Aller et Retour sur le forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

Aller et Retour

Mon journal pendant et après la "drôle de guerre"

Bernard Barbey

On sait que Guisan avait établi des contacts avec le commandement de l'armée française pour un accord secret de collaboration au cas ou les Allemands attaqueraient par le sud de la ligne Maginot. C'est Bernard Barbey qui a été chargé de ces contacts et c'est dans ce livre qu'il nous en décrit les péripéthies. On sait que du côté français tous les documents de ces accords ont été découverts par les Allemands, dans un wagon à la Charité sur Loire. Ce fait a pesé sur la conscience de Guisan tout au long de la mobilisation.

voici la présentation du livre

Dans un premier ouvrage, P.C. du Général, l'auteur relatait les années de service accomplies de juin 1940 à 1945, lorsqu'il était chef de l'état-major particulier du général Guisan.
Avant de l'appeler à ce poste, le commandant en chef de l'armée suisse avait confié à Bernard Barbey une autre mission. Elle se relie à des circonstances moins connues que celles du réduit national. C'est le temps de la « drôle de guerre » et celui de la grande offensive allemande à l'ouest.
Pendant ces mois de septembre 1939 à juin 1940, la Suisse n'était pas encore encerclée par les forces de l'Axe. Quels problèmes se posèrent alors à la vigilance et à la conscience du Général? Comment fallait-il interpréter l'attente des belligérants, dont l'homme de droite et l'homme de gauche s'observaient, sans combattre, à travers le Rhin, en aval de Bâle? Comment utiliser !e répit qu'ils laissaient à la Suisse avant de s'affronter? Et ensuite, lorsque les dés furent jetés? Quels plans dresser pour le cas où le pays aurait à se défendre seul et pour celui où il bénéficierait d'un secours? Quelles mesures prévoir afin d'harmoniser ces plans avec ceux de l'armée étrangère qui pourrait devenir une alliée? Quand prendrait-on contact avec elle, sous quelle forme ? Dans quel climat travaillaient les états-majors avant et pendant l'action?
Le journal de Bernard Barbey apporte quelques réponses à ces questions. Fidèle à la consigne qu'il s'était donnée pour P.C. du Général, il n'a rien ajouté à ses carnets. A côté des problèmes majeurs, ils évoquent ces « petits faits vrais » qui seraient perdus pour l'histoire s'ils n'avaient été aussitôt notés et s'ils n'étaient enfin publiés.
Suivant l'auteur dans ses voyages d'aller en France et de retour en Suisse, sur le terrain et aux postes de commandement, le lecteur apprendra à connaître les chefs, aujourd'hui vivants ou disparus, à l'époque dramatique où ils étaient saisis par « la montée des périls ».
Les jeunes apprécieront ce témoignage libre de tout conformisme. Les aînés, en revivant leurs souvenirs, s'expliqueront mieux le sens des mobilisations auxquelles les Suisses donnent le beau nom de service actif.

 

Editeur : La Baconnière Neuchâtel
Date edition : 1967
Support : livre
Genre : étude historique
Période concernée : de 1939 à 1945
Région concernée : Ouest Europe

Proposé par Christian Favre le vendredi 31 octobre 2008 à 11h12

Dernière contribution le lundi 03 novembre 2008 à 17h08

lue 3830 fois décrypter

 

Suivre le débat sur Aller et Retour et y contribuer
 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  2 requêtes