Un souvenir de Solferino sur le forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

Un souvenir de Solferino

Henry Dunant



Une des choses qui surprend le plus, dans la création de la Croix- Rouge, c'est que Henry Dunant avait bien plus le profil du banquier suisse que celui d'un sociologue genevois contemporain. Le résultat est quand même extraordinaire, voilà donc un homme d'affaire genevois en route pour l'Italie, au moment de la bataille, pour obtenir des faveurs de Napoléon. Sans donc même songer à la totale incongruité de la démarche ! cf

Page de couverture

La bataille prend fin lorsque Dunant - hasard ou Providence? - arrive aux abords de Solférino. Infirmier de fortune, il soigne des blessés qui, abandonnés par milliers, appellent au secours.
Avec la retenue d'un puritain et la flamme d'un romantique il dira sa découverte des horreurs de la guerre dans ce chef-d'oeuvre : Un Souvenir de Solférino. C'est l'origine de la Croix-Rouge.
Mais, négligeant ses affaires, l'apôtre se ruine. Rejeté par les siens, exclu de la Croix-Rouge, il quitte Genéve, erre vingt ans en France, en Angleterre, en Allemagne. Malade, loqueteux, oublié de tous, il échoue enfin prés du lac de Constance, à Heiden. Là, il reprend la plume, remplit des cahiers, encore inédits, parmi lesquels L'Avenir Sanglant d'où sont tirées les dernières et saisissantes pages de ce livre.

Quatrième de couverture

Lu le Souvenir de Solférino.
Ces pages me transportent d'émotion. Du sublime touchant à fond la fibre. C'est plus beau, mille fois plus beau qu'Homère, que la Retraite des Dix Mille, que tout. Quelques pages seules de Ségur, dans la Retraite de Russie, en approchent. Ce que c'est que le vrai sur le vif, sur l'amputé, sur le mourant de mort violente en pleine vie, sur cela, décrit par la rhétorique, depuis le commencement du monde.
On sort de ce livre avec le maudissement de la guerre.
Journal des Goncourt, 8 juin 1863


Le CICR offre le livre au prix de Frs 2.-

 

Editeur : L'Age d'Homme
Date edition : 1969
Support : livre
Genre : récit ou roman
Période concernée : autre période que celle allant de 1870 à 1970
Région concernée : Ouest Europe

Proposé par Christian Favre le vendredi 17 mai 2013 à 07h20

Dernière contribution le samedi 18 mai 2013 à 05h32

lue 3462 fois décrypter

 

Suivre le débat sur Un souvenir de Solferino et y contribuer
 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  2 requêtes