Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

Vaincre Hitler

Pour un judaïsme plus humaniste et universaliste

Avraham Burg

Quelle satisfaction que de découvrir une analyse faite de l'intérieur, et qui confirme ce que l'on présentait confusément de l'extérieur. C'est le sentiment que me donne ce livre tout en me montrant une fois de plus la richesse de la pensée juive.

Quoique parlant essentiellement d'un problème actuel : Israël et ses relations avec les Arabes et le reste du monde, ce livre me semble tout à fait dans le champ de LdG qui cherche à tirer les leçons de la 2e Guerre mondiale tout comme le fait Avraham Burg.

Je cherchais l'extrait qui permettrait de résumer l'ensemble. Le voici peut être.

L'archéologie, science du passé et des ruines, est devenue notre véritable science nationale. Il n'est pas étonnant que nous soyons déconcertés chaque fois que quelqu'un ose ébranler nos vérités intimes. Je m'obstine néanmoins à rêver qu'Israël pouvait et peut encore devenir autre chose que la réincarnation de toutes les victimes torturées de l'histoire juive tout entière. Il peut devenir le signal d'alarme du monde. Un indicateur des valeurs humaines et universelles. En ce sens, la Shoah concerne le monde entier et pas seulement nous. La charge est trop importante pour être portée uniquement par le peuple juif. Si la conscience de la Shoah appartenait à tous, elle formerait une forte coalition pour éviter les massacres partout dans le monde. Le Rwanda nous concerne, et le Cambodge n'est que le pendant asiatique des souffrances de nos frères à Varsovie ou à Bialystok. Il n'y a aucune différence entre un Juif, un Noir, un Asiatique et un persécuté pour quelque autre raison que ce soit, où qu'ils soient. Partout où se produit un crime contre l'humanité, contre des innocents ou contre des faibles, nous serons là. Et ce quelles que soient les modalités : par la contestation, l'action, l'aide, voire le sauvetage. Pour cela, il fallait que le procès d'Eichmann se tienne à Jérusalem, mais surtout pas que les juges soient exclusivement israéliens et juifs, comme cela a été le cas. Car si la nation tout entière est victime, y compris les juges, l'impartialité du tribunal n'est pas respectée. Je me prends à imaginer le gouvernement israélien de l'époque annonçant que le tribunal qui allait siéger à Jérusalem serait formé des représentants de différentes nations, religions et races, dont, pourquoi pas, quelques bons et honnêtes Allemands. Un tel tribunal aurait été comme une « offrande », une main tendue au reste du monde; ce procès aurait constitué un point d'ouverture et non pas d'enfermement. Une telle démarche aurait sans doute pu empêcher d'autres barbaries humaines, d'autres « Shoahs » que la nôtre.


Et en 4e de couverture :

Publié en Israël en 2007, Vaincre Hitler a suscité de très vifs débats. Et pour cause: l'auteur, ancien président de la Knesset, y déplore le fait qu'Israël, plus de soixante ans après Auschwitz, définit son identité quasi exclusivement par rapport à l'Holocauste. Critiquant le virage nationaliste et ethnique qu'a pris le pays au cours des dernières décennies, il s'oppose aux nouvelles «théories raciales juives» des extrémistes religieux et stigmatise l'usage de la force militaire.

Mais Vaincre Hitler est aussi un livre de souvenirs où l'émotion côtoie l'indignation. Avraham Burg y évoque son enfance dans la « petite Allemagne » de Jérusalem, dialogue avec sa mère et, au-delà de la mort, avec la figure tutélaire de son père, Yossef Burg, ancien dirigeant du Parti national religieux et ministre pendant plusieurs décennies.

Dans cet ouvrage émaillé de références à la Bible et aux grands textes du judaïsme, Burg laisse parler son chagrin et son inquiétude. Mais il construit aussi un nouveau programme pour Israël dans le concert des nations, véritable message d'espoir où se matérialise son rêve d'un retour à la sérénité et aux valeurs universalistes et humanistes du judaïsme. L'«autre» ne devrait plus être perçu, selon Burg, comme une menace, mais comme un potentiel de coopération.

Avraham Burg a été conseiller du Premier ministre chargé de la diaspora, président de l'Agence juive et du Mouvement sioniste mondial, vice-président du Congrès juif mondial et président de la Knesset. ll est aujourd'hui un citoyen actif et attentif, écrivain et homme d'affaires. Son premier livre, Dieu est de retour, qui examine la dimension religieuse du XXIe siècle, a été traduit dans de nombreuses langues.

 

Editeur : Fayard
Date edition : 2008
ISBN ou ref : 9782213636191
Support : livre
Genre : étude historique
Période concernée : autre période que celle allant de 1870 à 1945
Région concernée : autres régions que Asie/Pacifique

Proposé par Jacques Ghémard le dimanche 10 août 2008 à 12h40

Dernière contribution le mardi 19 mai 2009 à 04h16

lue 2155 fois décrypter

 

Suivre le débat sur Vaincre Hitler et y contribuer
 

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

sujet.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  2 requêtes