Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

1939 L'alliance de la dernière chance

Michael J Carley

" au moment où l’allemagne nazie prepare la guerre, les negociations entre la france, la grande-bretagne et l’urss constituent la dernière chance de stopper l’agression hitlérienne. pourtant, les gouvernements français et britannique se traine les pieds. finalement, les pourparlers entre les trois pays echouent et en août 1939, l’urss signe un pacte de non-agression avec l’allemagne. Le recit poignant que fait Michael Carley de ces negociations souvent secretes n’est pas un belle histoire.

La narration fascinante d’un jeu diplomatique tres complexe, mettant en scene des personnalites souvent troublantes, repose sur des recherches...menees par l’auteur dans les archives françaises, britanniques et sovietiques, accessibles au public depuis peu. En faisant de 1939 un moment fort de la guerre froide amorcee après la revolution bolchevique de 1917 et en montrant comment l’anticommunisme fut la cause majeure de l’echec de l’alliance contre Hitler, Michael Carley remet en cause les interpretations generalement admises sur les origines de la seconde guerre mondiale.

Michael Carley est ne a brooklyn (New York) et a etudie a la george washington university, ainsi qu’a la queen’s university de kingston (ontario). Il est actuellement professeur d’histoire a l’universite akron (ohio). Il poursuit depuis plusieurs annees des recherches sur les relations entre l’urss et les pays occidentaux."(4°couverture)

c'est bien un nouveau regard sur les causes de la guerre qu'expose ici Carley, il y aurait bien eu une non envie d'alliance franco-britannique envers l'union sovietique par pur anti-communisme primaire d'une majorite de dirigeants politiques occidentaux malgre les resistances de certains d'entre-eux

"...dans le present ouvrage, je reviens, comme je l’ai fait par le passe, a des explications anterieures de l’echec des negociations, a savoir que l’anti-communisme entrava les efforts franco-britanniques visant à conclure avec l’URSS une alliance en cas de guerre contre l’allemagne. Le rejet par la france et la grande-bretagne des nombreuses initiatives sovietiques en vue d’ameliorer les relations durant l’entre-deux-guerres, ou pour creer une coalition antinazie, spécialement entre 1935 et 1938, augmenta considerablement la mefiance et le cynisme sovietiques. Les historiens occidentaux considerent rarement le pacte de non-agression dans ce contexte plus large. Ils l’analysent uniquement dans la courte periode de mars a aout 1939...en fin de compte, on doit revenir aux critiques de l’epoque concernant l’appeasement pour en comprendre la dynamique et les alternatives. ces critiques furent des cassandre, rejetes comme negativistes germanophobes et oiseaux de mauvais augure ou pourvoyeurs de la révolution communiste, car ils disaient que l’allemagne nazie voulait la guerre et qu’une grande alliance antinazie etait la seule façon de la contenir ou de la vaincre. Robert Vansittart, Churchill, Laurence Collier (un des subordonnés de Vansittart), Maksim Maksimovitch Litvinov (commissaire soviétique aux Affaires étrangères), la journaliste française Geneviève Tabouis et les politiciens français Édouard Herriot et Georges Mandel faisaient partie de ces cassandre. c’etait un groupe heteroclite de heros. les historiens s’occupent souvent des scelerats ; voyons qui etaient ces braves qui se battirent presque seuls, mais tinrent leurs positions contre vents et marees, et à qui l’histoire donna raison. a l’exception de Churchill, aucun de ces hommes et aucune de ces femmes ne furent reconnus en leur temps, Mandel etant meme assassine en 1944 par les fascistes français. Nous devrions leur etre reconnaissants d’avoir vu en l’allemagne nazie la force malefique qu’elle etait, alors que beaucoup d’autres consideraient le nazisme comme un simple antidote, certes desagreable mais efficace, contre le communisme et l’agitation populaire..."(avant-propos)

M Carley y expose aussi les motivations qui l'amenerent a ecrire ce livre

http://www.erudit.org/livre/carleym/2001/livrel2_div1.htm

la totalite du livre est disponible sur la toile:

http://www.erudit.org/livre/carleym/2001/

bonne lecture

 

LivresÉrudit

 

Editeur : Presses de l'université de Montreal
Date edition : 2001
Support : livre
Genre : étude historique
Période concernée : de 1870 à 1939
Région concernée : Europe

Proposé par Laurent Boussaton le mercredi 13 octobre 2004 à 18h51

Dernière contribution le vendredi 15 octobre 2004 à 11h28

lue 3874 fois décrypter

 

Suivre le débat sur 1939 L'alliance de la dernière chance et y contribuer
 

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

sujet.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  2 requêtes