La liberté guidait nos pas sur le forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

La liberté guidait nos pas

Jacques Baumel

Beaucoup de ceux que je rencontre, notamment les jeunes, me posent des questions simples. Comment meniez-vous votre vie de chaque jour ? Comment pouvait fonctionner la Résistance ? Parlez-nous un peu de ces hommes et de ces femmes que vous êtes l'un des derniers à avoir connus, et dont les noms ont été donnés à nos collèges et à nos rues. Parlez-nous aussi de ceux et celles que tout le monde a oubliés. Des livres nombreux et parfois remarquables paraissent sur la Résistance, mais ils sont souvent d'une lecture ardue, et l'on s'égare dans les sigles, mouvements et réseuax en perdant de vue l'essentiel.
Secrétaire général des Mouvements unis de Résistance (MUR), j'ai eu la chance inouïe d'être placé très jeune au lieu géométrique des trois principaux mouvements de résistance de zone sud.


Ces lignes sont extraites de l'avant-propos dans lequel Jacques Baumel expose les raisons qui le poussèrent à écrire ce récit qui est en quelque sorte le complément à ses Mémoires de résistant parus sous le titre Résister il y a quelques années.

Dans son style vivant et généreux, il rapporte l'histoire au quotidien d'hommes et de femmes qui ont refusé la défaite et l'abandon vichyste. Il fait revivre l'engagement de celles et de ceux qui, lentement, en tâtonnant dans les premiers mois de l'Occupation, se mirent hors-la-loi, afin de créer les premiers groupuscules qui formèrent plus tard les premiers réseaux - le réseau de l'Homme, par exemple - puis les petits et grands mouvements dans une France occupée au nord et anesthésiée par Pétain au sud.

Jacques Baumel nous raconte la vie singulière, les dangers constants, mais aussi cette forme d'insouciance et l'exaltation qui habitaient ceux qui avaient "traversé le miroir" pour vivre dans la clandestinité, un état qui transcendait par moment la peur d'être capturé, torturé et exécuté ou déporté.
A son poste-clé, il rencontra toutes les figures importantes du combat clandestin mais il rend un hommage appuyé aux "soutiers de la gloire", les agent(e)s de liaison, les logeurs, les femmes du service social et tous ceux qui apportèrent leur contribution directe ou indirecte à la Résistance intérieure.
Son rôle de secrétaire des MUR lui fit vivre la plupart des crises qui faillirent plus d'une fois déchirer la très fragile unité des mouvements et s'il respecte la mémoire de ses camarades de lutte, il n'occulte pas leurs erreurs, leurs négligences et les manquements graves qui facilitèrent le travail des traîtres et les opérations des polices françaises et nazies. (En revanche, jamais il ne condamnera un(e) résistant(e) qui a parlé sous la torture.)

Il émane des pages de ce récit passionnant un profond humanisme et ce que l'on pourrait peut-être appeler une forme de nostalgie.

Cordialement,

RC

 

Editeur : Plon
Date edition : 2004
Support : livre
Genre : récit ou roman
Période concernée : de 1939 à 1945
Région concernée : Ouest Europe

Proposé par René CLAUDE le mercredi 30 juin 2004 à 17h09

Dernière contribution le jeudi 23 février 2006 à 06h07

lue 4214 fois décrypter

 

Suivre le débat sur La liberté guidait nos pas et y contribuer
 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  2 requêtes