Le roman noir de la droite française sur le forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

Le roman noir de la droite française

Henry Charbonneau

Voici un titre qui est bien mal choisi ou bien qui est astucieusement choisi pour noyer le lecteur dans 450 pages de vérités marginales.

Henry Charneau connu sous le nom de Henry Charbonneau, né en 1913, après un passé d’extrême-droite, en 1940 maréchaliste, s’engage en 1941 dans la Légion tricolore, fait partie du détachement précurseur de la Phalange africaine destinée à combattre les Alliés en Tunisie en 1943 au côté des Allemands toujours sous l’uniforme allemand, est engagé dans les combats du maquis limousin, dirige le journal « Combat » (de la Milice ).

Dans la Milice il était un 2ème ou 3ème « couteau » à côté de ces dirigeants. Il était surnommé « Porthos » pour les avoir servis fidèlement, en particulier pour servir Darnand dont il était neveu par alliance.

Il n’a pas été fusillé à la Libération car il avait sauvé de la peine de mort un avocat Boissarie arrêté par la Milice, qui devait devenir à la libération Procureur Général. Ce dernier aurait-il parlé de son cas au juge d’instruction nommé Berry (?) qui s’interrogeait sur un ton dubitatif : « Il a été dans tous les coups, il ne peut pas s’en sortir ». D’autre part il n’y avait pas de témoin à charge à son procès car il n’était pas connu et deux témoins étaient à décharge, son frère officier et Alexandre Sanguinetti

Pour finir, il est condamné à 10 ans de prison.

Le roman noir, nous voulons bien, mais de la droite française, NON.
Ce n’est pas de la Droite mais de l’Extrême-Doite dont il s’agit. D’autre part il y avait avec De Gaulle à Londres autant de gens d’Extrême-Droite et même d’anciens cagoulards. Il faut donc corriger le titre de Porthos : « Le roman de l’Extrême-Doite française, maréchaliste et milicienne ». Vous voyez que Charbonneau veut « noyer le poisson ».

L’intérêt de ce livre réside dans le déroulement de la pensée d’un collaborateur de l’extrême qui s’interroge sur les événements de la première moitié du XX siècle selon lui : À quoi cela sert si après avoir été occupé par les Allemands, nous sommes occupés par les Anglo-américains ! La torture de la Gestapo et de la Milice est la dernière de ses préoccupations. C’est un livre de passion et non d’objectivité.

À noter qu’il fait preuve d’une certaine culture mais aussi d’une certaine faconde.

Après être sorti de prison en 1949, journaliste, il a publié dans certains journaux comme Rivarol etc…

 

Editeur : Robert Desroches
Date edition : 1969
Support : livre
Genre : étude historique
Période concernée : de 1939 à 1945
Région concernée : pas de région définie

Proposé par Serge Desbois le mardi 21 février 2012 à 07h35

Dernière contribution le mardi 21 février 2012 à 07h55

lue 4254 fois décrypter

 

Suivre le débat sur Le roman noir de la droite française et y contribuer
 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  2 requêtes