Commandant de Compagnie sur le forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

Commandant de Compagnie

Combattants américains dans la bataille d'Europe

Charles Mac Donald

Voici du même auteur que la ''Bataille d’Ardenne'', un des autres best-sellers du grand historien militaire américain.
Comme dans ''La Bataille d’Ardenne'', Charles Mac Donald, lieutenant, puis capitaine dans l’infanterie américaine, a vécu tout ce qu’il nous raconte.
Mais alors que ''La Bataille d’Ardenne'' donnait une vision globale des combats, ici c’est son aventure personnelle, liée à celle de quelques millions d’autres combattants de la phase européenne finale de la Seconde Guerre mondiale, que Charles Mac Donald nous conte par le menu. Lorsque le capitaine Mac Donald prend à la frontière belgo-allemande, en octobre 1944, le commandement de la compagnie I (i), il n’a que 22 ans. Et ses hommes – ceux qui n’ont pas été tués sur les plages du débarquement – sont des vétérans qui n’ont cessé de combattre depuis le 6 juin au matin.
Il gagne leur confiance en les conduisant à l’assaut de la ligne Siegfried.
L’aventure ne s’arrêtera qu’avec la chute de Berlin le 5 mai 1945. Ce jour-là, le capitaine Charles Mac Donald, notre auteur, accomplit sa dernière mission victorieuse – la 49ème en 8 mois – après avoir été mis hors de combat et évacué du front un court moment du terrible hiver 44-45, blessure qui lui vaut, avec une médaille, le commandement de la compagnie G.
Cet comme tel, à 23 ans, qu’il, négocia avec un général allemand la reddition de la ville de Leipzig, négociation qui est bien l’un des épisodes les plus humoristiques de la guerre. Malheureusement il ne fut pas suivi : il fallait donner la ville aux Russes.
Ce poignant récit de guerre se lit comme le plus beau, le plus vrai, le mieux écrit des romans. Le pathos n’est jamais présent, l’émotion jamais absente.

 

Editeur : Didier Hatier
Date edition : 1990
ISBN ou ref : 2-87088-709-4
Support : livre
Genre : récit ou roman
Période concernée : de 1939 à 1945
Région concernée : Ouest Europe

Proposé par Prosper Vandenbroucke le mercredi 04 décembre 2002 à 17h38

lue 5053 fois décrypter

 

Suivre le débat sur Commandant de Compagnie et y contribuer
 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  2 requêtes