Stalingrad sur le forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

Stalingrad

Antony Beevor

Remarquablement traduite de l'anglais par Jean Bourdier - on ne saluera jamais assez ces plumes de l'ombre qui ont la lourde mission de traduire sans trop trahir des essais de cette importance - cette étude de la bataille de Stalingrad par l'historien militaire Antony Beevor fut unanimement et légitimement saluée par l'ensemble de la critique lors de sa sortie il y a 4 ans.

Il n'était pas évident de proposer un travail novateur sur un sujet si souvent traité. Beevor parvient pourtant à y apporter un éclairage pertinent en reliant la monstrueuse conflagration que fut cette bataille à la politique génocidaire du IIIe Reich à l'Est. En s'appuyant sur les archives de la 6e Armée, il réfute l'ignorance des tueries que soutinrent la plupart des officiers de la Wehrmacht - et des historiens amateurs et professionnels - après la guerre. Il souligne que très peu protestèrent en sachant ce que commettaient juste sur l'arrière du front les Einsatzgruppen, pire, il est en mesure d'affirmer que certains officiers apportèrent leur soutien à ces massacres.

Pour Beevor, il n'y a aucun doute, la guerre à l'Est est une guerre d'extermination annoncée qui dérape de plus en plus au fur et à mesure des revers allemands, la Wehrmacht s'installant alors dans une spirale barbare où la peur a pris les commandes et pousse les soldats et leurs officiers à couvrir et/ou à participer à des crimes contre l'humanité.

Du côté soviétique, l'historien militaire a eu également accès à certaines archives sensibles jusqu'alors non disponibles aux chercheurs. Ce qu'il y découvre confirme, en l'amplifiant que les commissaires soviétiques aux armées appliquèrent avec une brutalité effrayante les moyens de la "terreur révolutionnaire" pour tenir les troupes face à l'avancée nazie. Par exemple, le traitement des prisonniers soviétiques repris par l'armée rouge lors de contre-offensives qui étaient systématiquement soupçonnés d'avoir collaboré avec la Wehrmacht, fut implacable.
A Stalingrad, durant les combats, 13'500 soldats soviétiques furent exécutés par leur propre armée pour ivrognerie en ligne, tentatives de désertion, automutilations, incompétence, lâcheté, agitation antisoviétique, etc.

Si l'historien anglais expose et commente ces événements et ces chiffres terribles sans rien chercher à occulter de la réalité de la bataille, il ne glisse jamais vers le comparatisme "nazisme = communisme" ou "Hitler = Staline" qu'on nous ressort très souvent dans certains livres et sur des sites. Ça et "l'apolitisme" des animateursde sites "tecnhiques" sur les unités de l'armée nazie sont les deux "bateaux" traditionnels sur le Net historien consacré à la Seconde Guerre mondiale.

Antony Beevor, outre une étude très complète jamais ennuyeuse sur cette bataille décisive, "nous livre (...) un irremplaçable témoignage sur la guerre , la mort, la peur, le courage et la douleur."
Un classique.

René Claude

 

Editeur : Ed. de Fallois
Date edition : 1999
ISBN ou ref : 2-87706-350-X
Support : livre
Genre : étude historique
Période concernée : de 1939 à 1945
Région concernée : Est Europe

Proposé par René CLAUDE le dimanche 31 août 2003 à 14h04

Dernière contribution le mercredi 16 avril 2008 à 15h21

lue 6551 fois décrypter

 

Suivre le débat sur Stalingrad et y contribuer
 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  2 requêtes