Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Saint-Amand-Montrond. Un été meutrier - Jacqueline Humbert-Buisson
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Military Police - MP
-

Police militaire.


Prisonnier de guerre - PG

Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)


Wehrmacht - Allemagne nazie
-

L'armée allemande sous le IIIe Reich. Littéralement Wehrmacht signifie "puissance (ou force) défensive". L'armée allemande prend ce nom en 1935 à la place de "Reichswehr" (voir ce terme).

Dans ce texte :

Elster, un général anti-nazi ? Il fut condamné à mort (par contumace) de René CLAUDE le samedi 18 août 2007 à 20h25

C'est aussi un (bon) docu diffusé par ARTE en janvier 2004 dans les Mercredis de l'Histoire :
Réal. Barbara Dickenberger et Mike Conant.
Résumé :
En 1944, trois mois après le débarquement allié en Normandie, un général de division allemand organise une spectaculaire opération de reddition. Portrait de Botho Henning Elster, héros pour les uns et traître pour les autres. Le général prussien Botho Henning Elster (1894-1952) participe dès le 1er août 1939 aux opérations militaires allemandes, d’abord à la tête d’unités blindées. Un temps en réserve de l’état-major de la Wehrmacht – où il a l’impression d’être mis au placard parce qu’“antinazi” –, il est finalement affecté en France en 1943. Entre avril et septembre 1944, il dirige la Feldkommandantur de Marseille puis de Biarritz. Lors du repli, Elster est chargé, à sa grande surprise, de commander une arrière-garde de 25 000 hommes. Tout en remontant vers le nord, il prend secrètement contact avec la Résistance puis avec les Américains, pour préparer sa capitulation. Convaincu de la défaite imminente de son pays, Elster estime qu’il faut arrêter les hostilités et épargner la vie des soldats. Mais il ne veut se rendre qu’à une unité militaire régulière. Ce sera chose faite le 14 septembre 1944 à Beaugency, sur la Loire, où la 822e Military Police Company américaine entérine sa reddition. Jusqu’en février 1947, Elster sera donc prisonnier de guerre, d’abord des Américains puis des Britanniques. Pendant sa captivité, il doit essuyer les insultes de nombreux codétenus allemands, pour lesquels il est un traître. Quelques semaines avant la capitulation de l’Allemagne nazie, il sera d’ailleurs condamné à mort par contumace par la Volksgerichth.

Elster se rend avec sa colonne aux officiers américains.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.05 s  3 requêtes