Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Présumé Jean Moulin - Jacques Baynac
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)


OSS - Office of Strategic Service - USA
-

Service de renseignements américain.


SD - Sicherheitsdienst - Allemagne nazie
-

Service de sécurité responsable de la surveillance intérieure, du renseignement, de l'espionnage et du contre-espionnage du parti.
Dans l'organigramme du RSHA (Office Central de la Sécurité du Reich) le SD est désigné:
- Amt III Inland SD (service de renseignement intérieur)
- Amt VI Ausland SD (service de renseignement à l'étranger)

Dans ce texte :

"Tous des hommes honorables..." de Nicolas Bernard le mercredi 07 mars 2007 à 12h06

> D'autres chercheurs sont arrivés à la conclusion que
> Dansey était effectivement un machiavel, mais je me
> demande toujours si on ne lui a pas tout mis sur le dos
> en profitant du fait qu'il mourut très vite après la fin
> de la guerre (à propos, son décès, à Bath, est du 11
> juin 1947).

Je veux bien vous croire. L'homme était, il est vrai, détesté de certains milieux, et notamment du très distingué futur Lord Dacre, Hugh Trevor-Roper, qui le définissait comme "an utter shit, corrupt, incompetent, but with a certain low cunning". Au moins méritait-il son salaire.


> Ce qui est certain, c'est que les coups tordus et les
> histoires d'agents volontairement brûlés ont un large
> fond de réalité. Ce fut, par exemple le cas, fameux, du
> réseau Prosper, en 43, et des intox Cockade et Barclay
> dont je parle dans mon Présumé, parce qu'elles
> contribuent à rendre intelligible l'affaire de Caluire.
> Au total, il y eut dans les 900 intox et sous intox
> britanniques - sans compter celles montées par OSS.

Certes, mais il me semble que, dans le cas Prosper, la vérité soit davantage nuancée. L'organisation Prosper était puissante, et sa destruction constitue un sévère désastre pour les renseignements britanniques.

Certes, les arrestations et l'imminence du coup de filet n'ont peut-être pas échappé à Londres. D'où l'hypothèse avancée par certains selon laquelle, quitte à perdre ce réseau, il apparaissait tentant de lui communiquer de fausses informations. Au moins les dégâts ont-ils été, sur le terrain du renseignement et de la haute politique, limités. Ce qui me paraît à la fois plus subtil et plus crédible que la livraison de ces Résistants, pieds et poings liés, au SD. Ce dernier a tout simplement bien fait son boulot, et la plupart des agents de Prosper, dont leur propre patron, n'ont pas fait preuve d'une prudence absolue...



> L'affaire Grandclément est, elle, selon moi, un
> continent encore largement inconnu. Et je souhaite bien
> du courage et de la patience à qui voudra la démêler !

Cette affaire n'est, effectivement, pas si simple. A priori, tout accable ce Résistant - voir le terrible acte d'accusation que dresse Gilles Perrault dans La longue traque (Fayard, 1975). Mais René Terrisse, spécialiste de la Résistance bordelaise, fournissait des éléments apparemment convaincants pour, à tout le moins et en première lecture, semer le doute (Granclément, traître ou bouc émissaire ?, Auberon, 1999).

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.05 s  3 requêtes