Kurt Gerstein ou l'ambiguïté du bien sur le forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

Kurt Gerstein ou l'ambiguïté du bien

Saul Friedländer

Si la pièce de théâtre "Le Vicaire" de Rolf Hochhuth et plus tard le film "Amen" de Costa-Gavras a révélé au grand public l'existence de Kurt Gerstein, ce protestant engagé volontaire dans la SS dont les efforts pour informer le monde des crimes perpétrés dans les camps de concentration sont restés vains, qu'en fut-il de la réalité?

*** Qui fut Gerstein ? Quels mobiles guidèrent son action? Que fit-il exactement pour saboter la machine d'extermination nazie ? Dans quelles mesure réussit-il dans son entreprise et quel fut le prix de son engagement? Son suicide dans la prison du Cherche-midi, à Paris, en 1945, est-il explicable?
Faut-il admettre, comme le pense l'auteur de ce livre, que "le silence et la passivité totale des Allemands, l'absence de toute réaction des Alliés et des neutres, en fait de l'Occident chrétien dans son ensemble, devant l'extermination des Juifs, donnent au rôle de Gerstein sa signification véritable. Ses appels étant restés sans écho, son dévouement ayant été solitaire, son sacrifice parut "inutile" et devint "culpabilité"
.***
(en quatrième de couverture)

Saul Friedländer, historien de la Shoah, tente de cerner la personnalité complexe de l'officier SS. Son étude s'appuie sur les fameux "rapports" mais aussi sur les nombreux témoignages de tous ceux qui ont côtoyé Gerstein ainsi que sur sa correspondance.

Quelles furent en définitive les motivations profondes de Gerstein ? Témoin oculaire et technicien complice de l'extermination des Juifs, était-ce la voix de la déraison qui aurait dicté une tentative de parade de Gerstein, comme le pense Léon Poliakov ? Son attitude ressort-il de la psychiatrie ?

Toujours est-il que Gerstein, témoin et complice du massacre, chercha à l'ébruiter, tenta vainement à associer le monde entier à ce qui devint effectivement un témoignage.

*****

Rappelons enfin que Saul Friedländer est l'auteur du monumental et magistral ouvrage "L'Allemagne nazie et les Juifs" . En 2007, il reçut le Prix de la paix des libraires allemands.

Table des matières

Première Partie : Un Allemand comme tant d'autres.
I - Le poids d'une tradition.
II - Un chrétien au début du régime nazi.
III - Le désarroi.
IV - La décision.
Deuxième Partie : L'Ambiguïté du Bien.
V - Belzec et Treblinka.
VI - Un appel sans écho.
VII - Gerstein à Berlin.
VIII - Zyklon B.
IX - La fin.
Postface de Léon Poliakov.

Francis Deleu.

 

Editeur : Casterman
Date edition : 1967
Support : livre
Genre : biographie
Période concernée : de 1939 à 1945
Région concernée : Europe

Proposé par Francis Deleu le vendredi 31 octobre 2008 à 17h17

Dernière contribution le jeudi 12 novembre 2009 à 21h24

lue 9545 fois décrypter

 

Suivre le débat sur Kurt Gerstein ou l'ambiguïté du bien et y contribuer
 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  2 requêtes