OTTO KATZ sur le forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

OTTO KATZ

Vies et mort d'un espion

Jonathan Miles

Aussitôt l’arrivée des nazis au pouvoir les communistes furent pourchassés et souvent doublement pour ceux qui étaient juifs. Parmi eux des journalistes, des artistes, des cinéastes, bref de nombreux intellectuels capables d’informer l’opinion du reste du monde sur la réalité nazie. Beaucoup donc s’expatrièrent…à Paris, à Zurich ou comme Otto Katz, journaliste, un peu partout avec des identités différentes…Paris, Londres, Moscou, New-York, Mexique. Et donc, avec l’appui du Kominterm, cette organisation destinée à répandre le communisme dans le monde, ils informent à leur manière càd en usant de toutes les ficelles possibles et imaginables face à un ennemi qui en faisait autant. Je pense que c’est à ce moment que cette diaspora perfectionna l’art d’émouvoir l’opinion sans nécessairement rapporter les faits avec précision; face au nazisme tous les moyens étaient bons dans la guerre psychologique mais le cinéma l’emportait, l’image ayant de loin le plus fort impact, encore aujourd’hui. Cependant un piège terrible allait se refermer progressivement et insidieusement chez ces femmes et ces hommes lorsqu’ils s’aperçurent que l’idéal qu’ils soutenaient n’avait d’idéal que dans leur tête, la réalité c’est Staline qui la dictait, effroyablement. Staline dictait tout. Une bonne partie du financement provenait de l’or espagnol que les Républicains avaient remis à Staline afin de le mettre en sécurité. Lorsque l’or parvint en Russie, les Espagnols demandèrent un reçu comme cela avait été convenu…pas de reçu mais une grande fête organisée par Staline pour fêter ce magnifique trésor. Dès lors Otto Katz et les siens disposèrent de moyens financiers suffisants. Mais ils étaient pris au piège et leur lutte anti nazie, toute honorable qu’elle fut, était entachée par le communisme stalinien qui n’avait rien à envier au nazisme. Katz n’eut d’autre choix que devenir lui aussi stalinien mais cela n’a pas suffi et comme beaucoup d’autres il fut au final victime à la fois du nazisme et du communisme.



Quatrième de couverture

Si on devait imaginer le parfait espion, il prendrait certainement les traits d'Otto Katz: intelligent, séducteur et impitoyable.
L'histoire d'Otto Katz (1893-1952), espion tchèque à la solde de l'URSS, nous plonge au cœur des enjeux politiques de la première moitié du XXè siècle. S'y croisent des personnalités flamboyantes, depuis les membres de l'avant-garde littéraire européenne jusqu'aux célébrités d'Hollywood en passant par les espions les plus importants du temps.
Otto Katz a pris part à toutes les formes de la lutte antinazie, notamment par le biais de la propagande. En suivant ses pérégrinations entre Berlin, Paris, Londres, Barcelone, New York et Los Angeles, on comprend à quel point Staline a tenté d'influencer les opinions publiques.
À travers les masques d'Otto Katz, c'est une histoire parallèle de l'époque qui se lit: la vraie nature de la guerre civile espagnole; l'asservissement à l'URSS des communistes de l'Ouest; le meurtre de Trotski; les activités politiques peu connues de Marlene Dietrich. Otto Katz - Vies et mort d'un espion lève ainsi le voile sur ceux qui ont secrètement fait l'histoire.
Survivant à tous les soubresauts de son temps, Otto Katz a finalement été piégé par la paranoïa du régime communiste. Victime des purges antisémites, son exécution en 1952 à l'issue du procès Slansky - le même qu'Artur London a raconté dans L’Aveu - en fait l'une des ultimes victimes de Staline.
Récit inédit de la vie d'un maître espion resté dans l'ombre, cette biographie menée comme un roman s'appuie sur une documentation exceptionnelle.

Jonathan Miles est l'auteur de plusieurs livres d'histoire culturelle. Otto Katz - Vies et mort d'un espion est le premier traduit en français. II vit et travaille à Paris.

 

Editeur : Denoël
Date edition : 2010
ISBN ou ref : 978.2.207.11141.3
Support : livre
Genre : biographie
Période concernée : de 1870 à 1970
Région concernée : autres régions qu'Afrique

Proposé par Christian Favre le mardi 09 septembre 2014 à 06h22

Dernière contribution le vendredi 26 septembre 2014 à 10h49

lue 6124 fois décrypter

 

Suivre le débat sur OTTO KATZ et y contribuer
 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  2 requêtes