Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Vichy dans la Solution finale - Laurent Joly
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Abetz (Otto) - Allemagne nazie
-

(1903-1958) Francophile, Abetz participa au début des années trente à diverses rencontres franco-allemandes. En janvier 1935, il fut chargé au sein de la Ribbentrop Dienstelle de la propagande en direction de la France: il lança le Comité France-Allemagne et mit en place un réseau de relations dans la presse française. Lors de la déclaration de guerre en 1939, il sera expulsé de France pour y revenir en août 1940 comme représentant de Ribbentrop à Paris, avec le rang d'ambassadeur.
En 1949, il sera condamné par le tribunal militaire de Paris à 20 ans de détention et remis en liberté en 1954.


Baudouin (Paul) - France
-

(1894-1964) Paul Baudouin (1894-1964), directeur général de la Banque d'Indochine depuis 1930, ministre des Affaires étrangères de Pétain. Polytechnicien, inspecteur des Finances, il fut chef du cabinet technique de six ministres des Finances (Clémentel, Monzie, Caillaux, Painlevé, Loucheur, Doumer) en 1925 et 1926. Collaborateur de Paul Reynaud, Baudouin fut sous-secrétaire d'Etat à la Présidence du Conseil et secrétaire du Cabinet et du Comité de guerre du 30 mars au 5 juin 1940, puis sous-secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères; il fut ministre des Affaires étrangères dans le cabinet Pétain le 16 juin, puis ministre-secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères le 12 juillet. Il démis­sionne le 26 octobre, peu après Montoire, mais demeurera secrétaire d'Etat à la Présidence du Conseil jusqu'au 2 janvier 1941. Revenu à la tête de la Banque d'Indochine, il travaillera pour l'Intelligence Service à partir de mai 1942. Arrêté en mars 1946, il sera condamné en février 1947 à la dégradation nationale à vie et à cinq ans de travaux forcés. Placé en liberté surveillée en janvier 1948, il reprendra ses activités de financier.


Journal Officiel - JO - Divers
-

Journal qui recueille les textes de lois, décrets... et tout ce qui fait le bonheur des juristes.
En Belgique on dit: le Moniteur Belge.


Zone - Résistance (France)
-

En zone Nord occupée, les régions étaient désignées par les lettres:
P : région de Paris.
A : région d'Amiens.
B : région de Bordeaux.
C : région de Châlons-sur-Marne.
D : région de Dijon.
M : Région de Le Mans.

En zone Sud, les régions étaient désignées par la lettre R suivie de 1 à 6.
(voir "R")


Zone Occupée - ZO - France
-

Jusqu'en 1942, le territoire français occupé et administré par les Allemands au Nord de la ligne de démarcation. Après l'invasion de la Zone Sud, on dira Zone Nord (ZN)

Dans ce texte :

Touche pas à mon pote de Francis Deleu le mercredi 29 novembre 2006 à 00h22

Bonsoir François, bonsoir à tou(te)s,

Lorsque mon pote Jacques, comme tu dis, perd les pédales [1], il est temps de cesser nos monologues en duo et de recentrer le débat sur l'essentiel : la politique foncièrement antisémite de Vichy.
Commençons par un scoop ... comme tu les apprécies !
Moi, Franleu, pseudo-historien de pacotille, vient de mettre en lumière une petite phrase qui en dit long. Il est écrit dans l'acte d'accusation retenu contre Pétain lors de son procès :"une législation raciale imitée à celle de l'Allemagne". Il est bien écrit "imitée" et non "imposée". La défense de Pétain insista lourdement sur les pressions allemandes. Malheureusement l'historiographie a repris cette hypothèse jusqu'au jour où les historiens Marrus et Paxton démontrèrent magistralement que l'arsenal législatif contre les Juifs était de la seule initiative de Vichy et ne devait rien aux Allemands.

A mon tour d'émettre une hypothèse qui tient la route ! Non seulement, les mesures antisémites prises par Vichy ne devaient rien aux Allemands mais incita ces derniers à accélérer le mouvement en zone occupée en singeant leurs "collègues" de l'hôtel du Parc. En 1940, les Allemands avaient d'autres préoccupations notamment celle de soigner leur image de marque auprès des populations en zone occupée et de paraître comme des gens civilisés, "bien propre sur eux".
En Belgique, par exemple, l'ordonnance [2] portant sur la définition de la notion de "Juif" est publiée le 28 octobre 1940. Remarquons que cette notion est moins restrictive que celle du "Statut" à Pétain. Remarquons aussi que Eggert Reeder, chef de l'Administration militaire en Belgique, écrivait, fin 1940, "La question juive ne joue pas, et de loin s'en faut, un rôle semblable à celui qu'elle joue dans les autres pays européens. (...) Il est cependant nécessaire de prendre contre les Juifs un train de mesure qui les mettent dans une situation semblable à celle que connaissent les Juifs des pays occupés ou influencés par l'Allemagne [3]
Poursuivons par une "anecdote" ! En cherchant dans mes caves humides [4] des munitions à propos de la neutralité belge, je suis tombé par hasard sur le témoignage d'une intellectuelle belge (classée comme juive) que l'exode de mai 1940 avait poussé vers le Sud de la France. Les Belges s'y croyaient en sécurité jusqu'à ce que les forces de l'ordre - celles de Vichy - commencèrent à traquer les personnes portant un nom à consonance juive. Ils furent nombreux à terminer leurs séjours dans les camps tristement célèbres (disons plutôt très largement méconnus) de la France de Vichy.... avant de prendre la route vers les camps d'extermination en Allemagne. Cette intellectuelle et sa famille réussit à rejoindre la zone occupée où - leur avait-on dit - les Juifs n'étaient pas inquiétés outre mesure. Bien entendu, nous savons qu'il s'agissait d'une tranquillité toute provisoire.
Là où je veux en venir ! En 1940, il valait mieux séjourner en zone administrée par les Allemands qu'en zone administrée par les serviteurs de Pétain.
Une comparaison entre les mesures édictées par Vichy et celles édictées par Berlin indique que les Allemands étaient poussés dans le dos dans une course initiée par Vichy pour "à qui sera le premier".

Ceci dit, connaissant la cadence infernale avec laquelle est promulguée toute une série de lois et d'arrêtés antisémites au point d'inquiéter Otto Abetz, quelle importance attacher encore à la datation du Statut des Juifs qui, formellement, est bien daté du 3 octobre, qu'il était sur la table du Conseil du 1 octobre - personne ne l'a nié (Baudouin précise même que Pétain était partisan de le durcir) - et qu'enfin il fut publié le 18 octobre.

Bien cordialement,
Francis

[1] Mon "pote" qui perd les pédales, c'est toute la machinerie de LdG, alimentée par une dynamo, qui risque de se gripper.
[2] Devant le manque de coopération des autorités belges et face au refus constant des Secrétaires généraux de publier les textes des ordonnances allemandes dans le Moniteur belge (Journal Officiel), les Allemands furent contraints de créer un "Verordnungsblatt" parallèle au Moniteur.
[3] in Jahresbericht
[4] Veuillez noter que François Delpla a risqué être traduit en Justice pour incitation au suicide. Fort heureusement, en cet été précoce du mois de novembre, mes caves humides n'étaient pas encore suffisamment glaciales pour y contracter une méchante et mortelle pneumonie.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.08 s  3 requêtes