Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

La vérité sur mon Corps Franc d'Afrique

1942-1943

Georges Elgozy

Présentation de l'éditeur,

« nous partîmes cinq mille ; mais – sans aucun renfort – nous nous vîmes deux mille en arrivant au port : celui de Bizerte, le 8 mai 1943, après six mois de combats quotidiens ». Ainsi commence ce récit dont l’auteur, qui vécut cette aventure, semble atteint d’une incoercible allergie à l’emphase ou au sublime qui boursoufle, en général, nos volumes de littérature patriotico-guerriere.
En 1942 comme en 1943, les Français qui combattirent les nazis ne furent pas si nombreux que l’on puisse, sans indécence coupable, passer sous silence les sacrifices de plusieurs milliers d’entre eux. L’ambition de ces volontaires fut de prendre part aux ultimes batailles conte l’Afrika Korps, afin que la France figurât parmi les libérateurs de l’Afrique, étape qui devait précéder et préparer l’assaut du continent européen
C’est à détecter les raisons, souvent déraisonnables, de cette conspiration du silence que s’emplois Georges Elgozy, officier de liaison du Corps Franc, dont les qualifications et les tribulations militaires semblent aussi pittoresques que celle d’un Fabrice del Dongo. Ce ne sont évidemment pas les coupables de jadis que l’auteur aspirent aujourd’hui à dénoncer : ce sont les vices d’un processus socio-psychologique qui lui paraît susceptible de communiquer, demain, la vérole d’une trahison ou le cancer d’un totalitarisme, de l’extrème-droite ou de l’extrème-gauche.
« S’il est humain de pardonner aux bourreaux, il serait suicidaire d’oublier les martyrs » écrit-il. Est-il plus impitoyable injustice que celle qui poursuit des héros anonymes jusqu’après leur mort ? C’est, justement, à ses camarades du Corps Francs, déchus de la nationalité française, morts pour la France , que Georges Elgozy dédie ce livre. Leur sacrifice, ignoré de tous les Mémoires, n’aura pas disparu de toutes les mémoires.

Georges ELGOZY, né en 1909 à Oran (Algérie), est docteur en pharmacie, ….Croix de guerre et citations à l’Ordre de la brigade du Corps Franc, chef de mission de la Santé publique aux USA (1944), inspecteur général de l’Economie nationale (1947), il fut ensuite conseiller technique auprès de plusieurs ministères. Il est l’auteur d’un vingtaine d’ouvrages, dont « le paradoxe des technocrates » prix Cazes, « le bluff du futur » , couronné par l’Académie française, « le Bourgeois socialiste » prix de l’Académie des sciences morales et politiques.


Voilà un auteur qui n'a pas sa plume dans la poche ! Ce livre m'a rappelé celui de Guillermou (Aventures d'un soldat d'occasion de la France libre), par son côté iconoclaste, acide et parfois anti-militariste.
Plusieurs fois, j’ai pensé : « tiens ce passage plairait à Frédérique » , ou « à David, » ou « à Jacques » etc… » Si j’en ai le courage, ou si j’arrive à faire fonctionner ce **£$$### d’OCR, je vous ferai profiter de quelques morceaux choisis.

Bonne lecture
Laurent

 

Editeur : du Rocher
Date edition : 1985
Support : livre
Genre : récit ou roman
Période concernée : pas de période définie
Région concernée : Afrique

Proposé par Laurent Laloup le jeudi 25 mai 2006 à 21h04

Dernière contribution le jeudi 25 mai 2006 à 23h34

lue 3201 fois décrypter

 

Suivre le débat sur La vérité sur mon Corps Franc d'Afrique et y contribuer
 

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

sujet.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  2 requêtes