Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Henri FRENAY - Robert Belot
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Collaboration - Vichy
-

Mémento des principaux mouvements politiques collaborationnistes sous Vichy.

- PPF : Parti Populaire Français (Jacques Doriot) - organe de presse: "Le Cri du Peuple de Paris"

- MSR : Mouvement Social Révolutionnaire (Eugène Deloncle)

- CSAR : Comité Secret d'Action Révolutionnaire - appelé par dérision "La Cagoule". - organe de presse: "La Vie nationale".

- RNP : Rassemblement National Populaire (Marcel Déat) - organe de presse: "L'Oeuvre".

- La Parti franciste (Marcel Bucard) - organe de presse: "Le Francisme".

- PFNC : Parti Français National Collectiviste (Pierre Clementi) - organe de presse: "Le Pays Libre".

- La Ligue française (Pierre Constantini) - organe de presse: "L'Appel".

- Le Front franc (Jean Boissel) - organe de presse: "Le Réveil du Peuple".

- Le Feu (Maurice Delaunnay) - organe de presse: "La Tempête".

- Le Groupe Collaboration (Alphonse de Châteaubriant) - organe de presse: "La Gerbe".


Frenay (Henri) - Résistance (France)
-

Fondateur de "Combat" premier mouvement de Résistance en Zone Sud.
Compagnon de la Libération - Biographie


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)

Dans ce texte :

Se lever contre "la divine surprise" de Fabrice le dimanche 26 septembre 2004 à 18h51



Bonsoir,

A propos de cette poignée d'hommes ne marchant pas derrière Pétain, je me pose cette question, prenaient-ils leur décision de ne plus suivre le Maréchal par rapport à la capitulation ordonnée par ce dernier et considérée comme un acte détestable ou bien sentaient-ils immédiatement qu'une collaboration découlerait par la force des choses de l'armistice ?

Il existait des gens comme Frenay qui n'imaginaient pas le vainqueur de Verdun comme un vassal d'Hitler, pour eux la capitulation était désespérante mais malgré tout, ils attendaient beaucoup de Pétain, ce grand-père protecteur, ce bouclier qui ne pouvait avoir ordonné la fin des hostilités que pour éviter le massacre des fils de France et qui ne manquerait pas le moment venu de poignarder les nazis dans le dos.

Au fait, peut-on trouver des différences entre le Pétainisme et le Maréchalisme ?

Jacques vous dites que "Frenay n'était pas Pétainiste", évidemment cette idée se défend, mais n'empêche que dans l'un de ses textes manuscrits en 1940, Frenay termine par "Puisse le Maréchal vivre assez longtemps pour assister au couronnement de notre oeuvre."
Enfin voici une citation assez subtile, Frenay aurait-il pu rendre un tel hommage au Maréchal pour une simple croyance en l'homme ? Ne s'agit-il pas plutôt d'une véritable adhésion à l'idéologie de Pétain et de sa personne ?

Et il y a des gens comme Daniel Cordier, malgré leur appartenance à l'extrême droite, ils ne pouvaient se résigner et accepter la défaite et donc suivre Pétain cet "homme-culte" qui à leur sens, trahissait la Patrie.
Par conséquent leur haine à l'encontre des Allemands les poussait par la même occasion à la Résistance contre Vichy qui n'apparaissait que comme un satellite de l'occupant.

Finalement cette extrême droite française se scinde en deux catégories, celle qui accueille Pétain comme "une divine surprise" et l'autre qui ne croit plus un instant en sa personne.


Cordialement.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.05 s  3 requêtes