 1949, il sera condamné par le tribunal militaire de Paris à 20 ans de détention et remis en liberté en 1954.


Brinon (Fernand de) - France
-

(1885-1947) Fernand de Brinon était désigné, le 3 novembre 1940, comme chargé de mission à Paris avec rang d'ambassadeur et recevait, le 18 décembre, le titre de délégué général du gouvernement français pour les territoires occupés. Avant guerre, il avait été rédacteur aux "Débats" jusqu'en 1930, puis directeur du quotidien financier "L'Information" jusqu'à sa démission en novembre 1938. Premier journaliste français à interviewer le chancelier Hitler ("Le Matin" du 22 novembre 1933), il a été membre du comité directeur de France-Allemagne fondé en 1935 par Otto Abetz. Membre du comité d'honneur du groupe Collaboration, il fait aussi partie du comité de fondation de la LVF, dont il deviendra le président en 1943. En septembre 1944, à Sigmaringen, Brinon sera président de la Commission gouvernementale formée avec Luchaire, Darnand, Déat et Bridoux. Il sera condamné à mort et exécuté en avril 1947.


Milice - Vichy
-

Instituée le 30 janvier 1943, sous l'autorité du chef du gouvernement, Vichy se dote d'une troupe de choc, La Milice, sorte de garde prétorienne, chargée du maintien de l'ordre et plus particulièrement de la traque des communistes et des Résistants. A la tête de la Milice: Joseph Darnand.


SD - Sicherheitsdienst - Allemagne nazie
-

Service de sécurité responsable de la surveillance intérieure, du renseignement, de l'espionnage et du contre-espionnage du parti.
Dans l'organigramme du RSHA (Office Central de la Sécurité du Reich) le SD est désigné:
- Amt III Inland SD (service de renseignement intérieur)
- Amt VI Ausland SD (service de renseignement à l'étranger)

Dans ce texte :

L'assassinat de Mandel : version de Brinon. de Francis Deleu le dimanche 04 novembre 2007 à 17h12

Bonsoir,

L'assassinat de Jean Zay et de Georges Mandel ne laissant pas nos lecteurs indifférents, publions ce qu'en disait Fernand de Brinon à propos de Mandel.
Rappelons que l'ouvrage "Mémoires" a été publié par sa soeur (Simone de Morineau) et sa fidèle secrétaire (Simone Mittre). Elles se sont inspirées des papiers que Fernand de Brinon dicta ou rédigea lui-même au cours des deux années de son emprisonnement avant son procès et sa condamnation à mort.

Je vous livre le texte intégral:

Mandel avait toujours été mon ami. Aussi je fus atterré par sa mort tragique.
C'est au début de juillet 1944, le 5 ou le 6, la date sera facile à retrouver. Je viens de finir de déjeuner, rue Rude, quand Knipping m'appelle au téléphone.
Il paraît troublé, il bafouille et me dit que Mandel a dis­paru. Je demande des explications. Knipping me raconte que Mandel avait été remis par le S.D. à Baillet, directeur de l'administration pénitentiaire française et interné à la Santé. Baillet n' avait pas cru devoir l'y garder. Il craignait des compli­cations et ne voulait pas être chargé d'une telle responsabilité. J'interromps Knipping. Qu'il aille au fait :

- Qu'a fait Baillet de Georges Mandel ?
- Il l'a remis à la Milice... avoue Knipping. Et le reste suit. Knipping prétend qu'il a été abattu par ses gardiens dans une tentative d'évasion alors qu'il avait demandé que l'on s'arrête pour qu'il put uriner sur le bord de la route. Son corps avait été déposé à l'Intendance de police de Versailles.

Je suis indigné et ému. Je demande à Knipping si Laval était prévenu. Il me répond qu'il pense que Darnand avisé l'avait averti. Je dis à Knipping ce que je pense et l'informe que je me mets en rapport sur-le-champ avec Laval. Je lui donne l'ordre de venir me trouver avec les indications com­plémentaires vers 5 heures place Beauvau. J'ai immédiate­ment Pierre Laval par le fil direct. Il a en effet été prévenu par Darnand, mais inexactement. Il me prie d'aller aussitôt à l'Ambassade pour protester vigoureusement en son nom et demander que Léon Blum, dont Darnand lui avait dit qu'il devait suivre, ne soit pas livré.
Je téléphone aussitôt à Abetz qui était absent; le Dr Müller me dit qu'il me rappellera dès qu'il sera à son bureau.
Je reçois Knipping, place Beauvau. Il m'apporte le commu­niqué stupide et odieux qu'il a rédigé d'accord avec la police allemande, me dit-il. J'appelle Laval et c'est à cette occasion que Laval a parlé, comme il l'a dit dans sa déposition, à Knipping. Il se montre très dur, je reprends l'appareil et je l'informe que je n'ai pas encore vu Abetz mais que j'enverrai un message télescripté dès que j'aurai pu le joindre.

Je crois que c'est le soir que je vois Abetz (je n'en suis pas absolument sûr, la date de mon message préciserait). En tout cas, je proteste très vivement en donnant mon sentiment personnel et en traitant ces mesures de folies, etc..., etc. Abetz me répond en substance :

- Je prends acte de votre protestation, mais je vous fais observer que le président Laval était prévenu. Je lui ai dit moi-même au cours d'une conversation à Matignon que le Gouvernement du Reich avait décidé de lui remettre Georges Mandel. Il m'a répondu : c'est un joli cadeau que vous voulez me faire ...
Quant à la manière de l'exécution de Mandel
, poursuivit Otto Abetz, je la déplore. Mon gouvernement aurait estimé bien préférable que l'on donnât à la disparition d'un homme qui avait été l'un des principaux responsables de la guerre entre la France et l'Allemagne un caractère solennel, surtout après l'assassinat de Philippe Henriot. Je ne peux pas aller plus loin. Cependant, je vous promets de transmettre tout de suite le désir du président Laval concernant Léon Blum et de faire état auprès de Ribbentrop de ce que vous dites vous­-même."

Abetz ajoute encore des considérations sur un incident de Vichy à propos d'une plaque apposée dans une des principales avenues, au nom de Philippe-Henriot.

Tout cela, je l'ai rapporté tel que ce qui avait été dit dans mon message télescripté. Abetz m'a affirmé qu'il téléphonait à Ribbentrop et qu'il espérait, comprenant mes raisons, que contre ordre serait donné pour Blum dont j'avais assuré qu'il était insensé de le prendre pour un belliciste.

Au cours d'un conseil des ministres suivant; le dernier je crois, qui ait été tenu à Vichy, j'ai fait état de cette épouvan­table affaire Mandel. J'ai demandé que le Gouvernement sache ce qu'il voulait, qu'il ne laisse pas tout faire dans une anarchie grandissante, qu'il dise oui ou non aux Allemands, mais qu'il ne croit pas avoir accompli son devoir en laissant faire, sous prétexte que les Allemands auraient la pleine res­ponsabilité, et qu'il aurait, lui, protesté après coup. Pierre Laval m'a répondu que je n'ignorais pas qu'il l'avait fait. J'ajoutai qu'il était regrettable que l'administration péniten­tiaire relevant directement du chef du gouvernement ait pris Mandel en charge et je fis état de la réponse d 'Abetz. Laval dit alors qu'il avait ordonné l'ouverture d'une instruction au Garde des Sceaux. Darnand ne dit rien à ce sujet. Il a affirmé que Knipping avait tout fait lui-même et qu'il l'avait blâmé, ce qui était vrai, je crois.
Nul dans le Conseil n'a élevé la voix. C'est à cette occasion que l'amiral Bléhaut a dit : "Seul Brinon a eu de la netteté et du courage."
Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.09 s  3 requêtes