Les conversations secrètes des Français sous l'occupation sur le forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

Les conversations secrètes des Français sous l'occupation

Antoine Lefébure

"Au téléphone, on parle à batons rompus de menus details, de la difficulté à assurer la vie quotidienne, de ses inquiétudes et de ses espoirs. Il arrive également qu'on négocie d'honnêtes affaires ou qu'on s'y livre à de petits trafics moins glorieux. Tout cela sans se douter que, quelque part sur la ligne, des oreilles indiscretes écoutent. On s'écrit pour se donner mutuellement des nouvelles. Douleur de la séparation, absence d'un être cher, fiance, mari ou père prisonnier, on s'indigne, on se révolte. Sans savoir que chaque lettre peut être interceptée par un fonctionnaire zélé, que chaque mot peut la transformer en pièce à conviction. Preuves qui serviront à alimenter d'obscures enquêtes d'opinion sur le comportement des Francais ou pire, jouerons un rôle décisif dans une arrestation."
Ce préambule quelque peu abrupt pourrait servir à présenter ce service très spécial développé par Vichy exponentiellement à la méfiance qu'il accordait aux populations de la France en guerre: Le service des contrôles techniques (SCT)
Descendant du trop célèbre"cabinet noir", il fut réactivé lors de l'entrée en guerre sous la responsabilité de l'état-major de l'armée et devait fournir diverses synthèses mensuelles et secrètes n'étant accessibles seulement qu'aux instances gouvernementales et militaires.
Puis Vichy est apparu et le service des contrôles techniques passa directement sous la férule du 2° Bureau.
Enfin en novembre 1940, il devint un organisme civil d'investigation et de contrôle prenant une part primordiale dans la lutte contre "les menées anti-nationales"; une commission siégeant dans chaque département.
Ce furent deux millions de lettres qui furent interceptées chaque mois ainsi que plus d'un million de télégrammes et des dixaines de milliers de conversations téléphoniques.
Mais se furent surtout grâce aux moyens, aux infrastructures et aux personnels que fut cette grande administration, les PTT, et sur laquelle s'appuya le contrôle technique.
Enfin dans un deuxieme temps l'auteur analyse et presente les archives du contrôle postal donnant ainsi par de nombreux exemples une certaine vision de la vie quotidienne de ses années noires.
"l'organisme (le SCT) n'a été qu'un outil relativement grossier d'information sur l'opinion publique, son rôle policier a été en revanche important. Il a également permis à l'Etat autoritaire de Vichy d'entretenir un climat d'inquiétude et de délation peu propice à tout mouvement de révolte ouverte. Ouvrir le courrier, intercepter les conversations téléphoniques, c'était prouver aux sujets du "prince" que la vie privée elle-meme n'était pas à l'abri de l'investigation du pouvoir."
bonne lecture

 

Editeur : Plon
Date edition : 1993
ISBN ou ref : 2-259-02705-9
Support : livre
Genre : étude historique
Période concernée : de 1939 à 1945
Région concernée : Ouest Europe

Proposé par Laurent Boussaton le jeudi 28 septembre 2006 à 23h28

Dernière contribution le mercredi 19 février 2014 à 10h28

lue 9927 fois décrypter

 

Suivre le débat sur Les conversations secrètes des Français sous l'occupation et y contribuer
 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  2 requêtes