Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre


Edition du 31 mars 2015 à 20h47

Darlan / Bernard Costagliola

En réponse à -5 -4 -3 -2
-1Lettre au grincheux de Bernard Costagliola

Grincheux peut-être mais pas confuseur ! de Emmanuel de Chambost le mardi 31 mars 2015 à 19h10

C'est un grand plaisir d'avoir sur ce forum un auteur qui ne ménage pas ses efforts pour défendre courtoisement ses travaux et se plie de bonne grâce aux règles de cet exercice délicat dans lequel il n'y a souvent pour un auteur que des coups à prendre

Je l'avoue bien volontiers, je n'étais pas très fier de vous chercher la petite bête avec ces notes de bas de page, je sais bien que l'éditeur fait la loi en la matière, mais pourquoi donc les éditeurs font-ils preuve de tant de haine vis-à-vis du lecteur ?

Il va de soi que je ne saurai prétendre porter un jugement sur l'ensemble de votre ouvrage. Il aurait fallu pour cela que je me munisse du Darlan de Coustau-Bégarie et Huan, que vous pourfendez à longueur de pages et des lettres et notes de l'amiral, éditées par les deux mêmes dans lequel vous puisez une bonne partie de votre argumentation. Cette insuffisance de ma part n'est que la conséquence de mon préjugé qui ne voit dans Darlan qu'un parasite de l'histoire de cette période où la seule politique de collaboration cohérente a été celle de Laval. Benoist-Méchin, certes, peut aussi se prévaloir d'une pensée politique, on le lit parce qu'il écrit bien, mais bon il n'a somme toute qu'un rôle subalterne, et le fait qu'il ait beaucoup inspiré l'amiral caméléon n'en fait pas un chef de gouvernement. Je ne voulais pas m'intéresser à Darlan, mais grâce à votre présence sur ce forum, j'ai, d'une certaine façon, comblé une lacune et suis devenu moins ignorant.

Je reviens au vif du sujet : j'entretiendrais, écrivez-vous, la confusion entre la politique de collaboration des gouvernements de Vichy et les réalités de la collaboration qui découlent globalement de la volonté d'un vainqueur qui bénéficie de l'énorme avantage en plus d'avoir vaincu, d'être dirigé non pas par un insaisissable amiral, mais par un génial Führer qui sait généralement ce qu'il veut. Ce n'est pas moi qui crée la confusion, elle fait partie du paysage, les auteurs les plus en vogue passent très vite d'une collaboration qui désigne la politique de collaboration des gouvernements de Vichy aux diverses formes de collaboration qui peuvent procéder de la soumission, de la complaisance ou du zèle vis-à-vis du vainqueur. Lorsque Paxton écrit : « La collaboration, ce ne fut pas une exigence allemande à laquelle certains Français ont répondu, par sympathie ou par ruse. Ce fut une proposition de la France, qu'Hitler repoussa en dernière analyse », s'agit-il d'une proposition ou d'une définition ? Si c'est une proposition, elle est indéfendable. S'il s'agit d'une définition, "collaboration" désignerait la politique allemande des gouvernements de Vichy ? pourquoi pas ? mais il se trouve que la majorité des auteurs utilisent la mot de collaboration un peu à toutes les sauces et qu'il n'est pas communément admis que la phrase de Paxton soit une définition ou une tautologie.

Je n'ai bien sûr aucune raison de contester que l'offre du 14 juillet soit l'expression la plus avancée de la politique de collaboration. Rousso écrit à ce sujet « Manœuvre tactique pour mieux reculer ou choix conforme à la stratégie de Vichy, la demande échoue, les Allemands ne cédant en rien sur le fond... » (Rousso, le Régime de Vichy, Que-sais-je, 2007, p.40). Cette prudence à interpréter l'épisode me paraît raisonnable.

Vous écrivez (Darlan, p.174) « Soutenue mordicus par Darlan et approuvée par Pétain, la démarche française n' pas retenue l'attention qu'elle mérite. A survoler le chemin de la collaboration, l'offre du 14 juillet est remarquable à divers points de vue … Vichy affiche l'ambition de réintégrer le concert des nations … au prix de l'alliance militaire et du risque assumé d'une cobelligérance de fait »

N'ayant fait l'objet que d'une seule démarche, celle du 14 juillet, et n'ayant jamais été présentée en conseil des ministres, il reste, à mon avis, spéculatif de présenter ce projet de pacte transitoire comme la pièce maîtresse de la politique de Collaboration de Vichy-Darlan .

Quant aux protocoles de Paris, ils tendaient sans doute à faire sortir la France de Vichy de la neutralité, mais ces protocoles n'ont pas abouti, et la neutralité est restée. Vous écrivez (p.215) «Qui a triomphé des protocoles ? Weygand, comme le jugeait erronément Duroselle ? Le véritable responsable de l'enterrement des tractations prévues par le protocole politique, comme Darlan l'écrit sans ambiguité aucune, n'est-il pas Hitler lui-même ? » Il n'y a aucune nécessité, de mon point de vue, à vouloir choisir entre Weygand et Hitler qui désignent la même réalité : Quelque soit l'influence et la détermination du vrai Weygand, il y a dans la tête de Hitler un Weygand-type, général français forcément anti-allemand et dans la tête de Weygand, une Allemagne forcément anti-française et l'alliance franco-allemande peut bien être parée par Benoist-Méchin de ses plus beaux atours, elle était en-dehors du champ du réel.

Votre thèse, écrivez-vous, est que la collaboration, telle que la conçut Hitler, constitua dans son essence un leurre et un mirage. Je ne voudrais en aucune façon sous-estimer le Führer, mais dans sa position de vainqueur, il n'avait guère à forcer ses talents d'illusionniste, la loi du plus fort lui suffisait pour imposer ce qu'il voulait sur le continent, mais ni sa force ni sa ruse n'ont pu trouver les bons arguments pour empêcher les Américains de débarquer en Afrique du Nord.

Une mini-question, pour finir : à la page 291 que vous m'avez spécialement conseillée, je lis « Bien loin de s'apparenter à un marché véritable, la mise en œuvre de la politique de rapprochement avec le Reich constitua à la fois un choix et un pari.. » avec une note 170, qui renvoie à Raymond Aron, l'Opium des intellectuels, p.195-196. Intrigué, je suis allé voir dans l'Opium des intellectuels (édition d'origine) de quoi il s'agissait, et n'ai rien trouvé. Ne s'agirait-il pas des Mémoires d'Aron, (que je n'ai pas sous la main). ?

Emmanuel

*** / ***

lue 1649 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Mon grain de sel de françois delpla 01 avril 2015 12h03
1 L'offre du 14 juillet 1941 : version Abetz de Francis Deleu 01 avril 2015 21h42
2 Ribbentrop met les points sur les i de Francis Deleu 08 avril 2015 16h02
3 Un texte on ne peut plus démonstratif de françois delpla 09 avril 2015 14h24
3 Correspondance Abetz Ribbentrop de Bernard Costagliola 10 avril 2015 17h00
1 Neutralité ou collaboration ? de Bernard Costagliola 10 avril 2015 16h28
2 Quoi de nouveau, depuis 2007 ? de Emmanuel de Chambost 14 avril 2015 11h59
3 Du procès au procès d'intention de Bernard Costagliola 25 avril 2015 18h13

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Darlan

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes