"Barbouze" du Général sur le forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

"Barbouze" du Général

Pierre Lemarchand en coll. avec Jean-François Bège

Après avoir rejoint le mouvement de Philippe Viannay Défense de la France à quinze ans, échappé à une exécution sommaire par les paras de Gœring, il est libéré in extremis par les forces alliées et s'engage dans la 1ère Armée de De Lattre pour finir la guerre en Allemagne.
La paix revenue, cet avocat courageux rejoint le groupe fondateur du RPF dont il organise le service d'ordre très musclé. En 1956, comme la majorité des Français, il est persuadé que l'Algérie, "c'est la France". Il rempile alors dans les commandos noirs dirigés par Roger Barberot qui se singularise en interdisant à ses hommes de pratiquer la torture sur les fellaghas capturés. Cette position partagée par Lemarchand met les deux hommes en minorité (avec Bollardière) dans cette très sale guerre qui ne dit pas son nom. Quelques temps après, un certain officier Argoud - futur chef OAS - bousillait le travail auprès de la population des commandos de Barberot en faisant exécuter 20 combattants algériens dont il exposa les corps sur la place d'un village !

Lemarchand comprend alors qu'à moyen terme, l'Algérie sera indépendante. Il milite pour créer les conditions favorables au retour de De Gaulle et prend part à la déstabilisation du IV République qui sera liquidée par les journées de mai 1958 en Algérie.

Après le putsch des généraux de 1961, pour combattre sur leur terrain les commandos de l'OAS, il regroupe des militants prêts à en découdre et crée les fameux "barbouzes" à Alger avec Dominique Ponchardier et Lucien Bitterlin. C'est le début d'une aventure sanglante que la presse augmenta de toutes sortes d'exploits et de méfaits sur lesquels Lemarchand revient dans son récit pour dégonfler quelques légendes et décrocher quelques casserolles ! Il rappelle aussi que son combat anti-OAS lui coûta des dizaines de compagnons.
Après l'indépendance de l'Algérie, il reprend son métier d'avocat. Mais l'Histoire le rejoint. Ses liens d'enfance, de la Résistance puis de l'Algérie l'impliquent dans deux affaires : l'enlèvement de Ben Barka et l'assassinat de Markovic, l'ex-garde du corps du couple Delon.
Sa carrière politique de député n'y survit pas et il est même suspendu par l'Ordre des avocats. Cité au cours des procès, il est alors "chargé" par certains protagonistes, à tort ou à raison...

Si ce récit vivant ne fait pas toute la lumière sur le rôle exact de ce militant gaulliste aux méthodes musclée dans deux des affaires les plus complexes de la Ve République, il permet au lecteur de découvrir l'homme, ses choix et ses engagements.

RC

 

Editeur : Au Cherche Midi
Date edition : 2005
Support : livre
Genre : récit ou roman
Période concernée : de 1939 à 1970
Région concernée : Ouest Europe

Proposé par René CLAUDE le samedi 13 août 2005 à 11h45

Dernière contribution le mardi 21 août 2007 à 14h59

lue 4168 fois décrypter

 

Suivre le débat sur "Barbouze" du Général et y contribuer
 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0 s  2 requêtes