Espagne... sur le forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

Espagne...

A.London

Espagne, Espagne..., par Arthur London, postface de Pierre Daix. Éd. Tribord, mai 2003 (réédition). 482 pages, 26 euros.

C'est en 1963 qu'Artur London écrit Espagne, Espagne..., récit et analyse d'un conflit à la fois interne et international, reflet d'une lutte des classes meurtrière tant au plan ibérique qu'au plan européen et même mondial. Les fascistes de Hitler, de Mussolini et de Salazar appuient de toutes leurs forces les factieux espagnols dirigés par Franco et d'autres généraux parjures contre la toute jeune République et le tout jeune Frente popular. Le 18 juillet 1936, " Sur toute l'Espagne, le ciel est sans nuages " - c'est le signal radiodiffusé du pronunciamiento, l'afflux de mercenaires du Maroc, d'Allemagne et d'Italie. Pour les nazis et leurs amis, il s'agit de poursuivre l'expansion de leurs régimes : après l'Éthiopie en 1935, la France, l'Europe. La guerre d'Espagne est bien l'acte Ier de la Deuxième Guerre mondiale. Tout le monde le comprend, mais ni la SDN, ni l'Angleterre, ni la France n'agissent. La City de Londres mise d'emblée sur Franco et le gouvernement français du Front populaire suit pour l'essentiel : leur " non-intervention ", qui étrangle Madrid, c'est du Munich avant Munich, on " apaise " les fascistes pour qu'ils se tournent ensuite contre l'Union soviétique. " Plutôt Hitler que le Front populaire " se dit en diverses langues.

Arthur (" Gérard " dans la Résistance) décrit le pays très contrasté, devenu un enjeu majeur sur l'échiquier international : la démocratie issue des urnes (de justesse) en février 1936 réunit contre elle l'Église de l'Inquisition, les hobereaux terriens, les généraux monarchistes des " grandes familles ". Pour la soutenir, il y a les ouvriers (mais l'anarchisme y compte une très forte influence, en particulier en Catalogne), des petits paysans, des classes moyennes. Cette bigarrure expliquera - on le voit au fil des pages et des batailles - les atermoiements, les hésitations dans la conduite des opérations, la nécessité aussi pour la République d'imposer ses vues et sa discipline à l'ensemble de son camp.

Naturellement, Arthur London décrit minutieusement le fait majeur de cette guerre, qui préfigure la Résistance : l'immense apport des Brigades internationales d'octobre 1936 (batailles pour la défense de Madrid) à novembre 1938 (date de leur retrait en pleine bataille d'Èbre, le Verdun de cette guerre) : 35 000 hommes, tous volontaires, de cinquante-cinq pays, groupés en six brigades au sein des cent trente-sept de l'armée républicaine et affectés, sur leur demande, aux points les plus chauds du front. Le tiers environ de ces hommes reposent en terre espagnole.

Les deux autres tiers ont presque disparu : dans les maquis, dans les camps de la mort nazis et, hélas aussi, dans les prisons et camps du stalinisme. Arthur London, l'homme de l'Aveu, est bien placé pour évoquer la tragique destinée de nombre de ses frères et sours des combats antifascistes - accusés de tout (cosmopolitisme, titisme, révisionnisme, agents de la CIA, etc.) par ceux-là mêmes qui redoutaient leur indépendance de jugement aussi bien à Moscou qu'à Prague, à Paris, à Washington ou ailleurs.

La réédition en 2003 (avec une préface de l'auteur, réécrite en 1997, et une postface de Pierre Daix, son gendre) est un précieux apport à l'histoire et à l'histoire de l'histoire : la guerre d'Espagne est pratiquement ignorée (sauf exception) de nos lycéens, et bientôt les derniers acteurs auront disparu, eux qui auront - comme tous les antifascistes de cette époque - gardé jusqu'à la fin de leurs jours " l'Espagne au cour ".

Pierre Rebière

Fils de brigadiste, secrétaire général des Amis des combattants en Espagne républicaine.
.

 

Editeur : Ed.Tribord
Support : livre
Genre : pas défini
Période concernée : de 1870 à 1939
Région concernée : Ouest Europe

Proposé par Ben El Mehli le lundi 11 février 2013 à 16h50

lue 4555 fois décrypter

 

Suivre le débat sur Espagne... et y contribuer
 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  2 requêtes