Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Chronique de la Résistance - Alain Guérin
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Brinon (Fernand de) - France
-

(1885-1947) Fernand de Brinon était désigné, le 3 novembre 1940, comme chargé de mission à Paris avec rang d'ambassadeur et recevait, le 18 décembre, le titre de délégué général du gouvernement français pour les territoires occupés. Avant guerre, il avait été rédacteur aux "Débats" jusqu'en 1930, puis directeur du quotidien financier "L'Information" jusqu'à sa démission en novembre 1938. Premier journaliste français à interviewer le chancelier Hitler ("Le Matin" du 22 novembre 1933), il a été membre du comité directeur de France-Allemagne fondé en 1935 par Otto Abetz. Membre du comité d'honneur du groupe Collaboration, il fait aussi partie du comité de fondation de la LVF, dont il deviendra le président en 1943. En septembre 1944, à Sigmaringen, Brinon sera président de la Commission gouvernementale formée avec Luchaire, Darnand, Déat et Bridoux. Il sera condamné à mort et exécuté en avril 1947.


Milice - Vichy
-

Instituée le 30 janvier 1943, sous l'autorité du chef du gouvernement, Vichy se dote d'une troupe de choc, La Milice, sorte de garde prétorienne, chargée du maintien de l'ordre et plus particulièrement de la traque des communistes et des Résistants. A la tête de la Milice: Joseph Darnand.


Zone - Résistance (France)
-

En zone Nord occupée, les régions étaient désignées par les lettres:
P : région de Paris.
A : région d'Amiens.
B : région de Bordeaux.
C : région de Châlons-sur-Marne.
D : région de Dijon.
M : Région de Le Mans.

En zone Sud, les régions étaient désignées par la lettre R suivie de 1 à 6.
(voir "R")


Zone Nord - ZN - France
-

Désigne l'ancienne Zone Occupée (ZO) qui devint Zone Nord (ZN) après l'invasion par les troupes allemandes de la zone libre (ZL) ou Zone Non Occupée (ZNO) qui elle devint Zone Sud (ZS).


SS - Schutzstaffel - Allemagne nazie
-

"Echelon de protection" ou "Section de protection".
Créée en 1923, la SS est d'abord la garde prétorienne de Hitler. Sous l'impulsion de Heinrich Himmler qui en prend la tête le 6 juin 1929, elle devient la police du Reich. A partir de 1937, la SS est chargée de la gestion du système concentrationnaire.
Himmler portera le titre de "Reichsfürher-SS".

A partir de 1935, la SS se subdivise en différentes branches notamment:
- SS Verfügungstruppe (troupes mises à disposition), organisées militairement et qui deviennent, au début de la guerre, les Waffen SS.
- SS Totenkopf (tête de mort) chargées de la garde des camps de concentration.

Dans ce texte :

Le télex du 8 de françois delpla le mercredi 26 septembre 2007 à 10h51

Je viens de lire le beau chapitre de Delperrié de Bayac, dont tu t'es servi pour nous donner une citation d'un télex de Knipping, destinée à prouver qu'il était au courant de la brièveté du trajet qu'allaient accomplir Mandel et ses accompagnateurs.

Il mérite citation plus intégrale, et commentaire plus approfondi.

Delperrié s'appuie beaucoup sur le témoignage et la documentation du chef milicien Francis Bout de l'An, réfugié en Italie jusqu'à sa mort survenue en 1977, professeur d'histoire-géo (hé oui), arrière-petit-fils d'un enfant trouvé un 31-12 et nommé par l'Assistance publique Sylvestre Bout de l'An, communisant repenti après un voyage en URSS en 1932, secrétaire général adjoint de la Milice depuis le 30-1-1943 (compilation rapide, sans garantie absolue, de données internautiques) et politiquement proche de Laval, bref, tout le contraire du milicien proxénète recru de bagarres d'après boire, plutôt le genre intello ayant bouffé des hameçons successifs et essayant d'y piger quelque chose sans trop d'oeillères lors d'une retraite studieuse.

Il confie à Delperrié ce texte très éclairant, adressé par Knipping à lui-même par téléscripteur le 8 juillet 1944 après midi (donc un texte inconnu avant la publication du livre de Delperrié en 1969 : il ne pouvait nourrir les méditations de Ruby dans sa thèse sur Zay soutenue en 67) :

Chef
Ce matin j'ai parlé par fil direct chez de Brinon au président [Laval]. Il m'a demandé comment s'était passé l'accident d'hier que vous connaissez. Je lui ai répondu que je n'avais pas encore beaucoup de précisions mais qu'une enquête sérieuse était en cours. J'ai promis au président d'envoyer ce soir par valise un compte rendu [pressé et pressant, Laval ! FD]. L'enquête est menée par Peletier [= service milicien installé rue Le Peletier]. Je l'attends avec un premier rapport succinct.

Quelle a été la réaction du Chef [Darnand] devant cette nouvelle ? Il a dit qu'il serait gêné dans sa politique avec le président mais il n'a pas manifesté trop de mauvaise humeur. Le président veut élever une protestation officielle auprès du gouvernement allemand pour avoir fait livraison sans l'accord du président. Ce matin j'ai eu la visite du Dr Schmidt qui est venu me dire que toute la SS nous appuierait en cas de difficulté avec le président, dites cela au Chef. J'ai trouvé ici une atmosphère assez lourde. Le Chef a subi successivement les remontrances du Maréchal et du président pour l'ensemble de sa politique et particulièrement pour les exactions de la Milice. C'est naturel. Mais je crois que l'action de la Milice est nécessaire dans sa forme actuelle peut-être avec un peu plus de doigté mais dans le fond je suis personnellement d'accord avec le rôle qu'elle a entrepris. De Brinon est d'accord avec nous et estime notre action indispensable. Gaucher [François Gaucher, délégué général de la Milice en zone nord] qui est à côté de moi pense que ce que vous nous dites sera utile pour notre conférence qui va commencer dans un instant. Mon opinion est que tout en étant loyaux au gouvernement il faut que nous représentions l'élément révolutionnaire qui le pousse à faire ce qu'il ne fait pas par tempérament et qui depuis trois ans nous a conduits dans l'impasse où nous nous trouvons. Ne pas agir dans l'affaire d'hier aurait eu pour conséquence de nous faire perdre entièrement la confiance des SS.


Une bizarrerie apparente :
J'ai trouvé ici une atmosphère assez lourde. Le Chef a subi successivement les remontrances du Maréchal et du président pour l'ensemble de sa politique et particulièrement pour les exactions de la Milice.

On dirait tout d'un coup que l'auteur voyage vers Vichy par la pensée. En fait, la seule interprétation que je vois, c'est qu'il écrit depuis les bureaux de Brinon, délégué de Vichy en zone nord, chez qui les miliciens viennent aux nouvelles, ou viennent accorder les violons (la réunion qui va commencer) comme s'ils allaient à Vichy même : ainsi, Brinon vient de mettre au courant Knipping et Gaucher des engueulades de Pétain et de Laval à l'adresse de Darnand au sujet de Mandel et d'autres joyeusetés.

Voilà bien un document d'époque débordant de leçons, à tirer à loisir dans les semaines qui viennent. La plus importante qui me vienne à l'esprit pour l'instant, c'est le caractère on ne peut moins unifié et on ne peut plus décentralisé de la Milice, HITLER OBLIGE. Comme tous les nazis qui ne sont pas lui, et comme tous les valets et sympathisants des nazis, on n'en finit pas de scruter l'oracle et on discute beaucoup sur la façon de l'interpréter.

Sur le point précis en débat, le contexte m'ancre dans l'idée que Schmidt a tout dirigé et tout pris sur lui, sous les ordres en cascade de Hitler, Himmler et Knochen, en donnant à Mansuy un ordre direct d'assassinat dont Knipping avait lieu de se douter, mais qui n'est pas passé par lui -et que la Milice, de A à Z, se résigne devant de tels procédés, par le fait même que c'est une organisation supplétive de l'occupant.

Evidemment on pourrait objecter que ce texte a des pudeurs, de crainte qu'il ne tombe en des mains lavaliennes, ou que le destinataire en cause à Laval, pour lequel il est un des rares chefs miliciens à éprouver estime et respect, et que Knipping répugne dans cette optique à se montrer en première ligne. Ce n'est tout de même pas l'impression qu'il donne. Je le vois mal se donner le ridicule d'attendre le résultat de l'enquête pour exposer les détails, s'il les connaît et si Bout de l'An a toutes raisons de s'en douter. Mais ce n'est là qu'une impression première, à mûrir et étayer.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.1 s  3 requêtes